Connect with us

Belgique

Le chinois qui tousse officiellement plus effrayant que l’arabe barbu selon un sondage officiel

Published

on

 

Cela devait arriver, les islamistes se sont fait détrôner par de braves chinois qui toussent, un revers terribles pour l’Etat islamique qui ne semble plus faire aussi peur qu’avant. 

Le 20 janvier 2020, le point focal national RSI de la République de Corée a signalé le premier cas de nouveau coronavirus en République de Corée. Il s’agit d’une femme de 35 ans, de nationalité chinoise, résidant à Wuhan (province du Hubei, Chine).

La patiente a présenté les symptômes suivants : fièvre, frissons et douleurs musculaires, le 18 janvier, alors qu’elle se trouvait à Wuhan. Elle s’est rendue dans un hôpital local à Wuhan et le diagnostic posé initialement a été celui d’un rhume. Le 19 janvier, à son arrivée à l’aéroport international d’Incheon (Corée du Sud), la patiente avait de la fièvre (38,3°C). Elle a été transférée dans un hôpital d’isolement désigné à cet effet pour être soumise à des tests de dépistage et bénéficier d’un traitement. Les tests ont donné un résultat positif à la RT-PCR (amplification génique après transcription inverse) pour les coronavirus ; le séquençage effectué ensuite, le 20 janvier, par les Centers for Disease Control and Prevention de Corée (KCDC) ont permis de confirmer que les résultats étaient positifs pour le nouveau coronavirus (2019-nCoV). Au moment du dépistage, la patiente présentait les symptômes suivants : frissons, écoulement nasal et douleurs musculaires.

La patiente a indiqué ne s’être rendue sur aucun marché, y compris le marché aux poissons de Huanan ; elle n’a pas non plus eu de contact connu avec des cas confirmés de 2019-nCoV ou des animaux sauvages dans la ville de Wuhan.

La patiente est actuellement à l’isolement et reçoit un traitement ; son état est stable.

Action de santé publique

  • La recherche des contacts et d’autres enquêtes épidémiologiques sont en cours ;
  • Le gouvernement de la République de Corée a relevé le niveau d’alerte nationale de bleu (niveau 1) à jaune (niveau 2 sur l’échelle du système national de gestion de crise qui comprend 4 niveaux) ;
  • Les autorités sanitaires de la République de Corée ont renforcé la surveillance des cas de pneumonie dans les établissements de santé dans tout le pays depuis le 3 janvier 2020 ;
  • Les mesures de dépistage et de mise en quarantaine ont été renforcées aux points d’entrée pour les voyageurs en provenance de Wuhan depuis le 3 janvier 2020 ;
  • Les activités de communication publique sur les risques ont été renforcées.

Évaluation des risques par l’OMS

Il s’agit du quatrième cas d’infection de voyageurs par le nouveau coronavirus 2019-nCoV exporté de la ville de Wuhan (Chine). Depuis la première notification de cas à Wuhan le 31 décembre 2019, 278 cas d’infection par le 2019-nCoV confirmés en laboratoire ont été notifiés à l’OMS au 20 janvier 2020, en provenance de Chine, dont six décès. Deux cas ont été signalés en Thaïlande, un cas au Japon, et un cas en République de Corée. En Chine, on compte 51 cas graves, et douze patients sont dans un état critique. Ils sont tous traités en isolement dans des établissements médicaux spécifiques à Wuhan. Parmi les cas signalés en Chine, 14 cas l’ont été dans la province de Guangdong, cinq dans la municipalité de Beijing, et un dans la municipalité de Shangaï.

Les enquêtes visant à identifier la source de cette flambée épidémique à Wuhan sont encore en cours. Lors des enquêtes préliminaires, des échantillons environnementaux prélevés sur le marché aux poissons de Huanan dans la ville de Wuhan se sont révélés positifs pour le nCoV ; toutefois, certains patients dont l’infection a été confirmée en laboratoire ont indiqué ne pas s’être rendus sur ce marché. Des cas continuent à être signalés dans la ville de Wuhan, et dans d’autres provinces de Chine. Des enquêtes supplémentaires doivent être menées pour déterminer comment les patients ont été infectés, l’étendue de la transmission interhumaine, le tableau clinique de la maladie, et l’ampleur géographique de l’infection.

Conseils de l’OMS

Il est prudent de rappeler à la population et aux agents de santé les principes de base à appliquer pour réduire le risque général de transmission des infections respiratoires aiguës :

  • Éviter tout contact étroit avec les personnes atteintes d’infections respiratoires aiguës ;
  • Se laver fréquemment les mains, surtout à la suite d’un contact direct avec une personne malade ou son environnement ;
  • Éviter tout contact non protégé avec des animaux d’élevage ou des animaux sauvages ;
  • Les personnes présentant des symptômes d’infection respiratoire aiguë doivent respecter les règles d’hygiène applicables en cas de toux (se tenir à distance d’autrui, se couvrir la bouche ou le nez à l’aide d’un mouchoir en papier ou de ses vêtements lorsqu’on tousse ou éternue, se laver les mains) ;
  • Dans les établissements de santé, renforcer les pratiques standard de lutte contre les infections, en particulier dans les services d’urgence.

