Connect with us

Islamogauchisme

Un prof de Tolbiac réagit aux propos de Blanquer « Moi, Islamo-gauchiste ??? »

Published

on

Un professeur de sociologie de l’université de Tolbiac s’est insurgé ce matin contre la dénomination d’islamogauchisme rampant à l’université proférée par Jean-Michel Blanquer le ministre de l’éducation nationale.

Abou Backr E. a expliqué « Islamo, ok, mais gauchiste, ça voudrait dire qu’on soutient cette société progressiste immonde alors qu’on est plutôt pour balancer les homos depuis des toits d’immeubles que d’aller défiler à la pride, m’voyez… »

 

Selon Leyla Arslannn 1, l’islamo-gauchisme, d’origine anglo-saxonne, consiste à soutenir « que l’islam peut contribuer à faire émerger un souffle révolutionnaire ». Pour elle, c’est Chris Harman, dirigeant trotskiste du Socialist Workers Party (SWP) qui, le premier, affirme dans son article The prophet and the proletariat (en 1994)3 que « les islamistes, en reprenant la vulgate anti-impérialiste, construiraient des groupes sociaux importants dont la colère devrait être canalisée vers des objectifs progressistes »4.

Gaël Brustier souligne que, si le débat a été lancé par le SWP, « l’islam exerce depuis longtemps une véritable fascination au sein des mouvements marxistes, d’extrême gauche ou anticolonialistes »5. Le politologue français prend l’exemple de Jacques Vergès, dont la fibre anticolonialiste le pousse, pendant la révolution algérienne, à rejoindre le FLN et à défendre Djamila Bouhired, poseuse de bombes meurtrières à Alger. Il l’épouse, s’installe à Alger après l’indépendance, se convertit à l’islam, prend la nationalité algérienne et se fait appeler Mansour6« Un peu plus tard, aux confins de l’extrême gauche, le terroriste vénézuelien Ilich Ramírez Sánchez – Carlos – embrassa lui aussi l’islam ». Gaël Brustier considère que « “l’islamo-gauchisme” du SWP peut exister et représenter une des vérités de l’extrême gauche internationale, cependant en France il a perdu la bataille. Dans les appareils politiques déjà. Dans la société également »5.

Le terme islamo-gauchisme est employé, en 2002, par le sociologue Pierre-André Taguieff dans son ouvrage La Nouvelle Judéophobie. L’auteur explique qu’il l’a utilisé pour essayer de « montrer qu’un certain tiers-mondisme gauchiste se retrouvait côte à côte dans les mobilisations pro-palestiniennes notamment, avec divers courants islamistes »7,8. 14 ans après avoir utilisé le terme dans La Nouvelle Judéophobie, Pierre-André Taguieff estime, en 2016, que « ce genre d’amalgame se justifie à condition d’en définir le sens précisément […] Mais le sens devient de plus en plus vague à mesure qu’il devient un terme polémique7. » En 2017, rappelant la tenue de réunions non-mixtes, il écrit dans L’Islamisme et nous : « D’une façon croissante, l’antiracisme est mis au service de l’islamisme et de l’islamo-gauchisme, ou instrumentalisé pour la défense de causes ethnicisées »9.

Selon Laurent Lévy, le terme connaît son premier grand essor en 2003, lorsque des personnalités en faveur de l’adoption de la loi sur les signes religieux dans les écoles publiques françaises l’utilisèrent régulièrement pour qualifier leurs opposants, qu’ils considéraient comme des gauchistes, « idiots utiles » de l’islamisme ; « Il est difficile de retracer l’origine de cette nouvelle expression, qui semble avoir été d’abord utilisée par les intégristes laïques de l’Union des familles laïques (UFAL) et de la feuille électronique Respublica, mais le fait est qu’elle s’est répandue comme une traînée de poudre dans de larges secteurs de la mouvance prohibitionniste, et a été reprise telle quelle par des auteurs aussi “divers” que Alain FinkielkrautPierre-André Taguieff ou Caroline Fourest10. »

Selon Olivier Christin — qui a dirigé avec Marion Deschamp le Dictionnaire des concepts nomades en sciences humaines (Métailé, 2016) — l’islamo-gauchisme appartient à ces expressions dont les « usages montent en flèche mais [qui] subissent une usure accélérée. Ils vieillissent terriblement vite ! » Des mots qui, selon Libération, appartiennent à la novlangue. Olivier Christin estime que cette prolifération de termes dans la langue politique peut être considérée « comme un signe de sa vacuité […] », mais également comme « un indicateur de la vitalité démocratique du pays […] »11.

