Témoignage et révélations d’une ex-dame pipi: « Être une connasse est obligatoire »

À l’instar des terroristes, des prostituées et des dealers, les dames-pipi font partie des métiers de l’ombre qui soulèvent tout un tas de rumeurs et questions. D’où viennent-elles ? Sont-elles nées ainsi ? Pourquoi cette vie plutôt qu’avoir un vrai travail ou être au chômage ? Marceline Dupontoise, ex-dame pipi, raconte pour la première fois les secrets de cette corporation.

Sur son blog www.lavéritédoitéclater.com Marceline dénonce la genèse malsaine de ce racket en sanitaire honteux:

« On nous reproche souvent d’être désagréables, sales, inutiles et de réclamer de l’argent en entrant ET en sortant des toilettes. C’est normal, être une connasse est obligatoire pour cette pratique ancestrale, fondée sur l’exaspération des âmes.


Tout débuta en 1537 avec Simone XII de Rothschild qui, en tant que richissime égoïste ne cherchant qu’à emmerder les autres pour s’occuper, demanda une piécette à chacun de ses esclaves serviteurs employés enthousiastes voulant se rendre aux toilettes. Elle trouva ce spectacle très drôle, et fit passer le mot à ses diverses amies bourgeoises.
Après plusieurs mois de séances confidentielles de « Humilie un pauvre qui se chie dessus en cherchant en vain dans ses poches », la tradition s’est répandue et démocratisée dans toute l’Europe.

Ce n’est qu’en 1698 que Madeleine de Rothschild, encore plus casse-couilles que son arrière-arrière-grand-mère, ajouta à ce jeu la règle du « Toutes les deux minutes tambourine aux portes pour demander si le mec occupé est pas mort », rendant les parties encore plus palpitantes. »

La Confédération Mondiale des Dames-Pipi, depuis son château en haut de la colline, réfute totalement ses accusations de n’être qu’un hobby de bourgeoises moqueuses, en insistant sur le rôle indispensable de ce travail pour la survie de l’humanité et la protection contre les attaques de loups.

Les commentaires sont juste en dessous de la publicité:

Commentaires