Donal Trump : “Les frites sont ce que la France a fait de plus beau”

Tout le monde connaît Donald Trump, le sulfureux candidat à la chevelure flamboyante : ses déclarations ne laissent jamais indifférent, autant du côté des électeurs que de celui des autres candidats, et aussi bien sur le territoire américain qu’à l’extérieur de ses frontières.

Mais là où l’homme politique est un amateur de polémique et de provocation, l’être humain se révèle être un passionné de gastronomie française. Dans une interview exclusive accordée à Nordpresse, il a accepté de lever le voile sur une partie de son jardin secret. Il nous a ainsi livré une déclaration d’amour passionnée à ce qu’il considére comme le fleuron, l’aboutissement de la tradition culinaire française, la frite. La rédaction n’a pu résister à vous traduire ses paroles émouvantes, tant l’homme exhale l’amour quand il en parle.

“La cuisine en France est plus qu’une tradition, c’est un art de vivre. Les français ont tant de talent quand il s’agit d’innover en matière de nourriture ou de boisson, c’en est presque déprimant pour nous. Hier encore, mon amie Marine Le Pen me faisait découvrir une bière typique des campagnes de l’hexagone, la Carapils, un vrai délice. Honnêtement, je ne sais pas comment ils font pour être aussi bons, c’est un vrai don. Mais je dois bien vous l’avouer, vos voisins ont créé une merveille qui surpasse toutes les autres : la frite. C’est simple et à la fois génial, un simple bâtonnet de patate trempé dans l’huile, je ne peux pas m’en passer, elle m’accompagne à chaque repas. Et je fais bien attention à la demander de manière traditionnelle, à la française évidemment. Chacune d’elles est une explosion de saveurs et d’images en moi, je vois le brave paysan qui se lève, j’entends le chant du coq, je sens l’odeur du vin, je ressens la caresse de la femme qui l’épluche, c’est toute la France qui résonne en moi!”

Nul doute qu’après une telle déclaration d’amour, la France peut s’enorgueillir de ce fleuron gastronomique qu’est le sien. En fin d’entretien, le peut-être futur président nous confiait que s’il accédait au bureau ovale, une de ses premières mesures serait de plaider pour l’inscription la frite française au patrimoine de l’UNESCO. Et chez Nordpresse, quelque chose nous dit que l’histoire d’amour entre ces deux-là ne fait que commencer…

 

Les commentaires sont juste en dessous de la publicité:

Commentaires