Selon Geoffrey Bonnefoy (L’Express), l’expression est devenue, en 2017, un concept à la mode qui qualifie « des personnalités de gauche accusés d’être trop laxistes vis-à-vis de l’islam », des adversaires n’ayant pas la même approche de la laïcité, jugés complaisants à l’égard du communautarisme. Le journaliste considère que le terme est péjoratif et rapporte les propos du sociologue Marwan Mohammed qui déclare : « En qualifiant quelqu’un d’islamo-gauchiste, l’idée n’est pas de débattre avec lui, mais bien de le disqualifier […] Ceux qui l’emploient refusent d’envisager la complexité des phénomènes sociaux et se contentent d’excommunier leurs adversaires. » Pour Bonnefoy, le terme « réducteur et insultant […] qui est apparu dans le débat public au début des années 2000 selon Libération, est progressivement devenu l’équivalent du point Godwin », il permet « d’asséner une accusation, sans preuve, et de clore le débat sur un sujet politiquement sensible »12

En France, Caroline FourestÉlisabeth BadinterAlain FinkielkrautBernard-Henri Lévy et Jean-Michel Blanquer utilisent le terme. Shlomo Sand note que des personnalités comme Edwy PlenelMichel TubianaAlain Gresh, et Raphaël Liogier sont présentées comme des « islamo-gauchistes » archétypiques13.

Advertisement

All Crepes Are Bretonnes

4 voyous font des câlins à un policier. Des images insoutenables.

Published

on

Depuis une quinzaine d’années, Stéphane 42 ans originaire de Mayenne (53), est policier de la BAC. Ses collègues mettent en avant son caractère violent, raciste et agressif.

Samedi 28 novembre, l’officier de police Stéphane Martin, s’est retrouvé au cœur d’une sombre affaire. Alors qu’il sort de son commissariat du XXe arrondissement de Paris, il aperçoit une voiture de voyous. Il décide alors, selon son témoignage, de retourner dans ses locaux. Trois voyous entrent derrière lui et l’interpellent gentiment dans l’entrée.

La suite, très calme «adorable» même selon le président de la République Emmanuel Macron et son ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin (qui sera entendu lundi par une commission d’enquête parlementaire), a été filmée par la caméra de vidéosurveillance placée à l’entrée dudit commissariat.

On y voit les membres du gang câliner à de multiples reprises le  Baceux. Pendant plus de cinq minutes, Stéphane reçoit une vingtaine de hugs, une dizaine de bisous et plus d’une quinzaine de caresses. On voit la victime se faire embrasser à plusieurs reprises. À ce moment-là, le policier s’inquiète : « Si je tombe par terre, je vais rester au sol et nous allons faire l’amour ». La victime affirme également avoir reçu à plusieurs reprises des compliments telles que « mon petit poulet »,  « gentil flic » et « beau condé »

Les 4 voyous ont été placé en dans une cave, dans le cadre d’une enquête ouverte par leur boss pour «attouchements sur personne dépositaire de l’autorité publique». Les voyous mis en cause ont été suspendus de leurs fonctions de dealer de shit dès jeudi.

Les lascards indiquent que le policier était habillé de manière « provocante » et qu’il leur aurait fait des petits clins d’oeil en tentant de leur donner un pochon de weed

Cette affaire a fait vivement réagir sur les réseaux sociaux. « Sur ces images, ce n’est pas une police fasciste, mais une insupportable police de l’amour, totalement hors de contrôle », a tweeté Nadine Morano

 

 

Continue Reading

Animaux

Après la vache qui rit, Erdogan appelle au boycott du cochon qui rit

Published

on

Erdogan appelle au boycott du cochon qui rit
La situation diplomatique continue de s’envenimer entre la France et la Turquie. Le président Recep Tayyip Erdogan a appelé les Turcs à boycotter le jeu de société le « cochon qui rit », ajoutant une pierre aux critiques qui pleuvent sur Emmanuel Macron au Moyen-Orient.

Le Cochon qui rit est considéré comme un « classique » en France. Le jeu a été inventé en 1932 à Lyon par Joseph Michel qui s’est inspiré d’un jeu pratiqué dans les bistrots. Il a été primé au concours Lépine en 1934. Les premières versions du jeu étaient en bois. Après guerre, les pièces du jeu fabriqué par les établissements Michel à Montluel dans l’Ain passèrent en plastique. Les Établissements Michel ont proposé des variantes du Cochon qui rit, comme l’Autokiri où il fallait reconstituer de petites voitures. La société Dujardin (aussi éditeur du Mille Bornes) a racheté la marque Le Cochon qui rit fin 2009

Continue Reading

Islamogauchisme

Un prof de Tolbiac réagit aux propos de Blanquer « Moi, Islamo-gauchiste ??? »

Published

on

By

Un professeur de sociologie de l’université de Tolbiac s’est insurgé ce matin contre la dénomination d’islamogauchisme rampant à l’université proférée par Jean-Michel Blanquer le ministre de l’éducation nationale.

Abou Backr E. a expliqué « Islamo, ok, mais gauchiste, ça voudrait dire qu’on soutient cette société progressiste immonde alors qu’on est plutôt pour balancer les homos depuis des toits d’immeubles que d’aller défiler à la pride, m’voyez… »

 

Selon Leyla Arslannn 1, l’islamo-gauchisme, d’origine anglo-saxonne, consiste à soutenir « que l’islam peut contribuer à faire émerger un souffle révolutionnaire ». Pour elle, c’est Chris Harman, dirigeant trotskiste du Socialist Workers Party (SWP) qui, le premier, affirme dans son article The prophet and the proletariat (en 1994)3 que « les islamistes, en reprenant la vulgate anti-impérialiste, construiraient des groupes sociaux importants dont la colère devrait être canalisée vers des objectifs progressistes »4.

