Connect with us

Cuisine

Donal Trump : « Les frites sont ce que la France a fait de plus beau »

Published

on

Tout le monde connaît Donald Trump, le sulfureux candidat à la chevelure flamboyante : ses déclarations ne laissent jamais indifférent, autant du côté des électeurs que de celui des autres candidats, et aussi bien sur le territoire américain qu’à l’extérieur de ses frontières.

Mais là où l’homme politique est un amateur de polémique et de provocation, l’être humain se révèle être un passionné de gastronomie française. Dans une interview exclusive accordée à Nordpresse, il a accepté de lever le voile sur une partie de son jardin secret. Il nous a ainsi livré une déclaration d’amour passionnée à ce qu’il considére comme le fleuron, l’aboutissement de la tradition culinaire française, la frite. La rédaction n’a pu résister à vous traduire ses paroles émouvantes, tant l’homme exhale l’amour quand il en parle.

« La cuisine en France est plus qu’une tradition, c’est un art de vivre. Les français ont tant de talent quand il s’agit d’innover en matière de nourriture ou de boisson, c’en est presque déprimant pour nous. Hier encore, mon amie Marine Le Pen me faisait découvrir une bière typique des campagnes de l’hexagone, la Carapils, un vrai délice. Honnêtement, je ne sais pas comment ils font pour être aussi bons, c’est un vrai don. Mais je dois bien vous l’avouer, vos voisins ont créé une merveille qui surpasse toutes les autres : la frite. C’est simple et à la fois génial, un simple bâtonnet de patate trempé dans l’huile, je ne peux pas m’en passer, elle m’accompagne à chaque repas. Et je fais bien attention à la demander de manière traditionnelle, à la française évidemment. Chacune d’elles est une explosion de saveurs et d’images en moi, je vois le brave paysan qui se lève, j’entends le chant du coq, je sens l’odeur du vin, je ressens la caresse de la femme qui l’épluche, c’est toute la France qui résonne en moi! »

Nul doute qu’après une telle déclaration d’amour, la France peut s’enorgueillir de ce fleuron gastronomique qu’est le sien. En fin d’entretien, le peut-être futur président nous confiait que s’il accédait au bureau ovale, une de ses premières mesures serait de plaider pour l’inscription la frite française au patrimoine de l’UNESCO. Et chez Nordpresse, quelque chose nous dit que l’histoire d’amour entre ces deux-là ne fait que commencer…

 

Advertisement

Belgique

L’enseigne lumineuse de la place De Brouckère rachetée par Lotus

Published

on

Retournement de situation dans l’affaire du permis d’urbanisme du panneau publicitaire Coca-Cola de la place De Brouckère. Le secrétaire d’Etat à l’Urbanisme, Pascal Smet, estimait que le panneau était disproportionné, mais on apprend à l’instant que le lobby du biscuit vient de faire pression pour obtenir l’emplacement.
Le patron de la société Lotus, Jan Boone, continue donc dans sa lancée dans le but de faire de ses biscuits une marque mondiale en imposant l’appellation américaine Biscoff pour ses traditionnels speculoos. C’est désormais le nom Biscoff qui illuminera la célèbre place bruxelloise pour tenter d’imposer ce nom polémique au consommateur.

Continue Reading

Conso

Coronavirus : les vieux seront abattus selon la tradition islamique

Published

on

Le Halal n’en finit plus de conquérir nos rayons.

Face à l’augmentation de la demande concernant la viande de vieux, en vogue depuis la crise Covid, le Conseil Français du Culte Musulmans, en partenariat avec l’AFNOR ont crée un label « viande de vieux Halal ».

D’abord boosté par la prolifération de vieux tout autour de la planète et en particulier au Nord de celle-ci, ce qui était considéré comme impropre à la consommation (soit disant parce que « tout le monde connaît un vieux ») est aujourd’hui une bonne source de protéine pour les précaires de tous les horizons.

Connu pour son goût prononcé et son prix moins élevé que de la viande normale, la viande de vieux est aujourd’hui une des saveurs du moment. Avec l’augmentation de la demande, aussi bien nationale qu’à l’export, les autorités ont décidé de créer un label Halal afin d’augmenter les exportations de vieux français à l’étranger. Un proche du Quai d’Orsay nous glisse que cette manœuvre aurait pour but de soulager la balance commerciale française, bien mal en point après le boycott de la vache qui rit.

Avant, manger ses morts était un privilège réservé aux gitans, aujourd’hui tout le monde peut.

Enfin une vraie mesure de Gauche ?

Clitorin De Menfairpieds-Clavicule

 

Continue Reading

Belgique

Lotus remplace le nom «Spéculoos» par «Biscovfefe»

Published

on

By

Bye bye les « Spéculoos » et bonjour les « Biscovfefe», les biscuits de Lotus vont changer de nom parce que « la marque internationale a plus d’importance que la tradition et la culture belge », a annoncé le grand patron de Lotus Bakeries, Jan Moovais.

 

C’est donc la fin des Spéculoos tels qu’on les connaît. Dès l’année prochaine, le fabricant de biscuit Lotus, qui les commercialise, changera leur nom. C’est en tout cas ce qu’a annoncé le patron de Lotus, Jan Moovais, dans une interview.

Actuellement, l’appellation Spéculoos est seulement présente sur l’emballage des biscuits en France, en Belgique et aux Pays-Bas. Dans les autres lieux du monde, ils étaient vendus sous l’appellation de Biscoff, qui est une contraction des mots « biscuit » et « café ». Mais suite à différents échanges avec les responsables du marché américain, Lotus a décidé de renier ses origines belges et ses traditions culinaires en supprimant l’appellation Spéculoos.

Une annonce qui a provoqué beaucoup d’émoi sur les médias sociaux, ce qu’a également constaté Jan Moovais. « Certains le regrettent, mais on s’en fout complètement », relève-t-il samedi. L’entreprise a fait effectuer des recherches sur le changement de nom. « Presque tous les consommateurs sont contre, mais une entreprise qui se veut internationale doit pouvoir passer au dessus de l’avis des consommateurs », note-t-elle.

Dès l’année prochaine, Lotus utilisera l’appellation « Biscovfefe » au lieu de « Spéculoos » et « Biscoff » dans le monde entier, et la France, la Belgique et les Pays-Bas ne seront plus épargnés. Jan Moovais veut faire de ses petits biscuits caramélisés une « marque mondiale », c’est pourquoi il choisit un nom plus facilement prononçable de tous et par le président Trump.

 

 

Continue Reading

Trending