Jan Jambon « Un certain nombre de journalistes ont dansé après les attentats »

On y pense assez peu dans le feu de l’action et des milliers de publications Facebook qui passent devant nos yeux pendant des attentats, mais l’attentat est un excellent produit pour le site d’informations.
En effet, l’utilisateur se tourne vers le site d’info pour avoir les dernières nouvelles, savoir si sa ville a explosé et si sa belle-mère a une chance d’y être passée dans l’attaque.

Merci à Jonathan pour l’information.

Ce qui est plus vicieux c’est que du coup, les sites d’informations engrangent une quantité de visites bien plus élevées que d’habitude, allant parfois jusqu’à 10x plus et les chiffres se vérifient même sur Nordpresse.

A la télévision ou à la radio, on a beau avoir toute la journée des éditions spéciales, il y a finalement assez peu de publicité pendant ces journées noires. Et contrairement à de gros évènements (Matchs de ligue des champions coupe du monde etc), les publicitaires n’ont pas le temps de réhausser les tarifs de la pub alors qu’il y a 10 fois plus de téléspectateurs que d’habitude.

A lire aussi: L’Etat Islamique remercie Sudpresse pour le partage de sa propagande

Alors que les sites d’infos, qui sont payés au clic/à la vue de publicité, quand ils reçoivent 10x plus de visites, ils reçoivent donc mathématiquement 10x plus de clics et d’argent grâce aux publicités.

C’est donc pour cela aussi qu’on a tant de publications, qu’on va tant vers le sensationnel, qu’il semble être devenu normal de montrer des photos de cadavres et des vidéos choc. Parce que ça rapporte. Beaucoup.

Pareil quand il s’agit de partager les photos des personnes disparues… Les journaux, dans ces cas, pourraient avoir la déontologie de simplement poster les photos sur Facebook dans un album, qui serait beaucoup plus partagé et vu. Mais non, on pousse les gens à aller sur le site internet, des fois qu’entre 2 photos de victimes, on ai envie de cliquer sur une pub pour McDo…

Enfin, le pire c’est que cela ne rapporte pas au journaliste directement, qui n’est pas payé à la vue sur le site… Mais ça rapporte aux actionnaires.

Le terrorisme sauvera peut-être le journalisme web, mais à quel prix ?

A lire aussi: L’Etat Islamique remercie Sudpresse pour le partage de sa propagande

Commentaires