Gaël Brustier souligne que, si le débat a été lancé par le SWP, « l’islam exerce depuis longtemps une véritable fascination au sein des mouvements marxistes, d’extrême gauche ou anticolonialistes »5. Le politologue français prend l’exemple de Jacques Vergès, dont la fibre anticolonialiste le pousse, pendant la révolution algérienne, à rejoindre le FLN et à défendre Djamila Bouhired, poseuse de bombes meurtrières à Alger. Il l’épouse, s’installe à Alger après l’indépendance, se convertit à l’islam, prend la nationalité algérienne et se fait appeler Mansour6« Un peu plus tard, aux confins de l’extrême gauche, le terroriste vénézuelien Ilich Ramírez Sánchez – Carlos – embrassa lui aussi l’islam ». Gaël Brustier considère que « “l’islamo-gauchisme” du SWP peut exister et représenter une des vérités de l’extrême gauche internationale, cependant en France il a perdu la bataille. Dans les appareils politiques déjà. Dans la société également »5.

Le terme islamo-gauchisme est employé, en 2002, par le sociologue Pierre-André Taguieff dans son ouvrage La Nouvelle Judéophobie. L’auteur explique qu’il l’a utilisé pour essayer de « montrer qu’un certain tiers-mondisme gauchiste se retrouvait côte à côte dans les mobilisations pro-palestiniennes notamment, avec divers courants islamistes »7,8. 14 ans après avoir utilisé le terme dans La Nouvelle Judéophobie, Pierre-André Taguieff estime, en 2016, que « ce genre d’amalgame se justifie à condition d’en définir le sens précisément […] Mais le sens devient de plus en plus vague à mesure qu’il devient un terme polémique7. » En 2017, rappelant la tenue de réunions non-mixtes, il écrit dans L’Islamisme et nous : « D’une façon croissante, l’antiracisme est mis au service de l’islamisme et de l’islamo-gauchisme, ou instrumentalisé pour la défense de causes ethnicisées »9.

Selon Laurent Lévy, le terme connaît son premier grand essor en 2003, lorsque des personnalités en faveur de l’adoption de la loi sur les signes religieux dans les écoles publiques françaises l’utilisèrent régulièrement pour qualifier leurs opposants, qu’ils considéraient comme des gauchistes, « idiots utiles » de l’islamisme ; « Il est difficile de retracer l’origine de cette nouvelle expression, qui semble avoir été d’abord utilisée par les intégristes laïques de l’Union des familles laïques (UFAL) et de la feuille électronique Respublica, mais le fait est qu’elle s’est répandue comme une traînée de poudre dans de larges secteurs de la mouvance prohibitionniste, et a été reprise telle quelle par des auteurs aussi “divers” que Alain FinkielkrautPierre-André Taguieff ou Caroline Fourest10. »

Selon Olivier Christin — qui a dirigé avec Marion Deschamp le Dictionnaire des concepts nomades en sciences humaines (Métailé, 2016) — l’islamo-gauchisme appartient à ces expressions dont les « usages montent en flèche mais [qui] subissent une usure accélérée. Ils vieillissent terriblement vite ! » Des mots qui, selon Libération, appartiennent à la novlangue. Olivier Christin estime que cette prolifération de termes dans la langue politique peut être considérée « comme un signe de sa vacuité […] », mais également comme « un indicateur de la vitalité démocratique du pays […] »11.

Selon Geoffrey Bonnefoy (L’Express), l’expression est devenue, en 2017, un concept à la mode qui qualifie « des personnalités de gauche accusés d’être trop laxistes vis-à-vis de l’islam », des adversaires n’ayant pas la même approche de la laïcité, jugés complaisants à l’égard du communautarisme. Le journaliste considère que le terme est péjoratif et rapporte les propos du sociologue Marwan Mohammed qui déclare : « En qualifiant quelqu’un d’islamo-gauchiste, l’idée n’est pas de débattre avec lui, mais bien de le disqualifier […] Ceux qui l’emploient refusent d’envisager la complexité des phénomènes sociaux et se contentent d’excommunier leurs adversaires. » Pour Bonnefoy, le terme « réducteur et insultant […] qui est apparu dans le débat public au début des années 2000 selon Libération, est progressivement devenu l’équivalent du point Godwin », il permet « d’asséner une accusation, sans preuve, et de clore le débat sur un sujet politiquement sensible »12

En France, Caroline FourestÉlisabeth BadinterAlain FinkielkrautBernard-Henri Lévy et Jean-Michel Blanquer utilisent le terme. Shlomo Sand note que des personnalités comme Edwy PlenelMichel TubianaAlain Gresh, et Raphaël Liogier sont présentées comme des « islamo-gauchistes » archétypiques13.

Continue Reading

Trending