L’OMS ne recommande aucune mesure sanitaire particulière concernant les voyageurs. En présence de symptômes évocateurs d’une affection respiratoire pendant ou après un voyage, les voyageurs sont invités à consulter un médecin, à qui ils feront part de leurs antécédents de voyage. Il convient que les autorités sanitaires collaborent avec les secteurs des voyages, des transports et du tourisme afin de fournir aux voyageurs les informations nécessaires à la réduction du risque général d’infection respiratoire aiguë, que ce soit par l’intermédiaire des centres de médecine des voyages, des agences de voyage, des transporteurs ou aux points d’entrée.

L’OMS a publié des orientations provisoires sur les nouveaux coronavirus .

Sur la base des informations actuellement disponibles à propos de cet événement, l’OMS déconseille toute restriction des voyages et du commerce avec la République de Corée.

Pour de plus amples informations sur le nouveau coronavirus, voir :

Advertisement

Belgique

Il neige

Published

on

C’est tout.

Continue Reading

Belgique

[Vraie info] Le Shaman QAnon entre en grève de la faim « Parce qu’il n’y a pas de nourriture Bio en prison »

Published

on

 

Le Bison nazi mystique du capitole Jake Angeli serait entré en grève de la faim selon plusieurs médias américains.

L’avocat du Bison avait expliqué d’abord qu’Angeli ne mangeait pas pour des raisons religieuses, mais la mère du suspect a dit plus tard que c’était parce que « le centre de détention ne lui donnera pas du tout de nourriture bio ».

Le juge présidant l’affaire a déclaré que le refus d’Angeli de manger était « profondément préoccupant » et a demandé au défenseur public de travailler à ce qu’il se réalimente en vue de ses auditions. Il refuse de s’alimenter puisque la nourriture traditionnelle ne correspond pas à son régime shamanique. Une considération qu’il aurait certainement pu envisager avant d’envahir le capitole.

Angeli était l’un des nombreux partisans de Trump qui ont pris d’assaut le Capitole mercredi dernier et ont depuis été arrêtés comme des couillons.

 

Jake Angeli (32) Interview May 5, 2020

jakeangeli #angeli #trump #capitol #usa #biden

 

Source

Continue Reading

Belgique

QAnon l’affirme: Le PAPE a été arrêté

Published

on

MISE À JOUR: Il semble que le pape François ait tweeté ce matin, mais le conservateur Beaver a confirmé que le pape François avait une équipe de médias sociaux qui planifiait ses publications, et celle-ci était pré-planifiée. Si vous cliquez sur le tweet, vous pouvez voir que TweetDeck a été utilisé pour planifier la publication.

Le pape François est toujours en garde fédérale en Italie, par conséquent, il n’a pas été vu en vidéo. Le FBI est en route pour l’interrogatoire, selon des sources.

VATICAN / ITALIE – Le pape François, alias Jorge Mario Bergoglio, a été arrêté samedi pour une mise en accusation de 80 chefs d’accusation, notamment la possession de pornographie enfantine, la traite des êtres humains, l’inceste, la possession de matériel de drogue et la fraude pour crime.

 

Le bureau du procureur national italien a confirmé avoir ordonné les arrestations et déposé les accusations.

Un homme arrêté pour trafic de drogue fait maintenant face à 63 chefs d’accusation supplémentaires, notamment de pornographie juvénile et de trafic d’êtres humains dans le comté de Limestone
Des officiers militaires, la police italienne et leur unité des crimes sexuels se sont rendus au domicile du pape au Vatican, ils l’ont arrêté ainsi que plusieurs autres hauts fonctionnaires et les ont tous placés en état d’arrestation sans incident. Des personnes proches des lieux ont rapporté avoir entendu des coups de feu, mais la police n’a pas confirmé si c’était eux qui tiraient les armes.

Le pape François est actuellement détenu dans une prison inconnue, interrogé par des agents fédéraux travaillant pour l’Etat d’Italie et Interpol. Le FBI serait en train de prendre des dispositions pour arriver et l’interroger une fois qu’Interpol en aura fini avec lui.

Giuseppe Governale, le principal procureur anti-mafia d’Italie, a été appelé au début de l’enquête sur le pape François et d’autres personnes au Vatican. Il a déclaré que le groupe était «sous-estimé» et particulièrement dangereux en raison de sa capacité à proliférer à travers les nations et à les infiltrer.

«Ces personnes sont vraiment les pires des pires de la société. Je peux vous promettre que nous n’arrêterons pas de cibler la traite des êtres humains tant que nous n’aurons pas mis un terme à ce commerce ignoble au Vatican et en Italie, ainsi que dans les pays voisins de l’Europe. Alors que je suis procureur principal en Italie, mon ministère s’efforcera de protéger nos citoyens, en particulier ceux qui ont le plus besoin de nous, nos enfants ».

Giuseppe Governale
Afin de procéder à l’arrestation, la police et les agents militaires ont dû couper le courant au Vatican et atténuer la caméra en direct. Cela a été remarqué par les internautes, qui se sont rapidement méfiés de ce qui se passait au Vatican.

 

Certaines personnes ont émis l’hypothèse que le pape pourrait être la «première arrestation». Et il semble qu’ils avaient raison dans leurs spéculations. Selon les agents d’Interpol, il s’agit du «premier parmi tant d’autres».

Le juge a imposé une interdiction de publication à l’échelle de l’UE. Heureusement, l’interdiction n’affecte ni le Canada ni les États-Unis, et le conservateur Beaver a reçu le scoop exclusif de cette histoire via un contact italien confidentiel.

Google supprime les résultats! Soyez le premier à dire au monde la VÉRITÉ! Partagez cet article MAINTENANT!

Continue Reading

Trending