Le chinois qui tousse officiellement plus effrayant que l’arabe barbu selon un sondage officiel

 

Cela devait arriver, les islamistes se sont fait détrôner par de braves chinois qui toussent, un revers terribles pour l’Etat islamique qui ne semble plus faire aussi peur qu’avant. 

Le 20 janvier 2020, le point focal national RSI de la République de Corée a signalé le premier cas de nouveau coronavirus en République de Corée. Il s’agit d’une femme de 35 ans, de nationalité chinoise, résidant à Wuhan (province du Hubei, Chine).

La patiente a présenté les symptômes suivants : fièvre, frissons et douleurs musculaires, le 18 janvier, alors qu’elle se trouvait à Wuhan. Elle s’est rendue dans un hôpital local à Wuhan et le diagnostic posé initialement a été celui d’un rhume. Le 19 janvier, à son arrivée à l’aéroport international d’Incheon (Corée du Sud), la patiente avait de la fièvre (38,3°C). Elle a été transférée dans un hôpital d’isolement désigné à cet effet pour être soumise à des tests de dépistage et bénéficier d’un traitement. Les tests ont donné un résultat positif à la RT-PCR (amplification génique après transcription inverse) pour les coronavirus ; le séquençage effectué ensuite, le 20 janvier, par les Centers for Disease Control and Prevention de Corée (KCDC) ont permis de confirmer que les résultats étaient positifs pour le nouveau coronavirus (2019-nCoV). Au moment du dépistage, la patiente présentait les symptômes suivants : frissons, écoulement nasal et douleurs musculaires.

La patiente a indiqué ne s’être rendue sur aucun marché, y compris le marché aux poissons de Huanan ; elle n’a pas non plus eu de contact connu avec des cas confirmés de 2019-nCoV ou des animaux sauvages dans la ville de Wuhan.

La patiente est actuellement à l’isolement et reçoit un traitement ; son état est stable.

Action de santé publique

  • La recherche des contacts et d’autres enquêtes épidémiologiques sont en cours ;
  • Le gouvernement de la République de Corée a relevé le niveau d’alerte nationale de bleu (niveau 1) à jaune (niveau 2 sur l’échelle du système national de gestion de crise qui comprend 4 niveaux) ;
  • Les autorités sanitaires de la République de Corée ont renforcé la surveillance des cas de pneumonie dans les établissements de santé dans tout le pays depuis le 3 janvier 2020 ;
  • Les mesures de dépistage et de mise en quarantaine ont été renforcées aux points d’entrée pour les voyageurs en provenance de Wuhan depuis le 3 janvier 2020 ;
  • Les activités de communication publique sur les risques ont été renforcées.

Évaluation des risques par l’OMS

Il s’agit du quatrième cas d’infection de voyageurs par le nouveau coronavirus 2019-nCoV exporté de la ville de Wuhan (Chine). Depuis la première notification de cas à Wuhan le 31 décembre 2019, 278 cas d’infection par le 2019-nCoV confirmés en laboratoire ont été notifiés à l’OMS au 20 janvier 2020, en provenance de Chine, dont six décès. Deux cas ont été signalés en Thaïlande, un cas au Japon, et un cas en République de Corée. En Chine, on compte 51 cas graves, et douze patients sont dans un état critique. Ils sont tous traités en isolement dans des établissements médicaux spécifiques à Wuhan. Parmi les cas signalés en Chine, 14 cas l’ont été dans la province de Guangdong, cinq dans la municipalité de Beijing, et un dans la municipalité de Shangaï.

Les enquêtes visant à identifier la source de cette flambée épidémique à Wuhan sont encore en cours. Lors des enquêtes préliminaires, des échantillons environnementaux prélevés sur le marché aux poissons de Huanan dans la ville de Wuhan se sont révélés positifs pour le nCoV ; toutefois, certains patients dont l’infection a été confirmée en laboratoire ont indiqué ne pas s’être rendus sur ce marché. Des cas continuent à être signalés dans la ville de Wuhan, et dans d’autres provinces de Chine. Des enquêtes supplémentaires doivent être menées pour déterminer comment les patients ont été infectés, l’étendue de la transmission interhumaine, le tableau clinique de la maladie, et l’ampleur géographique de l’infection.

Conseils de l’OMS

Il est prudent de rappeler à la population et aux agents de santé les principes de base à appliquer pour réduire le risque général de transmission des infections respiratoires aiguës :

  • Éviter tout contact étroit avec les personnes atteintes d’infections respiratoires aiguës ;
  • Se laver fréquemment les mains, surtout à la suite d’un contact direct avec une personne malade ou son environnement ;
  • Éviter tout contact non protégé avec des animaux d’élevage ou des animaux sauvages ;
  • Les personnes présentant des symptômes d’infection respiratoire aiguë doivent respecter les règles d’hygiène applicables en cas de toux (se tenir à distance d’autrui, se couvrir la bouche ou le nez à l’aide d’un mouchoir en papier ou de ses vêtements lorsqu’on tousse ou éternue, se laver les mains) ;
  • Dans les établissements de santé, renforcer les pratiques standard de lutte contre les infections, en particulier dans les services d’urgence.

L’OMS ne recommande aucune mesure sanitaire particulière concernant les voyageurs. En présence de symptômes évocateurs d’une affection respiratoire pendant ou après un voyage, les voyageurs sont invités à consulter un médecin, à qui ils feront part de leurs antécédents de voyage. Il convient que les autorités sanitaires collaborent avec les secteurs des voyages, des transports et du tourisme afin de fournir aux voyageurs les informations nécessaires à la réduction du risque général d’infection respiratoire aiguë, que ce soit par l’intermédiaire des centres de médecine des voyages, des agences de voyage, des transporteurs ou aux points d’entrée.

L’OMS a publié des orientations provisoires sur les nouveaux coronavirus .

Sur la base des informations actuellement disponibles à propos de cet événement, l’OMS déconseille toute restriction des voyages et du commerce avec la République de Corée.

Pour de plus amples informations sur le nouveau coronavirus, voir :

Les commentaires sont juste en dessous de la publicité:

Commentaires