Daesh : Pour s’endurcir, les apprentis terroristes doivent frapper des chatons.

pixabay

Depuis sa création l’État Islamique a prouvé son envie de surenchère dans l’horreur, un journaliste infiltré raconte leurs méthodes de recrutement : Prouver sa cruauté et sa détermination en brutalisant des chatons.

Mike Smith, un journaliste de Fox News, est revenu de Syrie après 4 mois dans un centre de recrutement terroriste. Dans son rapport il nous décrit la préparation de futurs meurtriers djihadistes, déshumanisés et capables de tuer femmes et enfants.

L’État Islamique, qu’on découvre responsable des récentes disparitions de chats dans toute la Syrie, sacrifie les chatons de ses élevages pour conclure l’entraînement des terroristes, en leur faisant subir des coups de poing. Après plusieurs minutes de tabassage et craquant devant les miaulements de douleur d’une petite boule de poils si adorable, le jeune agresseur d’animaux mignons devient alors une machine à tuer.

Le journaliste, également coupable de maltraitance envers les amours sur pattes, raconte son horrible crime :

« Je ne voulais pas élever des soupçons sur moi, ou risquer la mort en refusant. J’étais obligé de frapper ce chaton qui pleurait, ce qui le rendait encore plus attendrissant. Je tiens à m’excuser auprès de l’humanité, j’espère qu’elle me pardonnera d’avoir voulu sauver ma vie avant celle du petit choupinet en fourrure. »

Rongé par la culpabilité, l’infiltré tortionnaire s’est suicidé avant son procès.

Les commentaires sont juste en dessous de la publicité:

Commentaires