Connect with us

Belgique

Nouvel appel à la purge lancé par Saint-Nicolas contre les décorations de Noël anticipées

Published

on

Le parquet de Charleroi a inculpé ce vendredi 2 novembre au matin Saint-Nicolas, le père Fouettard et leur âne pour « provocation publique d’atteinte volontaire à la vie et à l’intégrité physique des personnes ».

Certainement inspiré par le jeune Isérois islamo-bobo-gauchiste dont l’appel datant de quelques jours avait entraîné de nombreux troubles chez nos voisins français, le grand Saint et ses acolytes ont également invité leurs fidèles à réagir face à une situation de plus en plus insoutenable. « C’est intolérable ! », lâche Saint-Nic, une canette de Carapils à la main. « Chaque année, ils s’y mettent de plus en plus tôt ! Cette année, ça n’a pas loupé, ils m’ont carrément oublié, les ingrats ! Halloween à peine finie, ils ont déjà accroché leurs guirlandes lumineuses achetées chez Aldi et décoré leur sapin en plastoc. »

Saint-Nicolas avait besoin de réagir. « Avec Fouettard et l’âne, nous n’en pouvions plus. Mais à trois seulement, pas possible de faire quoi que ce soit. Alors, on a publié sur nos comptes Facebook, Twitter, Snapchat et LinkedIn des appels à l’aide ! Bousillons toutes ces façades lumineuses et tous ces jardins décorés avant l’heure à la gloire de l’autre gros Noël ! Caillassons les responsables et pendons les par leurs attributs sur la place publique en exemple ! »

Heureusement, les forces policières ont pu intervenir avant tout accident significatif. Marcel, l’un des policiers chargés de l’arrestation, nous raconte. « Mais vous êtes aussi ivre que ces trois blaireaux déguisés ou quoi ? Ils n’ont pas encore dessaoulé de leur soirée d’Halloween et se prennent réellement pour leurs personnages. Tout ce qu’ils ont réussi à faire, c’est uriner sur le sapin de Noel du centre commercial Rive Gauche de Charleroi… »

Espérons tout de même que le grand Saint-Nicolas et ses employés soient libérés à temps et puissent distribuer leurs cadeaux aux écoliers belges.

Continue Reading
Advertisement

Belgique

Association des Dealers de Rue : « Nous allons mettre en place un système de livraison »

Published

on

By

Le reconfinement met une nouvelle fois les dealers de rue dans l’embarras. Ces derniers font face à de nombreuses difficultés financières et logistiques depuis l’arrive du Covid-19. L’Association des Dealers de Rue estime que près de 18% de leurs membres ont dû stopper leurs activités. Le reconfinement inquiète l’Association, qui craint que de plus en plus de dealers se retrouvent sans clientèle et sans revenu.

Afin de pallier au problème, les membres de l’Association se sont concertés pendant de nombreuses heures, ce jeudi après-midi. Finalement, après une mûre réflexion, ceux-ci vont lancer en place un système de livraison afin de sauvegarder leurs emplois.

Enfin, un seul mot de conclusion car il parait que c’est à la mode dans les articles : prout.

Continue Reading

Belgique

Covid: Un Belge propose de garder vos enfants quand les écoles refermeront

Published

on

By

Marc D, un électricien de la région de Charleroi, propose dès le reconfinement des écoles de s’occuper de vos enfants.

Plusieurs activités sont proposées par le jeune entrepreneur notamment des dégustations de vin, il a en effet un diplôme de caviste professionnel.

Continue Reading

Belgique

Complotiste, il écrit « le virus n’existe pas » sur son masque et est toujours en bonne santé

Published

on

By

Kyllyan-Eudes, habitant de Boulogne Billancourt, près de Paris, fait partie des personnes qui ne croient pas à l’existence de la Covid-19. Souvent qualifié de complotiste, il se défend pourtant de cette image qui lui est collée. Retour, en quelques questions, d’une longue interview filmée qui sera bientôt partagée sur nos pages. Les réponses présentes dans l’extrait ci-dessous ont été traduites dans un français plus conventionnel.

Trouvez-vous légitime d’être vu comme un complotiste ? Comment le vivez-vous ?

Honnêtement, je ne le vis pas si mal. Ce n’est pas l’étiquettes collée sur ma personne qui me gêne le plus. Je ne regarde pas à ça. Ce qui me chagrine, c’est que les gens ne comprennent pas que je fais tout cela pour leur bien. Quelqu’un doit leur ouvrir les yeux, leur montrer que leur liberté est menacée. Mais je me réconforte à l’idée que tôt ou tard, ils me remercieront.

Vous avez décidé de porter un masque avec la mention « le virus n’existe pas », pourquoi ?

Tout simplement parce que c’est la réalité. Le virus n’est qu’un leurre pour nous faire perdre, petit à petit, et surtout sans que l’on ne s’en aperçoive, nos libertés. Tous les droits que nous avons acquis si difficilement ces dernières dizaines d’années dans notre pays. Il n’est pas question de me faire injecter une puce de traçage via un soi-disant vaccin. La France doit rester un lieu où il fait bon vivre, et où chacun est en droit de réaliser ce qu’il a envie, notamment ses rêves. Pour ces raisons, j’ai décidé de faire passer un message pacifiquement, sur mon masque, indiquant que le virus n’existe pas. Les gens paraissent moins choqués par cette façon de procéder.

Pensez-vous que cette action portera ses fruits ?

Très honnêtement, j’en suis persuadé. J’ai déjà donné à quelques amis et quelques intéressés le même masque. Et pour preuve, ni eux, ni moi, ne sommes tombés malade. Pourtant, à entendre les médias et notre gouvernement, à la vitesse où le virus se transmet et à la dangerosité qui lui est attribuée, certains d’entre nous devraient être contaminés, voire hospitalisés, et même pire encore. Mais il n’en est rien, nous sommes tous là et continueront à le montrer, à faire passer le message. 

L’intégralité de l’interview est à découvrir bientôt.

Continue Reading

Trending