Pour l’acte 19, les Rafales déverseront des chemtrails d’agent marqueur

Vincent Flibustier

🛑🛑 Vraie info étonnante: On parle désormais de PMC, Produits marquants codés, qui vont être balancés sur les gilets jaunes. Il y avait une page sur le site du ministère de l’intérieur à ce sujet,…

 

 

Une innovation au service de la protection des biens : Décryptage des Produits de Marquage Codés (PMC)

Les produits de marquage codés sont des dispositifs indétectables à l’œil nu, inodores et incolores (non toxiques) permettant le marquage des biens, des personnes et des lieux. Destinés à l’usage des professionnels comme des particuliers, les produits actuellement développés et commercialisés par plusieurs sociétés privées, se matérialisent sous différentes formulations chimiques. Quel que soit le type de formulation mis en œuvre, cette technologie confère à tout support marqué une identification par un code unique. Initialement développés dans le cadre de la lutte contre les contrefaçons, les PMC ont vu leurs domaines d’application se diversifier pour devenir des outils à la fois dissuasifs et discriminants dans la lutte contre les atteintes aux biens mais aussi à destination des particuliers souhaitant protéger leurs biens de valeur. Associées au déploiement de ces dispositifs, les forces de l’ordre interviennent prioritairement aux étapes cruciales de révélation du marquage et de décryptage du code associé. Elles sont également garantes de la qualité de la preuve matérielle qui résulte de leurs actions.

 

Les PMC : Focus sur les technologies commercialisées

Protection des commerces : les dispositifs anti-agression

Face à la recrudescence des vols à main armées au sein des établissements commerciaux, les fabricants ont développé des systèmes anti-agression. Ces systèmes dispersifs produisent un spray de vaporisation ciblant et aspergeant les agresseurs de produits de marquage codés. Le déclenchement de ces systèmes dispersifs est géré de façon automatique à l’aide d’une centrale d’alarme, d’un radar de présence ou de façon manuelle à distance.

Les installations de systèmes dispersifs au sein des commerces poursuivent un double objectif :

     – Dissuader les délinquants de passer à l’acte par l’apposition massive et visible de la signalétique adéquate aux abords de la zone protégée

     – Etablir un lien fort entre les faits criminels ou délictuels et un individu mis en cause par la révélation de produit de marquage codé sur sa personne ou ses vêtements.

Protection des biens : une solution adaptée aux particuliers et aux professionnels

Dans le cadre de la lutte contre les atteintes aux biens, les fournisseurs ont élargi la gamme des technologies PMC à destination de certaines catégories professionnelles (marquage de câbles électriques, tuyauterie en cuivre, etc) mais aussi à destination des particuliers (œuvre d’art, véhicules, multimédia, etc). Ces solutions sont dédiées à la protection et à l’identification des biens de toutes sortes. En fonction des supports à protéger, différentes formulations sont disponibles. Les sociétés productrices garantissent l’unicité du code associé au produit de marquage. Ainsi, par interrogation de la base de données détenue par les fournisseurs, un objet marqué, signalé volé, peut être restitué à son propriétaire par la mise en évidence du produit de marquage codé et ce, même après plusieurs années.

Cas particulier des encres de maculage

Une encre de maculage constitue un marqueur coloré indélébile dispersé sur les billets de banque les rendant inutilisables en cas de vols ou tentatives de vols dans les distributeurs automatiques de billets ou lors des convoyages de fonds. Afin de renforcer leur traçabilité, les encres de maculage sont enrichies de produits de marquage codés. Chaque cassette de billet est tracée par un code unique et, de ce fait, un billet maculé retrouvé peut être relié au fait délictuel via le code mis en évidence.

Comment révéler la présence d’un produit de marquage codé ?

Au-delà du visible : puissance de la lumière

La puissance des technologies PMC est directement corrélée à leur caractère invisible. En effet, quel que soit le type de dispositif déployé, chaque formulation demeure invisible une fois déposée sur tout support (y compris sur un individu).Par « invisible » il est entendu que les produits de marquage codés sont indétectables à l’œil nu. Ce n’est qu’une fois révélés sous une lampe spéciale, qu’ils émettent une fluorescence caractéristique détectable dans le domaine du visible. Enquêteurs et techniciens en identification criminelle sont dotés des lampes adaptées pour cette révélation.

Quels sont les types de marqueurs actuellement utilisés ?

Au-delà des différentes formulations, les produits de marquage codés mettent en œuvre différents marqueurs, éléments constitutifs du code: les marqueurs minéraux, biologiques et physiques.

Les premiers sont définis par une combinaison de plusieurs éléments minéraux en mélange (issus de la classification périodique des éléments). A l’instar des marqueurs minéraux, les marqueurs biologiques sont constitués par une combinaison de nucléotides formant une chaîne d’ADN synthétique. Quant aux marqueurs physiques, ce sont des micro-particules métalliques sur lesquelles est gravé le code du produit.

