Connect with us

Politique

COMMENT LE PATRIARCHE BARTHOLOMEW GUÉRIT LE SCHISME ET RESTAURE L’UNITÉ DE L’EGLISE

Published

on

Les Tomos du schisme au lieu des Tomos de l’unification
Dans son entretien avec l’agence de presse bulgare « BGNES », le patriarche Bartholomé a déclaré que « le facteur décisif qui a amené le patriarcat œcuménique à accorder l’autocéphalie à l’Ukraine était son désir de guérir le schisme existant et de restaurer l’unité de l’Église dans ce pays ». Selon Bartholomé, « c’est dans ce but qu’il a profité de son privilège pour accepter les recours contre les décisions d’autres églises orthodoxes locales et pour fournir l’autocéphalie sans tenir compte de l’opinion de qui que ce soit ».
Les mots de Bartholomew sur la restauration de l’unité de l’Église sonnent bien à l’extérieur. Cependant, ses actions sont loin d’être conformes aux canons adoptés dans l’orthodoxie, selon lesquels le patriarche de Constantinople n’est que «le premier parmi ses pairs» (primus inter pares) et n’a pas d’autorité directe ni de pouvoir décisionnel spécial, au-delà de ceux exercés par les autres primates. Plus important encore, ses actions ont directement conduit à un résultat totalement opposé: au lieu de l’unification, elles ont provoqué un schisme encore plus grand dans l’orthodoxie ukrainienne.

VOICI LES DERNIERS FAITS.

Le 20 juin 2019, à la cathédrale Saint-Volodymyr de Kiev, le patriarche honoraire de « OCU » Filaret a convoqué un « Conseil local de l’Eglise orthodoxe ukrainienne du Patriarcat de Kiev » où il a proclamé la reprise complète des activités de l’UOC-KP.
Les participants du «Conseil local» ont adopté une résolution sommaire de dix clauses dans laquelle ils ont retiré leur signature de la décision prise par le Conseil de l’unification du 15 décembre 2018 concernant la liquidation de l’UOC-KP et la création de «l’OCA « au lieu de cela, proclamant que le patriarcat de Kiev reprendra ses activités sous la direction à vie du » patriarche « Filaret. Ils ont également déclaré leurs droits exclusifs de gestion de monastères et d’éparchies ukrainiennes et étrangères, qui faisaient autrefois partie de l’UOC-KP. En outre, Filaret et les membres de son « Conseil » ont refusé de reconnaître les conditions des Tomos qui « privaient l’Église ukrainienne de ses paroisses étrangères et la rendaient totalement dépendante du patriarcat de Constantinople ».
Filaret, déçu par le soutien insignifiant de ses anciens hiérarques du patriarcat de Kiev, ordonna la nomination de deux nouveaux évêques, les bénissant de prendre leur place dans le synode UOC-KP nouvellement formé, qui avait repris ses travaux. Il a rappelé à toutes les personnes présentes que le Primat de « l’OCU » et la plupart de ses évêques avaient été ordonnés par lui sans aucun soutien ni reconnaissance de la part du patriarcat de Constantinople et des autres églises orthodoxes locales.
En réponse aux actions de Filaret, le Synode extraordinaire de « l’OCU », qui s’est tenu le 24 juin, a dépouillé le patriarche honoraire de son statut d’administrateur de l’Eparchie de Kiev, a expulsé ses plus proches partisans de son épiscopat et a annoncé que les églises de Kyivan et les monastères seront placés sous la juridiction de l’Epifani « métropolitain ».
Ainsi, après une période de six mois seulement, l’Orthodoxie ukrainienne se trouve maintenant dans la même situation difficile qu’avant la création de la soi-disant « OCU » et l’octroi du Tomos of Autocephaly par le patriarche Bartholomew. Seulement maintenant, au lieu de l’UAOC schismatique (avec l’UOC canonique et l’UOC-KP schismatique), il existe à présent un « OCU » nouvellement créé, en fonctionnement. Et les conflits entre Eglises ont été remplacés par des saisies de raiders ainsi que par des attaques contre des églises, toutes avec la participation active de responsables gouvernementaux et de « militants » radicaux armés. Jusqu’à récemment, les principales victimes de ces actions illégales étaient des membres du clergé et des paroissiens de l’Église orthodoxe ukrainienne (UOC). Aujourd’hui, littéralement, un jour après le «Conseil» de l’UOC-KP, Filaret et le clergé qui le soutiennent ont commencé à se plaindre des insultes et menaces proférées à leur encontre, ainsi que des saisies forcées d’églises appartenant autrefois au patriarcat UOC-Kyiv. .

