Théo Francken sur le Tour des Flandres: « Y en a marre de ces étrangers qui viennent voler NOS victoires »

Théo Francken : « Trop is te veelo » !

Furibard, c’est ainsi que l’on pourrait décrire Théo Francken après la victoire du Norvégien Alexander Kristoff dans le Tour des Flandres ce dimanche. « Y en a marre de ces étrangers qui viennent voler NOS victoires sur NOS terres sacrées. Le Ronde doit redevenir notre pré carré », aurait-il ajouté au micro de la VRT avant de quitter précipitamment Oudenaarde où était jugée l’arrivée. Il faut dire que cela fait trois ans qu’un Flamand ne s’est pas imposé dans « sa » course. Si l’on ajoute à cela le fait que cette année, c’est un Italien qui a gagné Gand-Wevelgem, que des Britanniques ont remporté le Nieuwsblad, Kuurne-Bruxelles-Kuurne et le Grand Prix E3 à Harelbeke et que c’est déjà le Norvégien Kristoff qui avait gagné les 3 jours de La Panne, on peut comprendre le courroux du secrétaire d’état à l’asile, à la migration et à la collaboration.

 

Pour un nationaliste-social comme lui, ne plus être maître sur ses terres, c’est une chose tellement impensable que sa réaction ne s’est pas faite attendre. Faisant fi du caractère férié du lundi pascal, il vient de sortir un arrêté royal interdisant désormais à tout coureur qui n’a pas du sang flamand dans les veines d’encore s’aligner sur une course cycliste dans la partie néerlandophone du pays. Evidemment, Théo Francken sait que la transfusion sanguine est une pratique très répandue dans le peloton. Il serait donc facile pour les coureurs étrangers d’acheter quelques centilitres de sang à un Flamand pur jus et de se les injecter afin de pouvoir participer aux classiques flamandes. Comme il n’est pas le premier imbécile venu, M. Francken a fait développer par les plus éminents généticiens flamands un test imparable pour débusquer toute tentative de dopage identitaire.

 

La veille du départ, chaque participant devra se soumettre à une batterie d’examens qui prouvera qu’il est bel bien Flamouche (diminutif de Flamand de souche). La première étape à franchir sera de citer dix Bekende Vlamingen, c’est-à-dire dix Flamands célèbres, parmi lesquels trois speakerines de VTM qui ont fait la une de P-Magazine en petite culotte. Il devra ensuite être capable de chanter le Vlaamse Leeuw en patois de Kuurne pour le premier couplet, de Maasmechelen pour le second et d’Heusden-Zolder pour le troisième. Enfin, lors de l’épreuve suprême, il devra parvenir à écouter un album entier de Clouseau et de dire à la fin qu’il a passé un bon moment et qu’il en veut encore. Tout cycliste qui échouera à l’un de ces trois tests sera immédiatement conduit en vélodrome fermé en attendant son expulsion vers son pays d’origine. Une rafle, un vélodrome, une déportation… C’est bizarre, j’ai comme l’impression que ça me rappelle quelque chose…

Les commentaires sont juste en dessous de la publicité:

Commentaires