Connect with us

Belgique

Cette info est bidon, Valeurs Actuelles, RT et 7sur7 manipulent l’information #Journalisme

Published

on

Un article de 7sur7, repris également sur Valeurs Actuelles et à l’origine de Russian Today en francophonie, nous conte l’histoire d’un réfugié syrien qui aurait 23 enfants (Enfin, 22 selon valeurs actuelles, peut-être qu’ils veulent insinuer que le papa en a mangé un depuis) et plusieurs femmes et toucherait donc 360.000 euros d’aides sociales.

Plusieurs détails sont étranges dans cette affaire:

1- Le montant sort de nulle part, sans aucune justification et serait du syndicat patronal.

eaz5az5eza65

L’explication du montant sur le site de Russian Today

Et dans l’article original du Bild, on ne voit même pas la mention du montant ou du syndicat. RT l’aurait inventée ? Donc RT prend un chiffre bidon mais met le conditionnel et 7SUR7 et Valeurs actuelles eux le reprennent comme étant de l’indicatif ? C’est ça le journalisme ?

2- Quand on analyse le chiffre de 360.000 ? Comment serait-ce possible ?

.5aze5az5eaz

Avec 23 enfants, on obtient un montant de 4950€ par mois d’allocations. Multiplions par 12 pour une année, ça fait 59.400€. On est bien loin des 360.000€ annoncés, c’est un chiffre pour 6 ans d’allocations ? Même en ajoutant d’autres aides, pour ses femmes, enfants, logement,… il est impossible d’atteindre un montant annuel de 360.000€, c’est 6x (!) plus élevé que le montant des allocations. Manipulation totale, populisme, peur, haine.

3- En fait l’article allemand ne parle pas d’allocations.

L’article allemand parle « simplement » du fait que l’homme a dû choisir une de ses femmes comme « épouse officielle » et même si on n’accepte pas la polygamie, ça n’a rien à voir avec ses 23 enfants ou quelque allocation de 360.000 € « volés » au citoyen allemand.

Même RT le concède, le montant (qui sort d’où ? On ne trouve pas de trace de la déclaration du syndicat) est « indicatif » et on est même pas sûr que le réfugié touche beaucoup d’allocations. Peut-être a-t-il beaucoup d’argent ? On en sait rien, mais on balance quand même l’info incomplète pour nourrir la haine.

L’histoire de Ghazia a commencé à prendre une ampleur nationale lorsque la question des aides financières étatiques a gagné la Toile, d’autant que l’intéressé, qui était à la tête d’une entreprise prospère de location de voitures en Syrie, a admis ne pas avoir de travail en Allemagne. «Je suis pratiquement toujours en route pour être avec ma famille. Mais je serais heureux de travailler», a-t-il déclaré au BILD.

Cette histoire est donc une nouvelle manipulation, orchestrée par RT (proche de Poutine) et que les journalistes de bas étage reprennent sans réfléchir pour alimenter la haine et la peur de l’autre.

Bisous les con-frères.

(PS: Bordel, vous faites chier, depuis quand c’est Nordpresse qui fait du vrai journalisme ?)

Allez poster cet article en commentaire chez Valeurs Actuelles et 7sur7

 

Les commentaires sont en dessous de la publicité

👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇
Advertisement

Belgique

Bruxelles interdira les 4 roues au sein de la ville à partir de 2022

Published

on

By

Après de longs débats, le parlement Bruxellois a fini par trancher: l’interdiction des 4 roues à Bruxelles aura bien lieu dès le 1er Janvier 2022. “C’est une excellente nouvelle pour les automobilistes. Désormais, ils ne seront plus contraints à être bloqués dans les embouteillages pendant des heures” témoigne Jean-Marc Nollet, co-président du parti écolo. “D’autres villes belges suivront, ce n’est qu’une question de temps”.

Les entreprises de camions anticipent déjà une forte hausse des ventes aux particuliers. “Nous vendons exclusivement des véhicules de 6, 8, 10 voire 12 roues. Cette nouvelle interdiction devrait nous fournir une nouvelle part du marché, celui historiquement occupé par les automobilistes” annonce Ted Vervoort, porte-parole de SCANIA Belgique. Maya Grison, responsable presse du groupe IVECO, va même plus loin: “Les projections de ventes en Belgique sont spectaculaires et nous permettrons davantage de proposer des camions à des prix plus abordables grace à une économie d’échelle”. Effectivement, les écomonistes prévoient que sans intervention de l’industrie automobile, d’ici 2030, un camion 14m à 8 roues classique ne devrait pas coûter plus cher qu’une Renault Mégane 2nde main de 2013.

