Charles Michel: “Je ne savais pas que Théo Francken était à la NVA, j’ai fait ça pour rendre service”.

Le chantage ne m’impressionne pas, les menaces non plus, ni les provocations“, a-t-il affirmé au micro de la radio privée Bel-RTL, dont il était l’invité matinal.

Charles Michel (MR) était interrogé sur les propos tenus dimanche par le président de la N-VA, Bart De Wever, qui a lancé un avertissement à ses partenaires de la majorité fédérale: si son secrétaire d’Etat à l’Asile et à la Migration, Theo Francken, doit démissionner, le parti nationaliste quittera également le gouvernement.

Le Premier ministre a aussi dénoncé les “provocations” exprimées par le député Eric Van Rompuy (CD&V), qui a affirmé dimanche lui aussi que Charles Michel était devenu la “marionnette” de la N-VA.

La question de la migration, la question de l’asile méritent bien mieux que des querelles d’egos, petits ou grands“, a lancé le chef du gouvernement fédéral, en rappelant l’engagement de son équipe de “protéger nos frontières (…) de façon humaine” et dans le respect des obligations européennes et internationales en matière de migration.

SOURCE

Mesure exceptionnelle : deux mercredis la semaine du 29 février 2018

[Portrait] L’immigré qui volait le travail d’un français tout en étant un chômeur qui profite des aides sociales

Les commentaires sont juste en dessous de la publicité:

Commentaires