Connect with us

Cuisine

Une végane s’inocule le SIDA pour que ses globules blancs ne tuent plus des microbes innocents

Published

on

« L’idée m’était devenue insupportable. J’y ai pensé le mois dernier quand j’ai eu la tourista après un voyage en Inde. On m’a fait prendre des antibiotiques large spectre… ça a été un déclic.» C’est par ces mots qu’Églantine, 23 ans, esthéticienne et avant tout végane s’est exprimée. Églantine a pris une décision importante : elle s’est fait inoculer le SIDA. La raison ? Elle ne supportait plus l’idée que son système immunitaire tue sans discernement des microbes innocents : « Je respecte tous les êtres vivants, et je ne peux pas tolérer qu’ils soient tués uniquement parce qu’ils pourraient mettre ma santé en danger. Et aujourd’hui c’est un grand jour ; j’ai eu le résultat du dépistage et il est positif »

Cette décision controversée est vivement critiquée par les associations comme le Sidaction : « Étre con à ce point-là, c’est à peine croyable. Mais bon, en même temps, c’est de la sélection naturelle. J’espère que ce cas sera unique. En plus, je ne comprends pas: les microbes, c’est même pas de la viande. C’est aberrant!» explique un responsable. D’ailleurs, aucun médecin n’a accepté d’inoculer volontairement la maladie. C’est la raison pour laquelle Églantine a décidé d’avoir un rapport sexuel non protégé avec un séropositif. Au bout de plusieurs essais, ce fut concluant. Églantine émet cependant une réserve : « Ce que je regrette, c’est qu’au cours de nos rapports, tant de spermatozoïdes soient morts pour rien. J’aurais dû utiliser la seringue d’un drogué contaminé… »

Une histoire qui suscite la polémique dans le milieu de la médecine. Néanmoins, c’est aussi ça la démocratie: laisser les idiots mourir de leur bêtise.

Belgique

L’enseigne lumineuse de la place De Brouckère rachetée par Lotus

Published

on

Retournement de situation dans l’affaire du permis d’urbanisme du panneau publicitaire Coca-Cola de la place De Brouckère. Le secrétaire d’Etat à l’Urbanisme, Pascal Smet, estimait que le panneau était disproportionné, mais on apprend à l’instant que le lobby du biscuit vient de faire pression pour obtenir l’emplacement.
Le patron de la société Lotus, Jan Boone, continue donc dans sa lancée dans le but de faire de ses biscuits une marque mondiale en imposant l’appellation américaine Biscoff pour ses traditionnels speculoos. C’est désormais le nom Biscoff qui illuminera la célèbre place bruxelloise pour tenter d’imposer ce nom polémique au consommateur.

Continue Reading

Conso

Coronavirus : les vieux seront abattus selon la tradition islamique

Published

on

Le Halal n’en finit plus de conquérir nos rayons.

Face à l’augmentation de la demande concernant la viande de vieux, en vogue depuis la crise Covid, le Conseil Français du Culte Musulmans, en partenariat avec l’AFNOR ont crée un label « viande de vieux Halal ».

D’abord boosté par la prolifération de vieux tout autour de la planète et en particulier au Nord de celle-ci, ce qui était considéré comme impropre à la consommation (soit disant parce que « tout le monde connaît un vieux ») est aujourd’hui une bonne source de protéine pour les précaires de tous les horizons.

Connu pour son goût prononcé et son prix moins élevé que de la viande normale, la viande de vieux est aujourd’hui une des saveurs du moment. Avec l’augmentation de la demande, aussi bien nationale qu’à l’export, les autorités ont décidé de créer un label Halal afin d’augmenter les exportations de vieux français à l’étranger. Un proche du Quai d’Orsay nous glisse que cette manœuvre aurait pour but de soulager la balance commerciale française, bien mal en point après le boycott de la vache qui rit.

Avant, manger ses morts était un privilège réservé aux gitans, aujourd’hui tout le monde peut.

Enfin une vraie mesure de Gauche ?

Clitorin De Menfairpieds-Clavicule

 

Continue Reading

Belgique

Lotus remplace le nom «Spéculoos» par «Biscovfefe»

Published

on

By

Bye bye les « Spéculoos » et bonjour les « Biscovfefe», les biscuits de Lotus vont changer de nom parce que « la marque internationale a plus d’importance que la tradition et la culture belge », a annoncé le grand patron de Lotus Bakeries, Jan Moovais.

 

C’est donc la fin des Spéculoos tels qu’on les connaît. Dès l’année prochaine, le fabricant de biscuit Lotus, qui les commercialise, changera leur nom. C’est en tout cas ce qu’a annoncé le patron de Lotus, Jan Moovais, dans une interview.

Actuellement, l’appellation Spéculoos est seulement présente sur l’emballage des biscuits en France, en Belgique et aux Pays-Bas. Dans les autres lieux du monde, ils étaient vendus sous l’appellation de Biscoff, qui est une contraction des mots « biscuit » et « café ». Mais suite à différents échanges avec les responsables du marché américain, Lotus a décidé de renier ses origines belges et ses traditions culinaires en supprimant l’appellation Spéculoos.

Une annonce qui a provoqué beaucoup d’émoi sur les médias sociaux, ce qu’a également constaté Jan Moovais. « Certains le regrettent, mais on s’en fout complètement », relève-t-il samedi. L’entreprise a fait effectuer des recherches sur le changement de nom. « Presque tous les consommateurs sont contre, mais une entreprise qui se veut internationale doit pouvoir passer au dessus de l’avis des consommateurs », note-t-elle.

Dès l’année prochaine, Lotus utilisera l’appellation « Biscovfefe » au lieu de « Spéculoos » et « Biscoff » dans le monde entier, et la France, la Belgique et les Pays-Bas ne seront plus épargnés. Jan Moovais veut faire de ses petits biscuits caramélisés une « marque mondiale », c’est pourquoi il choisit un nom plus facilement prononçable de tous et par le président Trump.

 

 

Continue Reading

Trending