Connect with us

Violence

26 enfants retrouvés morts dans une Safe-room à Bruxelles « La clé a été égarée »

Published

on

Une école primaire de la ville de Bruxelles est actuellement en deuil et sous le coup d’une inculpation pour homicide involontaire.

Suite à la proposition du ministère de l’enseignement d’installer des safe rooms, une école de la capitale a testé mercredi matin cette safe room dans son école.

Malheureusement, l’institutrice chargée de fermer la safe-room lors du test a égaré la clé. Par sécurité, le système de fermeture de ces chambres de sécurité n’est composé que d’une seule clé.

La safe-room devait être réouverte au bout d’une heure mais aucun membre du personnel n’a réussi à retrouver la clé.

Le serrurier dépêché sur place a commencé alors à attaquer la serrure. En vain. Lorsque la police est arrivée sur place et a ouvert la porte à l’aide de légers explosifs, les 26 enfants et leur instituteur étaient déjà morts par asphyxie.

Le système était dépourvu de tout système d’aération à cause d’un défaut de fabrication.

Commentaires
Advertisement

All Crepes Are Bretonnes

Copify, l’application où vous pouvez choisir la chanson sur laquelle vous faire interpeller

Published

on

C’est une révolution dans le monde du streaming. Depuis que la tendance, venue des Etats-Unis, de passer de la musique lors d’interpellations afin de faire sauter les vidéos émises par la Police sur la plupart des réseaux sociaux, et ainsi ne jamais devoir changer leurs comportements, de jeunes start-uppeurs français ont décidé de tout miser sur ce fameux concept.

Baptisée COPIFY, l’application permettra ainsi aux futurs contrevenants de choisir le titre sur lequel se faire tabasser lors de leur arrestation. 

« Comme un titre d’identité, les forces de l’ordre consulteront directement votre compte COPIFY afin de vous rendre le plus agréable possible votre plaquage ventral. Des utilisateurs nous ont déjà confiés que se faire arrêter sur leurs titres préférés était un réel atout »

COPIFY à déjà bénéficié du soutien de nombreux artistes qui ont gracieusement offert leurs titres aux jeunes start-uppeurs. L’un d’entre eux, qui a voulu rester anonyme, nous a confié « le réel pansement » que pouvait offrir sa musique. Si « J’ai embrassé un flic » de Renaud ne se trouve malheureusement toujours pas sur l’application, de nombreuses compilations de bals musettes vous permettront de rythmer de la plus enjouée des manières votre future arrestation. Une heureuse nouvelle pour les futurs mélomanes en garde à vue.

Commentaires
Continue Reading

Culture

Le colonel Reyel promu général

Published

on

Les chaises musicales n’épargnent personne, y compris dans la Grande Muette.

Après 9 ans de combats au Sahel, et le peu de succès concret que l’on connaît, l’armée française a décidé de faire entrer du sang neuf. Exit les généraux stéréotypés, sortis de St-Cyr et interchangeables comme les coupes de cheveux d’un playmobil. Non, pour faire avancer le schmilblick, le haut-commandement français a décidé de muscler son jeu.

Résultat des courses, le colonel Reyel, plus connu pour ses tubes comme « Celui » « Ophélie » ou encore « Toutes les nuits » (Que des mots qui finissent en « i », coïncidence ? Je ne crois pas…) se voit donc élevé au plus haut grade de l’armée française.

Une excellente nouvelle pour le moral des troupes, forcément heureuses de côtoyer une telle star, une plus mauvaise pour les ennemis de la France dans la région qui, malgré un territoire grand comme l’Europe, vivront avec la peur d’être pris entre deux feux : celui des Famas, mais aussi des concerts dans le désert qui seront organisés pour permettre à l’ex-colonel d’utiliser sa meilleure arme contre l’ennemi : sa voix.

La guerre au Sahel vient-elle de basculer définitivement dans le camp des ennemis de la musique ?

Clitorin De Menfarpieds-Clavicule

Commentaires
Continue Reading

Business

La fin du conflit au Yémen grâce à l’appel de Macron!

Published

on

Le boycott des produits français a eu un effet inespéré sur le conflit au Yémen! Pour rafraîchir la mémoire de nos lecteurs, la France exportait en 2019pour plus d’un milliard en armement à l’Arabie Saoudite et les Émirats! Ce qui en faisait, après calcul et division de la note, respectivement les 2ième et 5ième client pour l’industrie si précieuse aux yeux du pays des Lumières.

La fin de ce conflit survient après un appel téméraire du président Macron à continuer les caricatures d’un célèbre prophète. Suite à un tel affront, les reporters sur place témoignent d’un dégoût absolu des soldats pour leurs armes estampillées « Made in France ». Ces derniers les auraient alors jetées à terre pour continuer le conflit à coup de bâtons et de cailloux! Grossière erreur de leur part, puisque le Yémen connaissait bien mieux ces armes dévastatrices, eux qui ont eu le bon réflexe d’adopter cette artillerie dés le début du conflit!

Une véritable bérézina pour les boycotteurs de l’Hexagone, un comble! Une véritable aubaine pour les différents observateurs, répartis dans plusieurs organisations non-gouvernementales, qui n’hésitaient pas à qualifier ce conflit de « sale guerre » pour rester polis, et de pointer également la violation du Traité international sur le commerce des armes (TCA) orchestrée par la France ces derniers mois.

Un retournement de situation inespéré dans ce conflit à sens unique, qui prouve encore une fois que tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes, comme disait jadis Pangloss.

Commentaires
Continue Reading

Trending