Connect with us

Complot

Kim Jong-Un envoie un missile vers la mer du Japon et s’explique : « Je l’ai pas fait exprès »

Published

on

« C’est même pas moi d’abord ! C’est lui qu’a commencé » seraient les mots prononcés par le chef de l’état nord-coréen, après l’envoi d’un nouveau missile capable de transporter une ogive nucléaire.

Les faits

Vendredi 13 mai, vers 7 heures du matin, le Japon s’est réveillé sous le bruit assourdissant d’un missile venant de sa voisine la Corée du Nord. Heureusement, aucune perte humaine n’a été détectée. Nous déplorons cependant la perte de 17 sardines et 2 requins marteaux. La maman de Nemo n’aurait pas survécu.

Kim Jong-Un s’explique sur son geste malencontreux. D’après son baby-sitter : « C’était involontaire. Le petit n’a pas été sage, il s’est énervé quand j’ai refusé de lui donner une autre barre de chocolat. Il a piqué une colère et le coup est parti tout seul ».

Les réactions internationales se multiplient

Les Etats-Unis ont convoqué un conseil de sécurité de l’ONU qui condamne la maladresse récurrente du chef de l’état nord-coréen et son comportement « déstabilisateur ». Ils ont donc pris des sanctions sévères, demandant à Pyongyang de s’engager à ne pas recommencer. On aurait même entendu Antonio Guterres, actuel secrétaire général des Nations-Unies menacer personnellement Kim Jong-Un : « Si tu continues comme ça, tu seras privé de télé jusqu’à la fin de la semaine »

Donald Trump, quant à lui, a déclaré en avoir assez de subir ce genre d’interventions. « Moi aussi, j’ai les mêmes jouets, et je peux même pas m’en servir » a-t-il expliqué à notre conseiller en politique américaine, par ailleurs chef de rayon chez Dreamland.

 

La cyber attaque

 

D’après le spécialiste IT de la CIA, la cyber attaque dont ont été cyber victimes plus de 200 000 entreprises ce week-end est aussi à mettre sur le compte d’un caprice de Kim Jong-Un. Privé de tablette par la nounou, il a voulu jouer au célèbre « démineur » sur l’ordinateur central de l’armée. Il n’a pas compris que le programme lançait une attaque virtuelle sur le monde entier.

Complot

Covid-21: Un submersible chinois est descendu à plus de 10.000 mètres sous la mer pour rechercher des virus inconnus enfouis sous les sédiments

Published

on

Le «Fendouzhe», nom qui signifie «lutteur», est descendu à plus de 10.000 mètres dans cette fosse sous-marine située dans le Pacifique occidental, avec trois chercheurs à son bord, a rapporté la télévision publique chinoise CCTV. Le Fendouzhe, a pour mission de trouver «Des virus infectieux pour les humains qui pourraient être réactivés», ont déclaré des scientifiques à bord à CCTV. Les chercheurs chinois vont collecter des spécimens pour leurs recherches, selon CCTV.

How China’s submersible Fendouzhe stacks up on record depths

For more: https://www.cgtn.com/video China has set a new national record for the deepest manned dive into the oceans. A submersible accomplished this Tuesday…

Continue Reading

Business

Coronavirus : pour séduire les jeunes, le vaccin pourra se sniffer

Published

on

L’annonce des résultats préliminaires à propos du fameux vaccin à nano particules 5G quantique de Big Pharma s’est accompagnée d’une nouvelle assez étonnante.

En effet, le vaccin traditionnel doit faire l’objet d’un stockage à de très basses températures. Afin de remédier à ce problème, sur les conseils du service marketing, les laboratoires ont préparé une version en poudre qui pourra se sniffer. Big Pharma espère ainsi séduire un public plus jeune.

Si cette annonce apparaît comme étant une bonne nouvelle, un élément est source de préoccupations. En effet, les chercheurs avaient évoqué la possibilité de fumer le vaccin. Malheureusement cette option a été écartée.
Pour se préparer en terme de logistique, le gouvernement français avait pris de l’avance et a déjà acheté un million de “bongs” qui s’avèrent totalement inutiles.

Continue Reading

Complot

Un lanceur d’alertes raconte : « Le COVID a été créé pour décimer les pauvres et pour faire peur aux gens vu qu’il n’existe pas »

Published

on

Travaillant à l’unité de recherche biotechnologique de l’université de Stuttgart, Michel S. témoigne de ce qu’il a vu pendant son stage chez Pfizer à Wuhan avant les faits :
« Nous devions travailler dans le secret », déclare-t-il.
« Je vais vous révéler des choses qui vont me mettre moi et ma famille en danger, ce pourquoi j’ai décidé de garder mon anonymat.
Notre travail était de réaliser un virus qui devait à la fois décimer la moitié de la population mondiale pour assouvir les désirs de l’élite mondiale, et être inoffensif pour faire croire à la population que le virus est mortel pour obliger les gens à porter leur masque contre leur gré.
Nous avons pu finalement réaliser un virus de Schrödinger qui puisse enfin remplir ces deux conditions.
Je suis là pour avertir la population mondiale de la dangerosité mortelle de ce virus qui n’existe pas puisqu’on a inventé cette histoire pour faire peur aux gens. »

Continue Reading

Trending