Suite à une faute de frappe, Donald Duck devient le candidat républicain à la présidence des États-Unis

C’était à prévoir… est-ce l’œuvre d’un farceur ? Ou bien, est-ce involontaire? Nul ne saura sans doute jamais pourquoi les bulletins de vote pour Donald Trump ont été imprimés avec la mention «Donald Duck » à la place. Le plus incroyable sera sans doute qu’aucun des électeurs de Trump ne s’en sera rendu compte. À croire que ces gens sont encore plus cons qu’ils n’en ont l’air. C’est donc le célèbre personnage de Disney qui représentera le parti à l’éléphant en novembre prochain. Quelle histoire, d’autant qu’au départ personne ne le donnait gagnant, ou même candidat à la candidature. Et, bien que son programme reste incompréhensible, car on ne comprend rien à ce qu’il dit, sa cote de popularité est en nette augmentation. « C’est un soulagement », raconte John Mc Cain, « Tous les candidats en lice étaient de vrais malades ! Et là, le Seigneur nous a donné un coup de main, un vrai miracle ! ». Sarah Palin est, quant à elle très partagée mais enthousiaste : «Ce choix est surprenant, mais je le comprends ; ce pays a besoin de changement et quelle image de tolérance nous pourrions montrer au monde en envoyant un canard à la Maison Blanche ! ».

Il est vrai que cela se produit pour la première fois dans l’histoire des Etats-Unis. Beaucoup de commentateurs ont déjà pointé le fait que les oiseaux étaient maintenus à l’écart du pouvoir. En effet, un canard à la Maison Blanche, ce serait une première. Daffy Duck, un ami du candidat nous répond à ce sujet : « Vous savez, avant son élection, Kennedy disait : ‘on ne saura jamais si un catholique peut être président si on n’essaye pas d’en présenter un’. Je pense qu’ici, on a une opportunité qu’on ne doit pas gâcher. Nous devons le faire pour tous les gallinacés morts au cours des derniers réveillons de Noël ou de fêtes de Thanksgiving ! ». On peut même ajouter qu’aucun député ou sénateur n’est à se jour un canard ou même un oiseau.

Pourtant, ce n’est pas la première fois qu’une telle chose se produit. On ne peut oublier Garfield, qui a été l’éphémère 20e président des États-Unis. Son mandat s’était en effet écoulé du 5 mars 1881 au 19 septembre 1881, jour de son assassinat par un membre du CCC (NDLR : Comité Contre les Chats). Sans parler George W. Bush, le président à la cervelle de moineau, dont la candidature avait été proposée sur base d’une blague de son Papa.

Les États-Unis pourraient vivre un nouveau tournant de leur histoire !

Les commentaires sont juste en dessous de la publicité:

Commentaires