Connect with us

Apprendre

Le port du masque en rue illégal en France et en Belgique sur base des lois « anti-niqab »? L’incompétence des ministres!

Published

on

Les plans de déconfinement élaborés par les gouvernements que ça soit en France et en Belgique va permettra d’assouplir plusieurs mesures dès ce lundi 11 mai. Pourtant plusieurs avocats spécialistes des deux cotés de la frontière tirent la sonnette d’alarme face à l’incompétence des nombreux ministres responsable. Cela annoncerait la verbalisation massive des citoyens qui dissimuleront leur visage derrière leur masque de protection? Ne vous laissez pas faire et PORTEZ VOTRE MASQUE. 

La faute à loi n°2010-1192 du 11 octobre 2010 interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public en France. Et en Belgique à la loi du 1er juin 2011 publiée le 13 juillet 2011 au Moniteur belge.

L’article premier de la loi Française est: « Nul ne peut, dans l’espace public, porter une tenue destinée à dissimuler son visage.« . Il est complétée a son Article 2.II par « L’interdiction prévue à l’article 1er ne s’applique pas si la tenue est prescrite ou autorisée par des dispositions législatives ou réglementaires, si elle est justifiée par des raisons de santé ou des motifs professionnels, ou si elle s’inscrit dans le cadre de pratiques sportives, de fêtes ou de manifestations artistiques ou traditionnelles. » Hors il n’existe actuellement aucune disposition législative ou réglementaire autorisant le port du masque en France. Et en ce qui concerne les raison de santé, cela ne s’applique pas pour une protection préventive. Seuls les cas avérés de COVID-19 seront autorisés a porter un masque à condition d’avoir un document justificatif d’un médecin.

En Belgique, l’article 2 stipule que « Seront punis d’une amende de quinze euros à vingt-cinq euros et d’un emprisonnement d’un jour à sept jours ou d’une de ces peines seulement, ceux qui, sauf dispositions légales contraires, se présentent dans les lieux accessibles au public le visage masqué ou dissimulé en tout ou en partie, de manière telle qu’ils ne soient pas identifiables. Toutefois, ne sont pas visés par l’alinéa 1er, ceux qui circulent dans les lieux accessibles au public le visage masqué ou dissimulé en tout ou en partie de manière telle qu’ils ne soient pas identifiables et ce, en vertu de règlements de travail ou d’une ordonnance de police à l’occasion de manifestations festives. « . Comme en France, aucune disposition légale n’a été publiée afin de déroger à la règle. C’est aussi la raison pour laquelle le gouvernement n’a pas pu ordonné l’obligation du port du masque.

En résumé, montrez-vous plus intelligent que nos ministres qui ne réfléchissent pas et PORTEZ VOTRE MASQUE correctement pour assurer votre protection et celle des autres.

Source:
– https://www.legifrance.gouv.fr/eli/loi/2010/10/11/JUSX1011390L/jo/texte

– http://www.ejustice.just.fgov.be/cgi_loi/change_lg.pl?language=fr&la=F&table_name=loi&cn=2011060108

Pseudo source
– https://www.lefigaro.fr/actualite-france/coronavirus-peut-on-porter-un-masque-en-france-20200405

– https://www.rtbf.be/info/societe/detail_coronavirus-le-port-du-masque-en-rue-sera-t-il-interdit-sur-base-de-la-loi-dite-anti-niqab-de-2011?id=10445475

-https://www.dhnet.be/actu/belgique/coronavirus-en-theorie-la-loi-interdit-le-port-d-un-masque-5e56bed99978e2310699fc6d

Advertisement

Apprendre

Meilleur site de trading : tout savoir pour bien choisir !

Published

on

By

 

Comment choisir le meilleur site de trading ?

 

Vous êtes fin prêt à vous lancer dans l’aventure du trading en ligne ? Vous ne savez pas, par contre, par quelle étape débuter pour choisir le meilleur site de trading ?

 

Ne vous inquiétez pas ! Le monde du trading en ligne est complexe et choisir le meilleur site de trading pour investir intelligemment votre argent peut se révéler fastidieux si vous ne faites pas appel à l’avis de professionnels. 

 

Si ce parcours vers le marché du trading en ligne peut se montrer semé d’embûches, sachez que notre équipe de professionnels reste présente pour vous aiguiller tout au long de votre réflexion. 

 

Soyez rassuré, grâce à notre sélection des brokers et plateformes les plus performantes du moment, choisir le meilleur site de trading en ligne s’apparentera bientôt à un jeu d’enfant ! 

 

Quels sont les critères à ne pas négliger dans votre choix de site de trading ?

 

Les facteurs à prendre en compte pour poser le choix crucial d’un broker Forex d’exception sont bien entendu nombreux et vont dépendre de vos attentes et de vos besoins d’investisseurs.

