Si vous voyez cette lumière rouge lorsque votre télé est éteinte c’est un espionnage de l’Etat

L’Etat français vient d’avouer avoir mis en place un système d’espionnage massif de tous les citoyens via leur télévision. Non seulement l’Etat lave le cerveau des citoyens avec des programmes tels que Danse avec les Tsars et Les Marseillais à Auschwitz, mais elle pratique également une surveillance de masse par ces appareils technologiques virtuels.

Témoignage:
Winston Smith, 39 ans, habitant de Londres en Océania, est un employé du Parti Extérieur, c’est-à-dire un membre de la « caste » intermédiaire du régime océanien, l’Angsoc (mot novlangue pour « Socialisme Anglais »). Winston officie au ministère de la Vérité, ou Miniver en novlangue. Son travail consiste à remanier les archives historiques afin de faire correspondre le passé à la version officielle du Parti. Ainsi, lorsque l’Océania déclare la guerre à l’Estasia alors qu’elle était en paix deux jours avant avec cet État, les autres membres du ministère de la Vérité, notamment ceux du commissariat des archives (« Commarch » en novlangue) où travaille Winston, doivent veiller à ce que plus aucune trace écrite n’existe de l’ancienne alliance avec Estasia.

Toutefois, contrairement à la majeure partie de la population, Winston ne réussit pas à pratiquer cette amnésie sélective et ne peut donc adhérer aux mensonges du parti. Il prend alors conscience qu’il n’a pas de pensées aussi orthodoxes qu’il devrait en avoir aux yeux du Parti. Susceptible d’être traqué par la Police de la Pensée, une redoutable organisation de répression, il dissimule ses opinions contestataires aux yeux de ses collègues de travail. Le roman s’ouvre sur les projets d’écriture de Winston ; il désire en effet garder une trace écrite et donc fixe du passé, en opposition à la propagande de l’Océania. La ténuité des possibilités de rébellion apparaît rapidement ; la simple rédaction de son journal n’est possible à Winston que grâce à une singularité dans le plan de son appartement qui permet d’échapper au regard omniprésent du télécran, sorte d’écran installé dans chaque foyer qui sert à la diffusion continue de la propagande du gouvernement et à voir et entendre ce qui se passe chez les gens.

Winston Smith servira également de prétexte dans la suite du roman pour exposer la société totalitaire qui l’entoure, les hommes qui y collaborent et ses ressorts les plus impitoyables. On verra ainsi exposées au fur et à mesure de ses rencontres la négation de l’amour et de la sensualité par l’ensemble de la société – avec l’exemple notable de l’ex-femme de Winston, Catherine – ou encore une présentation de la destruction de la langue par un des artisans enthousiastes de cette entreprise. La délation dans la famille et même le refoulement généralisé des membres les plus dévoués à la société qui finissent par prononcer dans leur sommeil ce qu’ils n’osent prononcer de jour seront abordés le long du roman.

Les commentaires sont juste en dessous de la publicité:

Commentaires