La ministre de l’énergie Marie Christine Marghem a fait son coming out politique ce jeudi en annonçant qu’elle était depuis toujours une écologiste convaincue et membre du parti ECOLO depuis 1980. Elle rejoint le parti à sa création, sous l’acronyme « ecologistes confédérés pour l’organisation de luttes originales » après avoir servi 12 ans chez Greenpeace sur le Rainbow Warrior.

Proche de Zakia Khattabi, elle a infiltré le MR dans les années 2000 pour sortir du nucléaire « de l’intérieur » en sabotant discrètement tout ce qu’elle pouvait. La Belgique sortira bien du nucléaire en 2025 puisque plus aucune centrale ne fonctionnera d’ici 7 ans.

Catherine Fonck, quant à elle, a tout saboté à l’insu de son plein gré.

Licenciée en droit de l’Université de Liège et avocate, elle commence sa carrière politique en se présentant sur les listes du Parti social-chrétien (PSC) aux élections communales de 1994, à Tournai. Elle est élue et devient conseillère communale, puis quitte le PSC quand Gérard Deprez fonde le Mouvement des citoyens pour le changement. En octobre 2006, lors des élections communales, elle réalisa un score personnel de 4840 voix réalisant le plus haut score de l’entité et dépassant le socialiste Christian Massy qui s’allia avec le CdH pour former une coalition. Dans le cadre de ses activités parlementaires, Marie-Christine Marghem se fait remarquer sur le plan national pour son travail dans la Commission abus sexuels et dans celle liée à la débâcle de la banque Dexia. En octobre 2012, aux élections communales, Marie-Christine Marghem obtient 7 911 voix, un score remarquable au vu des circonstances (apparition d’une liste dissidente et installation à Tournai de Rudy Demotte, Ministre-Président de la Fédération Wallonie-Bruxelles et de la Wallonie). Le MR obtient 12 sièges et Marie-Christine Marghem devient 1re échevine dans le cadre d’un accord de majorité avec le PS.

Aux élections fédérales du 25 mai 2014, elle se présente dans le Hainaut et est élue avec plus de 21 000 voix de préférence1. Le 11 octobre 2014, elle prête serment devant le Roi Philippe comme Ministre de l’Énergie, de l’Environnement et du Développement durable dans le Gouvernement Michel. Elle s’occupe des dossiers sur la transition énergétique[réf. nécessaire]. Elle est également ministre responsable de l’Institut fédéral pour le développement durable.

Commentaires