Connect with us

All Crepes Are Bretonnes

Copify, l’application où vous pouvez choisir la chanson sur laquelle vous faire interpeller

Published

on

C’est une révolution dans le monde du streaming. Depuis que la tendance, venue des Etats-Unis, de passer de la musique lors d’interpellations afin de faire sauter les vidéos émises par la Police sur la plupart des réseaux sociaux, et ainsi ne jamais devoir changer leurs comportements, de jeunes start-uppeurs français ont décidé de tout miser sur ce fameux concept.

Baptisée COPIFY, l’application permettra ainsi aux futurs contrevenants de choisir le titre sur lequel se faire tabasser lors de leur arrestation. 

« Comme un titre d’identité, les forces de l’ordre consulteront directement votre compte COPIFY afin de vous rendre le plus agréable possible votre plaquage ventral. Des utilisateurs nous ont déjà confiés que se faire arrêter sur leurs titres préférés était un réel atout »

COPIFY à déjà bénéficié du soutien de nombreux artistes qui ont gracieusement offert leurs titres aux jeunes start-uppeurs. L’un d’entre eux, qui a voulu rester anonyme, nous a confié « le réel pansement » que pouvait offrir sa musique. Si « J’ai embrassé un flic » de Renaud ne se trouve malheureusement toujours pas sur l’application, de nombreuses compilations de bals musettes vous permettront de rythmer de la plus enjouée des manières votre future arrestation. Une heureuse nouvelle pour les futurs mélomanes en garde à vue.

Les commentaires sont en dessous de la publicité

👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇

All Crepes Are Bretonnes

4 voyous font des câlins à un policier. Des images insoutenables.

Published

on

Depuis une quinzaine d’années, Stéphane 42 ans originaire de Mayenne (53), est policier de la BAC. Ses collègues mettent en avant son caractère violent, raciste et agressif.

Samedi 28 novembre, l’officier de police Stéphane Martin, s’est retrouvé au cœur d’une sombre affaire. Alors qu’il sort de son commissariat du XXe arrondissement de Paris, il aperçoit une voiture de voyous. Il décide alors, selon son témoignage, de retourner dans ses locaux. Trois voyous entrent derrière lui et l’interpellent gentiment dans l’entrée.

La suite, très calme «adorable» même selon le président de la République Emmanuel Macron et son ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin (qui sera entendu lundi par une commission d’enquête parlementaire), a été filmée par la caméra de vidéosurveillance placée à l’entrée dudit commissariat.

On y voit les membres du gang câliner à de multiples reprises le  Baceux. Pendant plus de cinq minutes, Stéphane reçoit une vingtaine de hugs, une dizaine de bisous et plus d’une quinzaine de caresses. On voit la victime se faire embrasser à plusieurs reprises. À ce moment-là, le policier s’inquiète : « Si je tombe par terre, je vais rester au sol et nous allons faire l’amour ». La victime affirme également avoir reçu à plusieurs reprises des compliments telles que « mon petit poulet »,  « gentil flic » et « beau condé »

Les 4 voyous ont été placé en dans une cave, dans le cadre d’une enquête ouverte par leur boss pour «attouchements sur personne dépositaire de l’autorité publique». Les voyous mis en cause ont été suspendus de leurs fonctions de dealer de shit dès jeudi.

Les lascards indiquent que le policier était habillé de manière « provocante » et qu’il leur aurait fait des petits clins d’oeil en tentant de leur donner un pochon de weed

Cette affaire a fait vivement réagir sur les réseaux sociaux. « Sur ces images, ce n’est pas une police fasciste, mais une insupportable police de l’amour, totalement hors de contrôle », a tweeté Nadine Morano

 

 

Les commentaires sont en dessous de la publicité

👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇
Continue Reading

All Crepes Are Bretonnes

TF1 diffuse le Gendarme dans une version adaptée à la loi Darmanin

Published

on

By

Les commentaires sont en dessous de la publicité

👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇
Continue Reading

All Crepes Are Bretonnes

Cannabis : un numéro vert pour dénoncer votre voisin

Published

on

Depuis le 9 septembre 2020, un numéro vert national dédié à la délation des consommateurs de cannabis a été mis en place par le Ministère de l’Intérieur. Le siège de ce centre d’appel est basé à Guéret, dans la Creuse

Casque sur les oreilles, Amélie Mougin vient de prendre un appel au 0800 738 942.
A l’autre bout du fil, une propriétaire d’un petit appartement de Charente-Maritime. Elle est très inquiète :

J’ai MOn voisin DU DESSOUS qui fume dU SHIT SUR SON BALCON. JE SENT SOUVENT L’odeur. Je voulais savoir s’il y a une récompense…

Amélie Mougin est l’une des 72 agents d’accueil du numéro vert national dédié à la délation des fumeurs de joints

Le numéro vert pour dénoncer les fumeurs de cannabis

0800 738 942

ouvert du lundi au vendredi de 9h à 17h
Institut français de lutte contre le cannabis (IFDLCLC) https://ifdlclc.gouv


Dans les locaux de l’Institut français de lutte contre le cannabis (IFDLCLC) à Guéret, dans la creuse, le téléphone sonne au moins une trentaine de fois par jour. Des voisins, des parents, des gens de toute la France, appellent pour savoir ce qu’ils peuvent faire pour dénoncer les consommateurs de cannabis qu’ils connaissent :
« Souvent, ils ont déjà fait des photos, relevés des plaques d’immatriculation, des horaires, beaucoup de choses. Mais ils veulent surtout savoir si la personne va bien se faire emmerder. », explique Jean-Michel Roux, agent d’accueil à l’IFDLCLC de Guéret.

Ce numéro, destiné à écouter, aider et à orienter les bons citoyens, a été mis en place par le Ministère de l’Intérieur le 9 septembre 2020.
Après la série de saisies de consommateurs qui touche la France depuis plusieurs semaines. Un nombre incroyable d’enquêtes ont été ouvertes depuis le début de l’année, en partenariat avec les services centraux de la gendarmerie nationale.
Le Limousin n’est pas épargné puisque le 3 septembre 2020, un groupe de hippies ont été aperçu fumant un bong au plan d’eau du Barrage de l’Age au Bourg d’Hem.

Plus de 400 000 appels

Depuis la mise en activité de ce numéro vert, 400 000 appels ont déjà été recueillis par la cellule de Guéret.
Des appels pour demander des renseignements, balancer des noms le plus souvent, mais aussi parfois des appels de détresse.

L’un des appels les plus marquants a été celui d’une dame qui venait de découvrir 6 pieds de marijuanga dans le jardin de son voIsin de 65 ans. Ça a duré assez longtemps parce qu’au départ la dame a gardé son sang-froid, mais au fur et à mesure de l’appel, elle a éclaté en sanglots. Elle avait vraiment besoin de soutien psychologique.

Ces agents de l’IFDLCLC sont d’ordinaire en charge du système d’informations FDW (fumeur de weed) Une sorte méga-base où se trouvent toutes les données sur les consommateurs de cannabis en France. Une database qui s’avère aujourd’hui très utile pour les différentes enquêtes ouvertes après les appels :
« On a plus d’un million de consommateurs enregistrés dans notre base de données, explique Coraline Tyxier, directrice adjointe à l’IFDLCLC en charge du site de Guéret. Nous donnons ces informations aux gendarmes et à la police. Ca permet de faciliter les actes de surveillance et éventuellement aussi d’organiser la répression. La prohibition est un combat de chaque instant ! »

Les commentaires sont en dessous de la publicité

👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇
Continue Reading

Trending