Une puce RFID sur des enfants en maternelle !

Luxembourg – Luxembourg ville – Depuis le mois de septembre 2013, une classe de 22 enfants de maternelle de l’école « Les petits pois » de Klinchkel participe au programme d’identification personnel continu (PIPC) lancé secrètement par les autorités luxembourgeoises.
Ce programme a pour but de tester les nouvelles possibilité d’identification des personnes afin de remplacer la carte d’identité. Une puce RFID (radio frequency identification) a donc été implantée à 22 enfants d’une classe de maternelle avec l’accord de leurs parents.

ExtractionPuceRFID
Photo extraite du reportage Next-up organisation RFID Extraction Radiation Ethics

 

Le but de l’opération est d’évaluer les avantages et inconvénients d’une telle méthode et d’en tester les limites.
L’information a fuité la semaine dernière suite à un cas de maltraitance sur enfant. En effet, une jeune fille de 4 ans a été reçue le 12 mai aux urgences du CHRD Luxembourg avec un doigt fortement abîmé. Celle-ci aurait déclaré aux médecins que son père lui avait « enfoncé un couteau dans le doigt pour lui enlever la puce ». Le père de la jeune fille n’avait pas été mis au courant lors de l’implantation de la puce et a réagi de manière violente en apprenant 9 mois plus tard que sa femme lui avait caché. Suite aux révélations de ce père de famille, les services secrets luxembourgeois ont décidé de communiquer sur l’expérience:
La puce RFID choisie est la dernière nouveauté de chez Hitachi. Celle-ci n’est pas plus grosse qu’un grain de riz et peut donc être aisément insérer sous la peau, sans même que la personne ne s’en rende compte. Les avancées technologiques en miniaturisation posent donc la question de la surveillance de la population sans consentement.
Un des parents de ces « enfants tests » a accepté de répondre à nos questions:

Pourquoi avoir accepté que votre enfant reçoive cette puce sous-cutanée et soit donc potentiellement suivi, localisé, voire analysé en continu ?
Nous avons signé un contrat nous expliquant que toutes les données récoltées ne seront pas utilisées à des fins commerciales et seront détruites une fois la période de test terminée à la fin de l’année scolaire. En plus, un défraiement conséquent nous sera versé au terme de l’étude.
Est-ce que votre enfant est au courant de ce qu’il a sous la peau ?
Notre enfant n’est même pas au courant, nous lui avons dit que c’était un vaccin, c’est ce que l’école nous avait demandé de leur dire. Et puis notre enfant est trop jeune pour comprendre, on préfère ne pas le perturber avec cela.
Que pensez-vous du fond de cette étude ? Seriez-vous prêt à avoir vous aussi une puce sous-cutanée ?
Pourquoi pas, personnellement je n’ai rien à me reprocher, donc cela ne me poserait pas de problèmes d’être surveillé, même 24h/24. J’ai tendance à penser que les gens qui s’insurgent contre ces améliorations de notre sécurité ont probablement des choses à cacher. De plus, j’aimerais que mes enfants gardent la puce au terme de l’étude, mais malheureusement ce n’est pas possible. Cela me rassurerait beaucoup que mes enfants soient localisables à distance. Si tous les enfants du monde avaient une puce sous-cutanée, il n’y aurait plus d’enlèvements d’enfants. Par contre, il faudrait implanter la puce ailleurs que dans le doigt car le ravisseur pourrait toujours se débarrasser de la puce facilement…

L’étude prendra fin le 30 juin 2014, les puces seront alors enlevées aux enfants.

Commentaires

PARTAGER