Connect with us

Belgique

Excédé, le gouvernement espagnol reconnait l’indépendance… de la Flandre !

Published

on

« Peut-être que de cette façon, Charles Michel apprendra à se mêler de ses affaires ! » C’est par cette phrase que s’est conclue l’allocution de Mariano Rajoy, premier ministre espagnol. Excédé par le gouvernement catalan, ce dernier a reconnu, cet après-midi, l’indépendance de la Flandre. Il semble que le chef du gouvernement espagnol n’ait pas apprécié les leçons données par son homologue belge. Il en a d’ailleurs profité pour glisser cette petite phrase assassine : « il n’est pas normal que la Flandre soit soumise au dictat de Franco… euh des Francophones (hahaha !), alors qu’elle est le moteur de la Belgique. À la place de Geert Bourgeois, j’organiserais un référendum sur la question au plus vite. J’en ris d’avance.» Des propos énigmatiques que les commentateurs ont attribués à un nœud de cravate trop serré.

Du côté de l’Union Européenne, la seule réaction est celle de Jean-Claude Juncker : « Vous savez, moi, je cherchais juste un boulot peinard après avoir été Premier Ministre du Luxembourg, hein. On ne m’a jamais dit que j’aurais à gérer le Brexit, les Catalans, le CETA avec Paul Magnette et maintenant ça ! Si la Flandre veut son indépendance, elle fait comme elle veut, je m’en fous, je démissionne de ce poste à la con !» Des mots qui sont fidèles à son franc-parler habituel mais qui n’augurent pas de bonne nouvelle ; si Espagne reconnait l’indépendance de la Flandre et que l’Union Européenne ne réagit pas (comme souvent, ne nous voilons pas la face, non plus), ce pourrait bien être la fin de la Belgique.

Côté NVA, on aurait pu s’attendre à une explosion de joie mais c’est avec beaucoup de retenue que Bart De Wever a accueilli la nouvelle : « En quoi ça le regarde, l’Espingouin ? Nous n’avons pas besoin du soutien d’un état dont le PIB rappelle celui d’un pays d’Europe de l’Est et je me passe volontiers de l’avis de ce bouffeur de tapas pour savoir si oui ou non, je déclare l’indépendance de la Flandre. Quand il y aura un référendum, s’il y en a un, ce sera parce que je l’aurai décidé, et pas avant ! Et ne demandez pas son avis à Charles Michel… je lui ai dit qu’il était d’accord avec moi. » Quant à Théo Francken, il s’est contenté de procéder à l’arrestation « préventive » de tous les Francophones trouvés au Parc Maximilien. « Pas d’inquiétude, c’est juste au cas où ! » a-t-il précisé. Peut-être que la crise espagnole permettra finalement aux Belges de se ressouder… seul l’avenir nous le dira.

Belgique

L’enseigne lumineuse de la place De Brouckère rachetée par Lotus

Published

on

Retournement de situation dans l’affaire du permis d’urbanisme du panneau publicitaire Coca-Cola de la place De Brouckère. Le secrétaire d’Etat à l’Urbanisme, Pascal Smet, estimait que le panneau était disproportionné, mais on apprend à l’instant que le lobby du biscuit vient de faire pression pour obtenir l’emplacement.
Le patron de la société Lotus, Jan Boone, continue donc dans sa lancée dans le but de faire de ses biscuits une marque mondiale en imposant l’appellation américaine Biscoff pour ses traditionnels speculoos. C’est désormais le nom Biscoff qui illuminera la célèbre place bruxelloise pour tenter d’imposer ce nom polémique au consommateur.

Continue Reading

Belgique

Lotus remplace le nom «Spéculoos» par «Biscovfefe»

Published

on

By

Bye bye les « Spéculoos » et bonjour les « Biscovfefe», les biscuits de Lotus vont changer de nom parce que « la marque internationale a plus d’importance que la tradition et la culture belge », a annoncé le grand patron de Lotus Bakeries, Jan Moovais.

 

C’est donc la fin des Spéculoos tels qu’on les connaît. Dès l’année prochaine, le fabricant de biscuit Lotus, qui les commercialise, changera leur nom. C’est en tout cas ce qu’a annoncé le patron de Lotus, Jan Moovais, dans une interview.

Actuellement, l’appellation Spéculoos est seulement présente sur l’emballage des biscuits en France, en Belgique et aux Pays-Bas. Dans les autres lieux du monde, ils étaient vendus sous l’appellation de Biscoff, qui est une contraction des mots « biscuit » et « café ». Mais suite à différents échanges avec les responsables du marché américain, Lotus a décidé de renier ses origines belges et ses traditions culinaires en supprimant l’appellation Spéculoos.

Une annonce qui a provoqué beaucoup d’émoi sur les médias sociaux, ce qu’a également constaté Jan Moovais. « Certains le regrettent, mais on s’en fout complètement », relève-t-il samedi. L’entreprise a fait effectuer des recherches sur le changement de nom. « Presque tous les consommateurs sont contre, mais une entreprise qui se veut internationale doit pouvoir passer au dessus de l’avis des consommateurs », note-t-elle.

Dès l’année prochaine, Lotus utilisera l’appellation « Biscovfefe » au lieu de « Spéculoos » et « Biscoff » dans le monde entier, et la France, la Belgique et les Pays-Bas ne seront plus épargnés. Jan Moovais veut faire de ses petits biscuits caramélisés une « marque mondiale », c’est pourquoi il choisit un nom plus facilement prononçable de tous et par le président Trump.

 

 

Continue Reading

Belgique

Association des Dealers de Rue : « Nous allons mettre en place un système de livraison »

Published

on

By

Le reconfinement met une nouvelle fois les dealers de rue dans l’embarras. Ces derniers font face à de nombreuses difficultés financières et logistiques depuis l’arrive du Covid-19. L’Association des Dealers de Rue estime que près de 18% de leurs membres ont dû stopper leurs activités. Le reconfinement inquiète l’Association, qui craint que de plus en plus de dealers se retrouvent sans clientèle et sans revenu.

Afin de pallier au problème, les membres de l’Association se sont concertés pendant de nombreuses heures, ce jeudi après-midi. Finalement, après une mûre réflexion, ceux-ci vont lancer en place un système de livraison afin de sauvegarder leurs emplois.

Enfin, un seul mot de conclusion car il parait que c’est à la mode dans les articles : prout.

Continue Reading

Trending