L’ONU est formelle: 99,86% des humains sont des connards.

Cons, emmerdeurs, chiants, gonflants, casse-couilles, petites merdes, connards et salopards: les mots ne manquent pas pour qualifier les gens qu’on peut lire et entendre autour du monde, des gens encore plus visibles et agaçants grâce aux réseaux sociaux.

Jusqu’à présent tout cela n’était qu’une impression, une analyse empirique selon le nombre de soupires d’exaspération poussés chaque jour. Ce sentiment pessimiste envers l’humanité se précise aujourd’hui par une étude dirigée par l’ONU.
Après avoir étudié de nombreux réseaux sociaux et plus de 127 000 heures d’enregistrement de conversations dans des lieux publiques pendant plus de 10 ans, ce travail colossal touche enfin au but et délivre des chiffres effrayants: 99,86% des humains sont des connards.

Comment expliquer un tel chiffre ? La science, tout simplement.
En effet la section médicale de l’ONU apporte un élément crucial à ce problème, et décrète extrêmement contagieux la connarditude. Que ça soit par voie orale, cutanée ou même par relation sexuelle; il est très facile de devenir un connard et un humain a 487% plus de risque de le devenir qu’avoir le sida ou le cancer.

L’ONU déclare vouloir enfin lutter au mieux contre ce fléau, mais admet qu’il n’existe pour l’instant aucun remède ni moyen de ralentir la contagion.
Ce rapport sur le nombre de connards se termine néanmoins par un petit conseil visant à démentir une rumeur farfelue: Militer pour la végétarisme ou le gluten-free n’est pas du tout une méthode anti-connard, et décuple plutôt la gravité de la connarditude par 756%.

Les commentaires sont juste en dessous de la publicité:

Commentaires