Turquie: les bombes étaient cachées dans des dürüms, Ergodan interdit de les enrouler.

Samedi dernier la Turquie fut ensanglantée par l’attentat le plus meurtrier de son histoire, massacrant une centaine de personnes par deux explosions. L’enquête révèle que les bombes étaient cachées dans des dürüms. Pour des raisons de sécurité, le président turc Recep Tayyip Erdogan exige qu’ils soient tous à plat, pour empêcher d’y cacher quoique ce soit.

C’est une tradition qui s’effondre pour de nombreux jeunes occidentaux, habitués à un dürüm pour manger sur le pouce ou entre amis. La forme cylindrique, si pratique pour le transport du repas, va disparaitre pour laisser place à une surface plate recouverte de divers aliments.

Erman Abdul, leader de la vente de dürüm et de mini-fourchettes colorés en plastique dans le sud d’Istanbul, explique les conséquences de cette exigence culinaire:

« La clientèle risque de fuir rapidement, une fois le dürüm déroulé, on se rend plus facilement compte de l’éventuelle mauvaise qualité des aliments. La viande douteuse passe mieux quand elle est cachée. Faites le test chez vous, c’est dégueulasse non ? On risque une catastrophe.
La disparition de l’industrie du dürüm blessera profondément la diaspora turque, qui perdra ce stéréotype sympathique attaché à leurs origines, et ne seront désormais réduits qu’à des ouvriers pas chers qui chient debout. »

Les commentaires sont juste en dessous de la publicité:

Commentaires