Connect with us

Cuisine

Scandale alimentaire – La sauce samouraï serait à base de Ninja

Published

on

C’est tout un pan de l’industrie agroalimentaire belge qui est sur le point de vaciller.

La réputation de cette sauce typique belge assez relevée n’est plus à faire. A la base, la sauce samouraï est un mélange de mayonnaise, de ketchup et de sambal ulek (pâte de piments indonésienne) ou d’harissa.

Mais voilà que le plus gros fabricant de sauce, Gamorra, vient de révéler dans un communiqué de presse, sous la pression de l’état japonais, que depuis plusieurs années un ingrédient supplémentaire a été intégré à la recette originale afin de lui conférer un goût plus fort et riche en fer: du sang de Ninja.

Cette annonce remet tout en cause sur cette sauce, ses vertues mais surtout son nom.

Car il existe une différence majeure de moralité entre les samouraïs et les ninjas : les premiers étaient des combattants en armure animés par un code d’honneur strict (le bushido) et souvent dévoués à un clan ou un seigneur, tandis que les ninjas étaient des mercenaires entraînés pour effectuer les sales besognes, comme des assassinats, des vols ou des missions d’espionnage.

En ajoutant du sang de Ninja, l’honneur des samouraïs est entaché. Mais gustativement parlant, nous devons reconnaître que la sauce a gagné en maturité.

Lors de la conférence de presse de Gamorra, une question d’un journaliste japonais est restée sans réponse:
« Votre ingrédient secret, peut-il expliquer la pénurie de ninjas au Japon depuis quelques années? ».

La justice a été saisie par le comité national des friteries pour trancher si ou non la sauce sera rebaptisée ou non en sauce Ninja. D’après nos estimations, le montant de la correction de tous les menus de restaurant belges pourrait avoisiner les 3 milliard d’euros.

Advertisement

Belgique

L’enseigne lumineuse de la place De Brouckère rachetée par Lotus

Published

on

Retournement de situation dans l’affaire du permis d’urbanisme du panneau publicitaire Coca-Cola de la place De Brouckère. Le secrétaire d’Etat à l’Urbanisme, Pascal Smet, estimait que le panneau était disproportionné, mais on apprend à l’instant que le lobby du biscuit vient de faire pression pour obtenir l’emplacement.
Le patron de la société Lotus, Jan Boone, continue donc dans sa lancée dans le but de faire de ses biscuits une marque mondiale en imposant l’appellation américaine Biscoff pour ses traditionnels speculoos. C’est désormais le nom Biscoff qui illuminera la célèbre place bruxelloise pour tenter d’imposer ce nom polémique au consommateur.

Continue Reading

Conso

Coronavirus : les vieux seront abattus selon la tradition islamique

Published

on

Le Halal n’en finit plus de conquérir nos rayons.

Face à l’augmentation de la demande concernant la viande de vieux, en vogue depuis la crise Covid, le Conseil Français du Culte Musulmans, en partenariat avec l’AFNOR ont crée un label « viande de vieux Halal ».

D’abord boosté par la prolifération de vieux tout autour de la planète et en particulier au Nord de celle-ci, ce qui était considéré comme impropre à la consommation (soit disant parce que « tout le monde connaît un vieux ») est aujourd’hui une bonne source de protéine pour les précaires de tous les horizons.

Connu pour son goût prononcé et son prix moins élevé que de la viande normale, la viande de vieux est aujourd’hui une des saveurs du moment. Avec l’augmentation de la demande, aussi bien nationale qu’à l’export, les autorités ont décidé de créer un label Halal afin d’augmenter les exportations de vieux français à l’étranger. Un proche du Quai d’Orsay nous glisse que cette manœuvre aurait pour but de soulager la balance commerciale française, bien mal en point après le boycott de la vache qui rit.

Avant, manger ses morts était un privilège réservé aux gitans, aujourd’hui tout le monde peut.

Enfin une vraie mesure de Gauche ?

Clitorin De Menfairpieds-Clavicule

 

Continue Reading

Belgique

Lotus remplace le nom «Spéculoos» par «Biscovfefe»

Published

on

By

Bye bye les « Spéculoos » et bonjour les « Biscovfefe», les biscuits de Lotus vont changer de nom parce que « la marque internationale a plus d’importance que la tradition et la culture belge », a annoncé le grand patron de Lotus Bakeries, Jan Moovais.

 

C’est donc la fin des Spéculoos tels qu’on les connaît. Dès l’année prochaine, le fabricant de biscuit Lotus, qui les commercialise, changera leur nom. C’est en tout cas ce qu’a annoncé le patron de Lotus, Jan Moovais, dans une interview.

Actuellement, l’appellation Spéculoos est seulement présente sur l’emballage des biscuits en France, en Belgique et aux Pays-Bas. Dans les autres lieux du monde, ils étaient vendus sous l’appellation de Biscoff, qui est une contraction des mots « biscuit » et « café ». Mais suite à différents échanges avec les responsables du marché américain, Lotus a décidé de renier ses origines belges et ses traditions culinaires en supprimant l’appellation Spéculoos.

Une annonce qui a provoqué beaucoup d’émoi sur les médias sociaux, ce qu’a également constaté Jan Moovais. « Certains le regrettent, mais on s’en fout complètement », relève-t-il samedi. L’entreprise a fait effectuer des recherches sur le changement de nom. « Presque tous les consommateurs sont contre, mais une entreprise qui se veut internationale doit pouvoir passer au dessus de l’avis des consommateurs », note-t-elle.

Dès l’année prochaine, Lotus utilisera l’appellation « Biscovfefe » au lieu de « Spéculoos » et « Biscoff » dans le monde entier, et la France, la Belgique et les Pays-Bas ne seront plus épargnés. Jan Moovais veut faire de ses petits biscuits caramélisés une « marque mondiale », c’est pourquoi il choisit un nom plus facilement prononçable de tous et par le président Trump.

 

 

Continue Reading

Trending