Les 10 villages de Belgique sans immigrés où il fait bon vivre

Le Belge est raciste, c’est un fait. Il est donc d’utilité publique de permettre à cette population raciste de trouver des villages où il fait bon vivre sans immigration.

Voici les 10 derniers villages de Wallonie sans (trop d’) étrangers:

1) Porcheresse (Daverdisse) : On ne compte dans ce village qu’une seule famille immigrée.
Les Taraborelli vivent depuis 1968 dans le petit hameau et n’ont jamais causé un seul pépin
aux riverains. Voilà 456 habitants qui peuvent dormir sur leurs deux oreilles
2) Sibret (Bastogne) : Trois familles sont issues de l’immigration d’avant-guerre. Les
robenstein ont fui la montée du nazisme en 1937.
3) Remagne (Libramont-Chevigny) : Hormis quelques grandes-gueules à l’école
communale. Les gens issus de l’immigration sont très gentils.
4) Bernimont (Libramont-Chevigny) : Les délits les plus enregistrés sont le braconnage.
Tous orchestrés d’une main belgo-belge malheureusement…
5) Ucimont (Bouillon) : Le campement rom’ ne trie pas toujours ses déchets mais il s’est
parfaitement intégré à la ruralité de la localité.
6) Sensenruth (Bouillon) : Si l’on aime l’odeur du frais purin au réveil, ce village a tout pour
plaire. On n’y compte que 4 familles allochtones c’est dire !
7) Marenne (Hotton) : « On aimerait plus d’immigrés, il ne se passe jamais rien ici ! »
bougre le bourgmestre.
8) Meix-le-tige (Saint-Léger) : Parfois, la rumeur court qu’une famille africaine s’est établie
dans le village. Au bar du coin, tous s’entendent sur la possibilité d’un mauvais accueil si
cette hypothèse est établie.
9) Hachy (Habay) : 9 familles ont un nom commençant par « Ben » ou « Al ». Heureusement, 4 d’entre elles sont des « Benoît ».
10) Orsinfaing (Habay) : Dans ce petit hameau, les gens sortent souvent les cochons dans
les pâtures « Dî pînse bî que ça effraie l’margoulin ! » explique un riverain établi de longue
date.

Les commentaires sont juste en dessous de la publicité:

Commentaires