Attentat terroriste déjoué à la piscine de Ciney !

Impressionnant déploiement de forces d’intervention ce samedi à la piscine de Ciney après une alerte à la bombe.

Tout se passait pour le mieux aux « Flots bleus », les familles profitaient du toboggan et les mamies nageaient la tête en l’air pour ne pas mouiller leur mise en plis, chacun dans son couloir et les maillots étaient bien gardés.

Quand soudain l’horreur. Un car en provenance du centre de réfugiés de Natoye vomit un flot continu d’Afghans, de Syriens, d’Irakiens. On aurait même aperçu des noirs. Que des hommes (évidemment), qui se sont empressés de transformer cette bucolique après-midi familiale en enfer sur terre (et mer).

Voilà la piscine transformée en « waterpark ». Les uns courent sur les berges, tandis que les autres descendent le toboggan en criant (de joie, diront les mauvais esprits, mais qui crie « Allah Akbar » en descendant un toboggan, franchement???). Les maîtres nageurs, dépassés, doivent littéralement mouiller le maillot pour repêcher, qui, une mamie en crise d’apoplexie, qui, une mère ensevelie sous les enfants apeurés (c’est que ça pèse son poids, un lange-piscine gorgé d’eau).

Mais le drame survient quand Osama, demandeur d’asile irakien, prend son élan depuis les vestiaires et court vers l’eau en criant, dans son français aussi récent qu’approximatif: « attention la bombe! ».

Pressés de quitter le bâtiment rapidement, les nageurs, choqués, se sont retrouvés en maillot sur le parking. Transis de froid, ils ont été pris en charge par un ambulancier « typé », d’après une des victimes. Une maladresse que reconnaît le responsable du dispatching de la zone Condroz-Famenne: « un nouveau système informatique est en cours de développement pour éviter ce genre d’incident. A terme, nos ambulanciers noirs ou basanés ne seront plus envoyés en intervention pour des cas liés aux migrants. Sauf si c’est pour soigner les migrants eux-mêmes, bien sûr, là on s’en fout. »

Rien n’aura été épargné à ces bonnes gens, des caucasiens bien de chez nous qui n’avaient décidément pas mérité ça.

Quant à Osama, il a été raccompagné à Zaventem, direction Ankara, avec dans son bagage un gilet de sauvetage flambant neuf, estampillé de ces mots: « ah, tu voulais aller à la flotte? ». (gilet qui, bien sûr, est payé par vos, nos impôts!)

Les commentaires sont juste en dessous de la publicité:

Commentaires