 

Nous vous livrons toutefois quelques critères à prendre en compte sans exception pour valider le sérieux et la fiabilité d’un site de trading en ligne :

 

Vérifiez la régulation du site de trading en ligne
  • Analysez la pertinence et la fiabilité de la licence sous laquelle exerce le courtier en ligne.
  • Prenez le temps de vérifier la véracité des informations présentes sur le site de trading comme :
    • le numéro d’enregistrement,
    • le numéro de licence,
    • les informations de contact.
    • des coordonnées bancaires stipulant l’ouverture du compte au nom du broker.
Vous interroger sur le dépôt minimum et la capacité de retrait des fonds
  • Pour ouvrir un compte de trading, un dépôt minimum est nécessaire.
  • L’investissement doit être à la portée de tous, mais assez conséquent pour vous permettre d’accéder à certains effets de levier.
  • Vérifiez aussi les méthodes de paiement et les conditions pour le retrait de vos gains. Évitez ainsi toutes mauvaises surprises !
Faire le point sur les spreads et commissions 
  • Retenez que les broker Forex gagnent généralement leur vie sur le passage d’ordres, à travers une commission ou le spread.
  • Le meilleur site de trading se contente généralement de ce qui lui rapporte les spreads.
  • Méfiez-vous des brokers trop accessibles qui prélèvent ensuite un spread incroyablement élevé !
Intéressez-vous aux effets de levier proposés par le site de trading
  • Ce prêt que le courtier en ligne est prêt à faire à son client révèle également son intérêt pour son investisseur et son sérieux.
  • En fonction de votre profil et de votre stratégie de trading, vous sélectionnerez l’un ou l’autre effet de levier. Avoir le choix est réellement très important pour la gestion adéquate de votre portefeuille.
Juger des instruments financiers mis à votre disposition
  • Le meilleur site de trading vous offre un panel très large d’instruments  financiers comme les devises, les actions, les indices et les matières premières .
  • Comparez également les conditions tarifaires d’accès à ces instruments.

 

Vous l’aurez compris, le choix d’un site de trading prend du temps et demande de l’investissement personnel et des recherches parfois laborieuses. 

 

Evitez les arnaques et les sites frauduleux n’est pas aussi simple qu’il n’y parait et vous faire accompagner dans cette démarche peut se révéler être très pertinent.

 

N’hésitez pas à jeter un oeil sur les listes des sites de trading non régulés comme celui du Regafi et de bien d’autres. Cela peut être révélateur !

 

Pour vous aider et vous orienter, notre équipe a recensé pour vous les meilleurs sites de trading ! En route pour l’aventure !

 

Le meilleur site de trading est enfin à votre portée ! Trader sans tarder !

 

Grâce à nos conseils avisés et à l’avis argumenté et objectif de nos experts, vous allez pouvoir trader en toute sérénité ! 

 

  • Gagner de l’argent n’est donc désormais plus qu’une question de temps. 
  • Osez l’aventure du trading, encadré par des experts de ce milieu complexe, et votre avenir d’investisseur prendra de belles couleurs !

 

En plus des critères d’excellence propre au site de trading, vous trouverez grâce à ce meilleur site de trading et quel que soit votre profil de trader : 

 

  • un compte démo gratuit pour vous permettre de tester toutes les fonctionnalités de la plateforme ;
  • un service client réactif et compétent prêt à dégainer son aide à tout moment ;
  • une plateforme de trading absolument intuitive et ergonomique sur laquelle vous évoluerez avec aisance ;
  • des analyses des marchés financiers pertinentes et surtout mises à jour constamment.

 

Vous êtes fin prêt à entrer dans le monde incroyable du trading en ligne ? Au moindre doute, référez-vous à l’avis de nos experts et accordez-leur votre confiance. Votre expérience de trading n’en sera que plus adaptée et généreuse !

 

Continue Reading

Apprendre

Le président de la République de Madagascar vient d’avoir son Bac mention Très Bien

Published

on

Les résultats viennent de tomber. Andry Rajoelina, président de la République de Madagascar, a bien obtenu son Bac. Malgré les mesures sanitaires renforcées, il a pu passé l’ensemble des épreuves pour obtenir le précieux diplôme avec la mention Très Bien.

Andry a fêté ses 17 ans le 30 mai de cette année « C’est un honneur pour moi d’être le premier président diplômé au monde pendant son mandat. J’ai l’avenir devant moi mais je vais tout de même en parler avec mon conseiller d’orientation. » Un bel exemple de réussite en ces temps difficiles. Rappelons que la réussite de Donald Trump aux tests de CM2 ne compte pas.

Continue Reading

Apprendre

Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez

Published

on

Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez BITE Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez

Continue Reading

Trending