Connect with us

Apprendre

Top 20 des prénoms d’homme qui puent de la teub.

Published

on

Voici les 10 prénoms d’hommes qui puent le plus du zgeg.

Ces prénoms proviennent d’un sondage effectué auprès d’une grand Université américaine.

Ce sont des milliers de femmes qui ont répondu à ce sondage.

Les chiffres à côté du prénom sont ceux du niveau de puanteur en idP (indice de puanteur)

1 Jean 1 462 478
2 Edouard 999 104
3 Michel 950 584
4 Alain 865 874
5 Antoine
6 Nicolas 772 686
7 Christophe 745 720
8 Pierre 676 542
9 Lucas 664 310
10 Éric 630 762
11 Frédéric 621 064
12 Laurent 618 826
13 Stéphane 604 702
14 Morgan 604 506
15 Pascal 599 802
16 Francois 599 346
17 Alexandre 597 024

Top 10 des prénoms de filles qui puent de la chatte

1 Jean 1 462 478
2 Philippe 999 104
3 Michel 950 584
4 Alain 865 874
5 Antoine
6 Nicolas 772 686
7 Christophe 745 720
8 Pierre 676 542
9 Christian 664 310
10 Éric 630 762
11 Frédéric 621 064
12 Laurent 618 826
13 Stéphane 604 702
14 David 604 506
15 Pascal 599 802
16 Daniel 599 346
17 Alexandre 597 024

Top 10 des prénoms de filles qui puent de la chatte

Advertisement

Apprendre

Le président de la République de Madagascar vient d’avoir son Bac mention Très Bien

Published

on

Les résultats viennent de tomber. Andry Rajoelina, président de la République de Madagascar, a bien obtenu son Bac. Malgré les mesures sanitaires renforcées, il a pu passé l’ensemble des épreuves pour obtenir le précieux diplôme avec la mention Très Bien.

Andry a fêté ses 17 ans le 30 mai de cette année « C’est un honneur pour moi d’être le premier président diplômé au monde pendant son mandat. J’ai l’avenir devant moi mais je vais tout de même en parler avec mon conseiller d’orientation. » Un bel exemple de réussite en ces temps difficiles. Rappelons que la réussite de Donald Trump aux tests de CM2 ne compte pas.

Continue Reading

Apprendre

Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez

Published

on

Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez BITE Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez

Continue Reading

Apprendre

La dernière étude de la 4ème D du collège Schweitzer est formelle: en mélangeant du bleu et du jaune on a du vert

Published

on

Une nouvelle étude vient à nouveau relancer le débat sur la couleur verte. Cette fois-ci c’est la très sérieuse classe de 4ème D du collège Albert Schweitzer qui annonce que l’on obtient la couleur verte si on mélange du bleu et du jaune.

Le rapport de cette étude fait 12 pages. Entièrement écrit en français par Sonia, 18 de moyenne générale, il a fait l’effet d’une bombe sur tous les plateaux télé. Les experts de BFMTV n’en reviennent toujours pas « On a réussi à le lire d’une traite. Et le pire c’est que l’on a compris sans faire venir d’autres experts ! »

Cette étude prouve que le vert est obtenu en mélangeant du jaune et du bleu. Étude pourtant mal vu depuis la classe de 5ème 2 du collège Marcel Pagnol « C’est n’importe quoi. Les tests ont été réalisé uniquement avec de la peinture. Et avec des crayons de couleur ? Et des feutres ? Rien. Une étude d’amateur. »

En attendant une nouvelle étude, l’OMS recommande d’acheter directement de la peinture verte. « Nous ne sommes pas sûr du résultat si vous faites un mélange. Donc principe de précaution avant tout. »

Continue Reading

Trending