Connect with us

Belgique

COP 21 : « Il faut se wretwrousser le Manche contre la hausse du niveau des mers »

Published

on

« C’est les pieds dans la mer qu’on voit le mieux la mer », dit la sagesse populaire… Face à l’urgence, nos dirigeants ont su enfiler leur moule-boules de travail pour proposer des moyens efficace de lutter contre la hausse du niveau des mers. C’est qu’il s’agit de se « wretwrousser le Manche », comme l’a affirmé d’un commentaire pince sans rire so british la Reine mère Elisabeth d’Angleterre.

Voici quelques-unes des mesures qu’on s’est engagé à prendre dans différentes parties du monde.

« Allez hop, on écope »

A Marseille, les cafetiers ont pris l’engagement ferme de ne servir que des pastis allongés d’eau de mer aux « Parigots tête de veau » qui viennent en villégiature sur la Cannebière. Ils se feront un plaisir de leur expliquer que oui, c’est un peu salé, mais c’est pour faire baisser le niveau de la Méditerranée.

Dans le même ordre d’idées, les dirigeants de l’OCDE se sont engagés à obliger les chômeurs à vider l’océan à la petite cuiller pour rendre le goût du travail à ces feign… à ces personnes qui ont besoin de reprendre confiance en elles en retrouvant une utilité sociale.

« Tout corps plongé dans l’eau »…

N’en déplaise aux mauvaises langues, nos politiques sont des gens de principe, d’Archimède en l’occurrence. C’est tout con, mais il fallait y penser. Si on évite de balancer des trucs dans la mer et qu’on va plus loin en la vidant au maximum de tout ce qui s’y trouve, on compense la hausse due à la dilatation de l’eau et à la fonte des glaces.

Le Japon s’est donc logiquement engagé à accentuer la pêche à la baleine. Les îles Feroé feront de même avec les dauphins. Le Marineland va quintupler ses effectifs d’orques en captivité. Tous ces efforts, toute cette abnégation, c’est beau ! « Pour peu, même les sardines décideraient de se serrer encore un peu plus pour accueillir une ou deux congénères en plus au fond de cette boîte» a commenté Laurent Fabius les larmes aux yeux.

Tant qu’on parle de la France, elle ira repêcher ses fûts radioactifs immergés du côté de Mururoa. Ou plutôt les fera récupérer par les pêcheurs de perles locaux qui iront ensuite jouer les sherpagnes dans l’Himalaya pour stocker les tonneaux de déchets d’uranium en haut de l’Everest.

Côté belge, Léo Vanderelst a promis de ne plus nourrir ses héros du gazon qu’avec des frik-tiches, matin, midi et soir, histoire de soutenir l’effort international de surpêche.  Sous la pression internationale (surtout celle des Japonais qui menaçaient de venir faire un petit tour dans nos eaux territoriales), Charles Michel s’y est engagé : Maggie De Block ne mettra plus jamais un orteil dans la mer du Nord. Elio Di Rupo a jeté un petit froid dans l’assemblée en affirmant qu’il était prêt à s’allier avec le PTB pour faire une vraie politique de gauche afin d’endiguer la hausse du MR. Renseignement pris, il avait mal compris la question à cause d’un méchant acouphène chopé la veille lors des bals de clôture de Mons 2015.

Enfin, et c’est bien la moindre des choses, les candidats subsahariens à l’exil en Europe devront désormais d’abord passer leur brevet de 32.000 mètres avant d’embarquer pour la terre promise. Après tout, comme dirait le sémillant leader du parti néo-nazi aube dorée : « Si on compte 3500 noyés par an qui font en moyenne quarante kilos, ça fera 140 tonnes de déchets (sic) en moins dans notre mer annuellement». Et le petit fripon d’ajouter : « Ainsi, on pourra dire qu’on a une mer Al-égée ». Comme quoi, le rire reste le propre de l’homme, même quand il a les pieds dans l’eau.

 

 

Les commentaires sont en dessous de la publicité

👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇
Advertisement

Belgique

Lassée de la zone 30 de Bruxelles, cette runneuse décide de courir à l’allure des voitures !