Mais l’industrie automobile n’a pas dit son dernier mot. Au contraire, Renault, Volkswagen et Seat planchent déjà sur des alternatives au design séduisant comportant une 5ème roue à l’avant. “Une 5ème roue augmente la consommation de carburant de 2 à 4%, de quoi rassurer le lobby pétrochimique et ainsi rebooster notre économie” annonce le Vice-président du gouvernement wallon Jean-Claude Marcourt, responsable de l’Industrie, enthousiasmé par la nouvelle. Le reste de la ribanbelle automobile devrait suivre d’ici peu. La compétition risque d’être rude…

Les commentaires sont en dessous de la publicité

👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇
Continue Reading

Belgique

Lassée de la zone 30 de Bruxelles, cette runneuse décide de courir à l’allure des voitures !

Published

on

fesse erreur vitesse

Océane s’entraine d’arrache pied (sans mauvais jeu de mot) pour pouvoir se déplacer à Bruxelles en pouvant à la fois dépasser les voitures trop lentes et profiter du piétionnier et pistes cyclades.

Sa solution : bouffer du bitume à 28 km/h. En plein entrainement à Dubaï actuellement ,elle tient le 14km en 30 min, un exploit qui lui permettrait de courir un marathon en moins de 1h30 si elle tient la distance.

fesse erreur vitesse

les chimpanzés de Nordpresse croit en toi Océane !

Chimpanzément votre,

Les commentaires sont en dessous de la publicité

👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇
Continue Reading

Belgique

Ouverture de la rétrospective consacrée à Romain Dalgantier, ce penseur méconnu.

Published

on

Romain Dalgantier (1913-1980) est un philosophe français du XXe siècle. Une rétrospective sur son œuvre se tient en ce moment dans la salle communale de Petz-sur-Escaut. Retour sur le parcours de ce penseur hors normes.

Vocation

Spécialisé dans la sémiologie, il se préoccupe très tôt de la question des définitions et des limites. Cet intérêt remonterait à son enfance, précisément à un souvenir de courses de lombrics ramassés avec ses camarades de jeu :

« En encourageant ces sortes de lignes droites vivantes à rejoindre une autre droite – la ligne d’arrivée – perpendiculaire à elles, j’ai soudain interrompu mes exhortations, pris dans mes réflexions de petit garçon, qui en quelque sorte ne m’ont jamais quitté : qu’est-ce que la linéarité ? Nonobstant, qu’est-ce qu’une fin ? »

Vie privée

En 1939, il épouse la poétesse grecque Eva Chkiri. Ils n’eurent pas d’enfant car Romain Dalgantier souhaitait se consacrer uniquement à ses recherches :

« Je n’ai pas voulu commettre la même erreur que Jean-Jacques Rousseau, connu pour ses discours incontournablement représentatifs du siècle des Lumières, mais qui a malheureusement abandonné tous ses enfants à l’assistance publique. »

Travaux

La prouesse la plus célèbre de Dalgantier fut de proposer une solution à l’énigme du chat de Schrödinger (https://fr.wikipedia.org/wiki/Chat_de_Schr%C3%B6dinger) : en effet, comme la physique quantique repose sur les probabilités, il est impossible de savoir si un chat enfermé dans une boite avec un produit dangereux est mort ou vivant. Tant qu’on n’a pas pu soulever le couvercle, la physique quantique le considère « à la fois mort et vivant ».

Dans Apologétique de la capillotraction (1949), Dalgantier contourne ce paradoxe en rappelant la conception des Stoïciens : Vulnerant omnes, ultima necat (« Toutes [les heures] blessent, la dernière tue »). Leur conception de la mort repose sur le fait que cette dernière n’est pas un évènement unique, menaçant et destructeur, mais le dernier élément d’une chaine continue, inexorablement funeste. Ce faisant, Dalgantier rappelle que, dès sa naissance, tout être vivant est destiné à mourir, et tout son organisme, au fil du remplacement de ses cellules, court à cette fin. Le chat de Schrödinger est donc toujours « en train de mourir ».

Dans son Herméneutique solipsiste (1957), il interroge une série de concepts qui semblaient communément acquis, mais en apparence seulement, quitte à en soulever les contradictions. L’auteur part du principe que toute réalité est une pure construction langagière, élaborée a posteriori. Par exemple, selon Dalgantier, la seule chose qui distingue une courbe d’une ligne droite, c’est le nombre de virages. On retrouve là encore son intérêt pour le concept de linéarité.

Sur la fin de sa vie, sa pensée se rapproche des postmodernistes tels que Jacques Lacan, Julia Kristeva, Gilles Deleuze, Jacques Derrida, Jean Baudrillard et Edmond Gadelier.

Article de Martin Sinople, ingénieur à l’université de la Dendre

Les commentaires sont en dessous de la publicité

👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇
Continue Reading

Trending