Connect with us

Cuisine

Le terme Belgian Fries officialisé, l’expression French Fries interdite sous peine d’emprisonnement

Published

on

Ce week-end tous les grands chefs d’états de pays anglophones s’étaient réunis à Londres. Il n’y était pas question d’environnement, terrorisme ou encore moins d’arrangements financiers.

Ces pays se sont rencontrés pour enfin mettre un terme à la plus grande mascarade de l’histoire de notre planète. En effet, l’expression erronée, dite French Fries, est désormais interdite et bannie de la langue anglaise.

Les frites seront à partir de maintenant appelées Belgian Fries. Cela pour respecter le pays qui en est à l’origine et qui en a même fait une partie de son patrimoine. Tout non respect de cet accord sera sanctionné immédiatement par une peine de prison. Une centaine d’Américains ont déjà été arrêtés et pas de moins de 6000 Parisiens.

Cela au plus grand plaisir de l’association Frieten zijn van ons/Les frites sont à nous. Les deux parrains du mouvement, Mathias Schoenaerts et Benoît Poelvoorde étaient présents lors de l’accord. Ce dernier était particulièrement heureux lors de la signature. Il a déclaré par après à la télévision anglaise qu’il se sentait « terriblement soulagé », avant de conclure « Aujourd’hui les anglophones ont rendu à César ce qui appartient à César ! Je les remercie de tout cœur ! »

Les commentaires sont en dessous de la publicité

👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇

Coronavirus

Jawad s’explique sur les dîners clandestins : « Christophe Leroy avait besoin d’un commis de cuisine, j’ai voulu rendre service. »

Published

on

Nouveau rebondissement dans la tumultueuse affaire des dîner clandestins au palais Vivienne.
Jawad Bendaoud, bien connu pour ses frasques médiatiques depuis quelques années, a voulu réagir à la polémique.

« C’est Christophe qui m’a contacté ; il avait besoin d’un commis de cuisine pour l’aider à préparer ses plats. Moi j’ai voulu rendre service. Je ne savais pas du tout que c’était ces dîners étaient interdits. »

Lorsque nous l’interrogeons sur son propre rôle lors des dîners en question, M. Bendaoud nous répond :

« Christophe m’a dit qu’il avait besoin de recettes originales. Je lui ai appris celle du sandwich escalope-boursin. Il a tout de suite été emballé ; il a dit que ça vaudrait bien 55 € dans le menu. »

Nous ignorons actuellement si les convives ont commandé ce plat en particulier.

Les commentaires sont en dessous de la publicité

👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇
Continue Reading

Cuisine

Gérard Larcher veut mettre la France « au régime », parce que le faire tout seul « c’est trop dur »

Published

on

Le gros bond en avant.

Gérard Larcher, président du Sénat, a annoncé hier un plan pour « avoir un putain de summerbody ».

Son idée, pas plus originale que ça, est de faire un régime.

Malheureusement, ce qui manque le plus dans les régimes, c’est la détermination. Pour y arriver, il compte forcer ses compatriotes à faire une diète eux aussi, sous peine d’une amende de 135 € qui sera pour les frais de bouche de Gégé.

Avec ça, le plus gros personnage de l’Etat pourra continuer ses deux petits-déjeuners, trois repas, un souper et trois dîners sans trop se ruiner.

Les réfractaires seront abattus.

Ça tombe bien, le gibier, il adore ça !

Clitorin De Menfairpieds-Clavicule

Les commentaires sont en dessous de la publicité

👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇
Continue Reading

Complot

Limoges : Il ouvre son restaurant et fait salle pleine

Published

on

 

Lundi 1er Février, 12:00, au restaurant « La bouche des goûts » de Limoges, Didier Sauvage a décidé d’ouvrir son restaurant, bravant l’interdiction pour cause de crise sanitaire. Il appelle également ses confrères à faire de même.

En ces temps de Covid, ouvrir un restaurant est un acte politique. Le restaurateur Didier Sauvage, propriétaire du meilleur restaurant-kebab-pizzeria-sushi de Limoges, a ouvert son établissement ce lundi 1er février, pour protester contre les restrictions sanitaires qui empêchent l’ouverture des lieux de restauration.

Le résultat est sans appel : Salle pleine, la cuisine ne peut même pas tenir le rythme au vue de la quantité de clients qui se sont rués vers l’établissement. Une bollinette de cacahuètes a même déjà été offert au client pour s’excuser de l’attente.

Le mouvement est donc un grand succès, la caisse n’a jamais été aussi remplie depuis l’été 2003 et la visite de 2 client souhaitant se désaltérer.

Didier Sauvage a déclaré être très heureux de son choix d’ouvrir en ce 1er février malgré l’interdiction, et espère attirer pourquoi pas, un second visiteur avant la fin de la journée.

Les commentaires sont en dessous de la publicité

👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇
Continue Reading

Trending