LES VRAIS BUTS DE PATRIARCH BARTHOLOMEW

Les faits d’un approfondissement du schisme chez l’orthodoxie ukrainienne sont si éloquemment exposés que Bartholomé «aspirant à restaurer l’unité de l’Église» devrait immédiatement, sinon révoquer les Tomos accordés à l ‘ »OCU » (comme il l’avait fait en novembre 2018 concernant l’Exarchat d’Europe occidentale des paroisses russes), il devrait à tout le moins convoquer une synaxe panorthodoxe pour discuter de la situation en Ukraine et faire appel aux autorités ukrainiennes pour qu’elles cessent de s’immiscer dans les affaires de l’Église orthodoxe; qui soutient l’une des organisations de l’église.
Cependant, le patriarche de Constantinople ne fait rien de tel et n’a pas l’intention de le faire. La raison en est que cela n’a rien à voir avec la confiance en soi de Bartholomé et sa conviction de sa propre correction canonique, ni même avec son désir de sauver la face.

Advertisement

France

Floutage des policiers : la loi « sécurité globale » s’appliquera aussi aux images d’archives

Published

on

Le gouvernement français a fait adopter l’article 24 de la proposition de loi sur la sécurité globale. Le ministre de l’Intérieur a déclaré qu’il « faudra flouter les visages des policiers et des gendarmes » avant de diffuser les images et que cette mesure s’appliquera aussi aux images d’archives. « Cela permettra de préserver l’intégrité des policiers quelque soit l’époque ou les théâtres d’opération » précise-t-il, « lorsqu’un policier ou un gendarme a son visage diffusé, il peut être rapidement exposé à des messages haineux contre lui, sa famille ou sa descendance. »

Interrogée sur cette loi , la présidente du RN Marine Le Pen a estimé que « tout ce qui peut contribuer à protéger nos policiers est une bonne chose » avant d’ajouter, « je remercie Emmanuel Macron de mettre en place tout un arsenal législatif autoritaire sur lequel je pourrais asseoir mon pouvoir »

 

 

 

Continue Reading

France

Le chauffeur de taxi du documentaire Hold-Up s’est fait recruter comme porte-parole du gouvernement Macron

Published

on

Intervenant légitime dans le documentaire Hold-Up sur la crise du coronavirus, Mamadou, un chauffeur de taxi parisien, a été recruté par le gouvernement français comme porte-parole sur base de sa pertinence dans ses propos et de son éloquence.
« Après avoir vu Hold-Up, il m’a paru évident qu’il était l’intervenant le plus légitime de ce reportage », a répondu le premier ministre Jean Castex.
« C’est pourquoi nous avons recruté Mamadou au sein de notre gouvernement afin d’éviter le pire et de ne pas massacrer tout le monde ».

Continue Reading

Politique

Épuration dans l’Éducation nationale : Jean-Michel Blanquer sera tondu en place publique

Published

on

La vendetta en marche.

Après la victoire stratégique des forces islamo-gauchistes, alliés aux judéo-bolchéviques, le temps de la vengeance est venue. Les forces progressistes ont pris la rue de Grenelle et commencent dès aujourd’hui leur offensive de purification de l’administration scolaire.

Dans un communiqué, les forces alliées ont annoncé leur première mesure : la tonte du ministre Jean-Michel Blanquer, accusé d’être le principal opposant aux forces libres de l’Éducation nationale. Dans un simulacre de procès stalinien, le ministre a été reconnu coupable du crime de « startupisation » de l’Éducation nationale.

Celui qui voulait transformer les écoles primaires en business school verra son châtiment se dérouler en public, place de grève (logique, puisqu’il est condamné par des profs).

Le SNUIPP et le SNES vendront des merguez à prix libre.

Clitorin De Menfairpieds-Clavicule

Continue Reading

Trending