Marqueurs minéraux

Marqueurs biologiques

Marqueurs physiques

 

Au laboratoire : physique, chimie et biologie sont à l’œuvre

La lecture du code inséré dans les produits de marquage met en œuvre des techniques analytiques de laboratoire de pointe qui sont fonction du type de marqueur. L’ensemble des techniques citées ci-dessus fait appel aux savoir-faire et au haut niveau d’expertise des ressources de l’IRCGN.

Les marqueurs physiques sont les plus simples à mettre en évidence. Les pastilles sont visibles à l’œil nu et sont observées après un grossissement à l’aide d’un microscope digital portable pour détecter le code.

La détection des codes insérés sous la forme d’un mélange de marqueurs minéraux fait appel au couplage entre l’ablation laser et la spectrométrie de masse à plasma inductif (LA-ICP-MS). Cette analyse qualitative peut être décrite en trois phases :

     – Ablation de l’échantillon par un faisceau laser pour créer un aérosol contenant les éléments minéraux,

     – Vaporisation, atomisation et ionisation des éléments au sein d’un plasma à température très élevée,

     – Tri et détection des éléments en fonction du rapport masse/charge par le spectromètre de masse.

   Ablation laser

 

En parallèle, une analyse quantitative des éléments minéraux entrant dans la composition de PMC peut être réalisée à l’aide d’un microscope électronique à balayage (MEB). La mise en évidence de la nature et de la quantité d’éléments d’intérêt dans un échantillon repose sur les interactions électrons-matière :

     – Un faisceau d’électrons vient bombarder l’échantillon et entraîne alors différentes réémissions de particules (électrons secondaires, rétrodiffusés, Auger ou rayons X).

     – Chaque type de particules réémises est détecté par les différents détecteurs constituant le MEB.

Microscope Électronique à Balayage (MEB)

 

La révélation des marqueurs biologiques nécessite la mise en œuvre de méthodes complexes telles que le séquençage, le génotypage et le pyroséquençage permettant l’analyse de séquences d’ADN synthétique.

     – Le séquençage met en œuvre des enzymes spécifiques dont l’activité contribue à la fabrication de multiples copies d’un fragment d’ADN synthétique. Leur détection est réalisée grâce à l’émission d’un signal lumineux capté par une caméra. Cette méthode permet de mettre en évidence une séquence de nucléotides caractéristiques d’un code (350 à 400 paires de bases). La révélation de séquences plus courtes (inférieures à 100 paires de bases) met en œuvre une méthode alternative, le pyroséquençage, durant lequel le flash lumineux n’est détecté que lors de l’ajout de bases complémentaires au modèle amplifié.

     – Le génotypage permet de révéler la présence de clones caractérisant les marqueurs biologiques. Pour en savoir plus sur cette méthode d’analyse : http://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/ircgn/L-expertise-decodee/Identification/L-ADN-comment-ca-marche

Séquenceur

 

Les PMC peuvent également être décodés grâce à la chromatographie en phase liquide couplée à la spectrométrie de masse haute résolution (LC HR/MS). Les molécules constitutives d’un code sont séparées des autres composés (LC) puis triées et détectées en fonction de leur rapport masse/charge (MS).

     – Séparation chromatographique : La chromatographie a pour but de séparer les constituants d’un mélange au cours du temps. Ici, la séparation se fait principalement en fonction de leurs propriétés chimiques.

     – Détection et identification : La spectrométrie de masse permet d’identifier une molécule à partir de son spectre de masse, c’est à dire à partir de l’intensité relative de tous les ions issus de l’ionisation de la molécule.

     – Le chromatogramme et les spectres de masse obtenus caractérisent la composition du mélange et donnent donc accès au code chimique du PMC.

Pour Conclure… Trois arguments en faveur des PMC

Un effet dissuasif avéré

En phase d’expérimentation depuis 2011 dans 17 départements métropolitains, ces systèmes ont démontré leur pouvoir de dissuasion (sur 111 sites équipés, seuls 3 déclenchements volontaires ont été constatés). En conséquence, une diminution des faits de délinquance, notamment envers les commerces, a été rapportée et viendrait en appui d’une généralisation du dispositif.

Une preuve matérielle solide

Mis en lumière dans le cadre de multiples enquêtes judiciaires, les PMC permettent de relier un individu et/ou un objet à la commission d’une infraction. L’unicité des codes confère à la technologie un caractère particulièrement discriminant qui contribue à élever les PMC au rang des preuves matérielles au sein du procès pénal. Comme tout autre élément de preuve, il se doit nécessairement d’être corroboré par les autres indices et données de l’enquête.

Des dispositifs encadrés

Commercialisés par différentes sociétés privées sur lesquelles reposent la garantie d’individualisation des codes et la traçabilité des déploiements, la révélation d’un PMC ne peut être dissociée de l’action des forces de l’ordre. De la gestion de la scène d’infraction à l’expertise technique, les différents acteurs de la chaîne criminalistique gendarmerie s’attachent à garantir des actions de qualité réalisées conformément aux exigences des normes pour lesquelles ils ont obtenu l’accréditation.

Les commentaires sont juste en dessous de la publicité:

Commentaires