Connect with us

Coronavirus

Premier cas de coronavirus détecté à Nibelheim: la ShinRa a décidé de brûler la ville

Published

on

Il n’y a qu’une chose à dire sur ces événements: c’était un mal nécessaire. C’est l’avis des plus éminents membre de la ShinRa. Et pour cause, la décision n’a pas plu à tout le monde.

Revenons cinq ans en arrière, au 68ème étage de la Tour ShinRa. La tension est à son comble et le Professeur Hojo exulte: il a réussi à créer un nouvel organisme à partir des cellules de Jénova. Cet organisme, il le nomme coronavirus. Pressé d’annoncer son résultat à la présidence, le scientifique souhaite tester son virus sur la population. Quoi de mieux que de choisir Nibelheim, comme cas test: une ville reculée possédant son propre laboratoire. Fort heureusement, cette autorisation lui est catégoriquement refusée. Las. Après plusieurs années, force est de constater qu’Hojo n’a pas respecté cette interdiction. Puisque, ce lundi, le premier cas de coronavirus a été détecté à Nibelheim

« Nous sommes en guerre »

Immédiatement, le ministre de l’intérieur Heidegger Castaner, envoie les Turks sur place. L’un d’eux, Vincent, ne reviendra pas. Le rapport des Turks est sans appel: l’épidémie a débuté. Bien vite, le Président Rufus donne les ordres: il faut contenir la maladie, quoiqu’il en coûte. « Nous sommes en guerre. Je dois prendre des décisions radicales.Tout d’abord, ce qui ne peut être contenu doit être brûlé. Nous sommes en Guerre. Ensuite, je déclare l’État d’urgence et ordonne dès ce soir un couvre-feu. Tout contrevenant sera éliminé. Par ailleurs, j’ai fait arrêter le professeur Hojo pour qu’il réponde de ses actes. Enfin, mon meilleur soldat, Séphiroth, est en route pour Nibelheim et  conformément à mes instructions, il réglera la situation aujourd’hui même. Nous sommes en guerre. » 

Un bienfait pour la planète

La suite nous la connaissons: le soldat a brûlé la ville. Évidemment, la décision a suscité l’indignation partout dans le monde. Pourtant, les adversaires de la Shinra reconnaissent qu’il était peut-être nécessaire de passer par là: « Tous ces morts, c’est très bon pour l’énergie vitale de planète » explique Barret, le leader charismatique du groupe d’activistes AVALANCHE.

Belgique

Complotiste, il écrit « le virus n’existe pas » sur son masque et est toujours en bonne santé

Published

on

By

Kyllyan-Eudes, habitant de Boulogne Billancourt, près de Paris, fait partie des personnes qui ne croient pas à l’existence de la Covid-19. Souvent qualifié de complotiste, il se défend pourtant de cette image qui lui est collée. Retour, en quelques questions, d’une longue interview filmée qui sera bientôt partagée sur nos pages. Les réponses présentes dans l’extrait ci-dessous ont été traduites dans un français plus conventionnel.

Trouvez-vous légitime d’être vu comme un complotiste ? Comment le vivez-vous ?

Honnêtement, je ne le vis pas si mal. Ce n’est pas l’étiquettes collée sur ma personne qui me gêne le plus. Je ne regarde pas à ça. Ce qui me chagrine, c’est que les gens ne comprennent pas que je fais tout cela pour leur bien. Quelqu’un doit leur ouvrir les yeux, leur montrer que leur liberté est menacée. Mais je me réconforte à l’idée que tôt ou tard, ils me remercieront.

Vous avez décidé de porter un masque avec la mention « le virus n’existe pas », pourquoi ?

Tout simplement parce que c’est la réalité. Le virus n’est qu’un leurre pour nous faire perdre, petit à petit, et surtout sans que l’on ne s’en aperçoive, nos libertés. Tous les droits que nous avons acquis si difficilement ces dernières dizaines d’années dans notre pays. Il n’est pas question de me faire injecter une puce de traçage via un soi-disant vaccin. La France doit rester un lieu où il fait bon vivre, et où chacun est en droit de réaliser ce qu’il a envie, notamment ses rêves. Pour ces raisons, j’ai décidé de faire passer un message pacifiquement, sur mon masque, indiquant que le virus n’existe pas. Les gens paraissent moins choqués par cette façon de procéder.

Pensez-vous que cette action portera ses fruits ?

Très honnêtement, j’en suis persuadé. J’ai déjà donné à quelques amis et quelques intéressés le même masque. Et pour preuve, ni eux, ni moi, ne sommes tombés malade. Pourtant, à entendre les médias et notre gouvernement, à la vitesse où le virus se transmet et à la dangerosité qui lui est attribuée, certains d’entre nous devraient être contaminés, voire hospitalisés, et même pire encore. Mais il n’en est rien, nous sommes tous là et continueront à le montrer, à faire passer le message. 

L’intégralité de l’interview est à découvrir bientôt.

Continue Reading

Coronavirus

« Oui, je pense qu’on peut devenir islamiste dès le premier Kebab » déclare Gerald Darmanin

Published

on

Il a pris pour exemple Benoit H, un jeune français qui n’a plus que 6% d’attachement à la république.

Le terme kebab ou kébab, emprunté à l’arabe : کباب, kabāb, signifie « grillade », « viande grillée » et désigne différents plats à base de viande grillée dans de nombreux pays ayant généralement fait partie des mondes ottoman et perse (dont l’Inde du Nord).

Dans son utilisation francophone, comme dans d’autres langues occidentales, le terme utilisé seul désigne spécifiquement le sandwich fourré de viande grillée à la broche ou doner kebab popularisé à Berlin, en Allemagne, dans les années 1970. Par métonymie, « kebab » désigne également le type de restaurant (en) qui le sert. Parmi les équivalents les plus courants du terme doner kebab, le vocable chawarma (et ses variantes) est utilisé au Moyen-Orient. Ces termes désignent soit la viande et son mode de préparation, soit le sandwich correspondant.

 

Pour preuve:

L’interview kebab de Benoît Hamon

On a invité Benoît Hamon à manger un #kebab. Le candidat aux primaires de la gauche répond aux questions de StreetVox. StreetPress.com 0’00 — Les premières …

Continue Reading

Buzz

Confinement et prohibition : Tyrion Lannister s’en remet à Al Capone pour rester bourré la plupart du temps

Published

on

Al capone, tyrion lannister

Connaissant tous l’énergumène Tyrion, avec la prohibition il sera sûrement vite à cours de réserve d’alcool et de vin. Nous savons de source sûr qu’il aurait envoyé Sansa négocier avec Al Capone pour avoir une livraison prioritaire tous les jeudi de semaine entre 3 et 6 heures sous les quaies du pont du marché de King’s landing entre le bordel à Michelinne et le bar de Dédé qui a été fermé par les autorités. Je dis ça, je dis rien 😉 .

 

Chimpanzément votre,

Continue Reading

Trending