Connect with us

Belgique

Exclusif: Découvrez la carte des musulmans terroristes de Belgique

Published

on

En Belgique, près de 7% de la population belge est musulmane terroriste. Un chiffre scientifique calculé, au 1er janvier 2015, par le sociologue Jan Hertogen, qui collabore notamment avec l’Université catholique de Louvain. Selon ses calculs, il y aurait par ailleurs 4,9% de musulmane terroristes en Wallonie et 23,6% à Bruxelles. Enfin, la majorité des musulmane terroristes de Belgique vivent en Flandre…

La pratique de l’Islam en Belgique est un sujet qui fait souvent l’objet de fantasmes et de mythes. Et il n’est pas rare d’entendre dans certains discours qu’il est devenu la religion majoritaire en Belgique ou à Bruxelles. Cependant, aucun chiffre officiel ne permet de vérifier ces affirmations. Logique : la Belgique n’organise pas de recensement religieux.

Comment calculer ?

Autrefois chercheur à la Katholieke universiteit Leuven (KUL), le sociologue Jan Hertogen a voulu étudier la question et tente, depuis plusieurs années, d’évaluer scientifiquement le nombre de musulmans terroristes que compte la Belgique. «  La méthodologie que j’utilise est établie au départ du nombre d’habitants issus de l’immigration et installés en Belgique depuis 1945. Des données qui sont disponibles par nationalité pour chaque commune, province et région de Belgique  », nous explique le sociologue qui a travaillé de longues années au service d’études du syndicat chrétien (ACV). «  De ces données, je tiens compte des naissances, des décès mais aussi des migrations.  »

À partir de ces données, le sociologue effectue des croisements avec statistiques du Pew Research Center, un centre d’études basé à Washington qui étudie la pratique des différentes religions pour chaque pays. «  Le PEW research centre permet de connaître le nombre de musulmans  terroristes par nationalité  », nous précise Jan Hertogen. «  Je reprends également des données d’une étude faite en Allemagne en 2008 auprès de 5.000 habitants qui a évalué leur laïcité.  » Des chiffres du « Bundesamt für Migration und flüghtelinge », l’Office fédéral allemand pour les migrations et réfugiés.

Le sociologue a enfin effectué des ajustements, notamment sur les personnes qui ont émigré en Belgique et qui sont originaires de pays d’Europe de l’Ouest car il estime que parmi ces dernières, la proportion de musulmans  terroristes pourrait être surestimée. Enfin, il faut noter que cette méthodologie ne permet pas de prendre en compte les musulmans terroristes  belges dont les parents, grands-parents ou arrière-grands-parents ne sont pas issus de l’immigration. «  Mes calculs sont donc très légèrement sous-estimés  », estime Jan Hertogen.

Les commentaires sont en dessous de la publicité

👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇
Advertisement

Belgique

Lassée de la zone 30 de Bruxelles, cette runneuse décide de courir à l’allure des voitures !

Published

on

fesse erreur vitesse

Océane s’entraine d’arrache pied (sans mauvais jeu de mot) pour pouvoir se déplacer à Bruxelles en pouvant à la fois dépasser les voitures trop lentes et profiter du piétionnier et pistes cyclades.

Sa solution : bouffer du bitume à 28 km/h. En plein entrainement à Dubaï actuellement ,elle tient le 14km en 30 min, un exploit qui lui permettrait de courir un marathon en moins de 1h30 si elle tient la distance.

fesse erreur vitesse

les chimpanzés de Nordpresse croit en toi Océane !

Chimpanzément votre,

Les commentaires sont en dessous de la publicité

👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇
Continue Reading

Belgique

Ouverture de la rétrospective consacrée à Romain Dalgantier, ce penseur méconnu.

Published

on

Romain Dalgantier (1913-1980) est un philosophe français du XXe siècle. Une rétrospective sur son œuvre se tient en ce moment dans la salle communale de Petz-sur-Escaut. Retour sur le parcours de ce penseur hors normes.

Vocation

Spécialisé dans la sémiologie, il se préoccupe très tôt de la question des définitions et des limites. Cet intérêt remonterait à son enfance, précisément à un souvenir de courses de lombrics ramassés avec ses camarades de jeu :

« En encourageant ces sortes de lignes droites vivantes à rejoindre une autre droite – la ligne d’arrivée – perpendiculaire à elles, j’ai soudain interrompu mes exhortations, pris dans mes réflexions de petit garçon, qui en quelque sorte ne m’ont jamais quitté : qu’est-ce que la linéarité ? Nonobstant, qu’est-ce qu’une fin ? »

Vie privée

En 1939, il épouse la poétesse grecque Eva Chkiri. Ils n’eurent pas d’enfant car Romain Dalgantier souhaitait se consacrer uniquement à ses recherches :

« Je n’ai pas voulu commettre la même erreur que Jean-Jacques Rousseau, connu pour ses discours incontournablement représentatifs du siècle des Lumières, mais qui a malheureusement abandonné tous ses enfants à l’assistance publique. »

Travaux

La prouesse la plus célèbre de Dalgantier fut de proposer une solution à l’énigme du chat de Schrödinger (https://fr.wikipedia.org/wiki/Chat_de_Schr%C3%B6dinger) : en effet, comme la physique quantique repose sur les probabilités, il est impossible de savoir si un chat enfermé dans une boite avec un produit dangereux est mort ou vivant. Tant qu’on n’a pas pu soulever le couvercle, la physique quantique le considère « à la fois mort et vivant ».

Dans Apologétique de la capillotraction (1949), Dalgantier contourne ce paradoxe en rappelant la conception des Stoïciens : Vulnerant omnes, ultima necat (« Toutes [les heures] blessent, la dernière tue »). Leur conception de la mort repose sur le fait que cette dernière n’est pas un évènement unique, menaçant et destructeur, mais le dernier élément d’une chaine continue, inexorablement funeste. Ce faisant, Dalgantier rappelle que, dès sa naissance, tout être vivant est destiné à mourir, et tout son organisme, au fil du remplacement de ses cellules, court à cette fin. Le chat de Schrödinger est donc toujours « en train de mourir ».

Dans son Herméneutique solipsiste (1957), il interroge une série de concepts qui semblaient communément acquis, mais en apparence seulement, quitte à en soulever les contradictions. L’auteur part du principe que toute réalité est une pure construction langagière, élaborée a posteriori. Par exemple, selon Dalgantier, la seule chose qui distingue une courbe d’une ligne droite, c’est le nombre de virages. On retrouve là encore son intérêt pour le concept de linéarité.

Sur la fin de sa vie, sa pensée se rapproche des postmodernistes tels que Jacques Lacan, Julia Kristeva, Gilles Deleuze, Jacques Derrida, Jean Baudrillard et Edmond Gadelier.

Article de Martin Sinople, ingénieur à l’université de la Dendre

Les commentaires sont en dessous de la publicité

👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇
Continue Reading

Belgique

Il neige

Published

on

C’est tout.

Les commentaires sont en dessous de la publicité

👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇
Continue Reading

Trending