Published

on

fesse erreur vitesse

Océane s’entraine d’arrache pied (sans mauvais jeu de mot) pour pouvoir se déplacer à Bruxelles en pouvant à la fois dépasser les voitures trop lentes et profiter du piétionnier et pistes cyclades.

Sa solution : bouffer du bitume à 28 km/h. En plein entrainement à Dubaï actuellement ,elle tient le 14km en 30 min, un exploit qui lui permettrait de courir un marathon en moins de 1h30 si elle tient la distance.

fesse erreur vitesse

les chimpanzés de Nordpresse croit en toi Océane !

Chimpanzément votre,

Les commentaires sont en dessous de la publicité

👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇
Continue Reading

Belgique

Ouverture de la rétrospective consacrée à Romain Dalgantier, ce penseur méconnu.

Published

on

Romain Dalgantier (1913-1980) est un philosophe français du XXe siècle. Une rétrospective sur son œuvre se tient en ce moment dans la salle communale de Petz-sur-Escaut. Retour sur le parcours de ce penseur hors normes.

Vocation

Spécialisé dans la sémiologie, il se préoccupe très tôt de la question des définitions et des limites. Cet intérêt remonterait à son enfance, précisément à un souvenir de courses de lombrics ramassés avec ses camarades de jeu :

« En encourageant ces sortes de lignes droites vivantes à rejoindre une autre droite – la ligne d’arrivée – perpendiculaire à elles, j’ai soudain interrompu mes exhortations, pris dans mes réflexions de petit garçon, qui en quelque sorte ne m’ont jamais quitté : qu’est-ce que la linéarité ? Nonobstant, qu’est-ce qu’une fin ? »

Vie privée

En 1939, il épouse la poétesse grecque Eva Chkiri. Ils n’eurent pas d’enfant car Romain Dalgantier souhaitait se consacrer uniquement à ses recherches :

« Je n’ai pas voulu commettre la même erreur que Jean-Jacques Rousseau, connu pour ses discours incontournablement représentatifs du siècle des Lumières, mais qui a malheureusement abandonné tous ses enfants à l’assistance publique. »

Travaux

La prouesse la plus célèbre de Dalgantier fut de proposer une solution à l’énigme du chat de Schrödinger (https://fr.wikipedia.org/wiki/Chat_de_Schr%C3%B6dinger) : en effet, comme la physique quantique repose sur les probabilités, il est impossible de savoir si un chat enfermé dans une boite avec un produit dangereux est mort ou vivant. Tant qu’on n’a pas pu soulever le couvercle, la physique quantique le considère « à la fois mort et vivant ».

Dans Apologétique de la capillotraction (1949), Dalgantier contourne ce paradoxe en rappelant la conception des Stoïciens : Vulnerant omnes, ultima necat (« Toutes [les heures] blessent, la dernière tue »). Leur conception de la mort repose sur le fait que cette dernière n’est pas un évènement unique, menaçant et destructeur, mais le dernier élément d’une chaine continue, inexorablement funeste. Ce faisant, Dalgantier rappelle que, dès sa naissance, tout être vivant est destiné à mourir, et tout son organisme, au fil du remplacement de ses cellules, court à cette fin. Le chat de Schrödinger est donc toujours « en train de mourir ».

Dans son Herméneutique solipsiste (1957), il interroge une série de concepts qui semblaient communément acquis, mais en apparence seulement, quitte à en soulever les contradictions. L’auteur part du principe que toute réalité est une pure construction langagière, élaborée a posteriori. Par exemple, selon Dalgantier, la seule chose qui distingue une courbe d’une ligne droite, c’est le nombre de virages. On retrouve là encore son intérêt pour le concept de linéarité.

Sur la fin de sa vie, sa pensée se rapproche des postmodernistes tels que Jacques Lacan, Julia Kristeva, Gilles Deleuze, Jacques Derrida, Jean Baudrillard et Edmond Gadelier.

Article de Martin Sinople, ingénieur à l’université de la Dendre

Les commentaires sont en dessous de la publicité

👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇
Continue Reading

Belgique

Il neige

Published

on

C’est tout.

Les commentaires sont en dessous de la publicité

👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇
Continue Reading

Trending