“Ta valeur est ailleurs” : le sexisme anodin et la condescendance remis au goût du jour par vos soins

En ces périodes de fin d’examens, de remise des bulletins, de célébrations de la réussite de certains, des remontrances suite aux échecs d’autres, un merveilleux et très intelligent texte se propage à vitesse grand V sur vos murs Facebook.
Une douce déclaration d’amour à tous ceux et celles qui, malheureusement, n’ont pas obtenu les notes satisfaisantes ou la distinction tant espérée.
Une douce déclaration d’amour à tous ceux et celles qui, malheureusement, ne rendront pas leurs parents fiers de partager leurs bulletins sur Facebook.

Alors, en ce jour, je me permets de vous déclarer, à mon tour, que ce magnifique texte que vous partagez sans retenue, sans même (je l’espère !) l’avoir lu correctement, est une honte.
Ce texte est condescendant, sexiste, et se plait à prôner des clichés que nous pensions tous et toutes relégués au passé.
Mais apparemment, dans notre si belle société, le maçon a un métier considéré comme sous-classe. Et la femme, en général, peut se contenter d’être une « bonne mère au foyer » si son QI ne lui permet pas d’obtenir un diplôme.

Ce sexisme ambiant, cette façon détournée de remettre les « métiers » à leur place, me laisse perplexe.

« Les noirs ne savent pas nager »
« Les hommes sont tous manuels »
« La femme doit être mère »
« Les juifs sont radins »

Qui croit, utilise, propage encore, à l’heure actuelle, ces clichés nauséabonds ?
Où sont les associations contre la discrimination quand on a besoin de leur intervention ?

Bienvenue dans l’ère de la régression.

Voici l’objet du délit, pour votre plus grand plaisir :

« A toi, le jeune qui n’a pas réussi ses examens,
A toi dont les parents n’afficheront pas sur facebook les résultats scolaires,
A toi qui sais que les études ne sont pas ton fort, malgré tes efforts,
A toi qui as si peur de ne pas être à la hauteur,
Sache que ta valeur est ailleurs, tout simplement.
Cette absence de réussite ne t’empêchera pas d’être un homme ou une femme qu’on apprécie, qu’on estime et à qui on accordera sa confiance…
Tu ne seras pas architecte, tu seras maçon, mais sans toi l’architecte continuera à dessiner de beaux plans qui ne seront pas construits, car s’il a bien tenu le crayon, toi, tu sais manier la truelle.
Tu ne seras pas infirmière, tu seras une brave mère de famille qui soignera bien ses enfants, ses parents peut-être et le médecin t’en sera reconnaissant.
Tu ne seras pas assis devant un magnifique bureau, tu seras un homme manuel sans lequel le plus grand des bâtisseur ne sera rien, parce que sans tes mains, rien n’est possible.
Tu ne seras pas enseignante, mais c’est pourtant de toi que dépendra le savoir-vivre, le civisme, la respectabilité des enfants que tu vas mettre au monde, et sans toi, l’enseignante a bien du mal.
Le diplôme ne donne pas une valeur humaine à l’individu, il lui donne la possibilité d’exercer une profession qui demande une formation. Ce qui fait la valeur d’un homme ou d’une femme, tu le possèdes autant que lui.
Tu crois que tu n’as pas ta place dans cette société qui porte aux nues les gens beaux, intelligents, populaires, riches?
La société n’est pas quelqu’un, c’est un système, elle peut te détruire si tu lui accordes trop d’importance, une importance qu’elle n’a pas.
La société te fait consommer, rien d’autre.
Crois-tu que celui ou celle qui t’aime ou t’aimera aura besoin de ces atouts si futiles pour renforcer ses sentiments?
Crois-tu que le regard que cette personne pose sur toi dépend de cela?
Mets-toi à sa place : est-ce que j’aime cette personne parce qu’elle a un diplôme, de l’argent, des signes sociaux importants? Non, n’est-ce pas? Et bien c’est pareil de son côté…
Crois-tu que tu ne pourras pas être un ouvrier valeureux, un parent formidable, un collègue sympa, un conjoint aimé, quelqu’un sur qui on peut compter?
Tu pourras mieux que quiconque comprendre la faiblesse d’un autre, et donc tu seras bien plus capable de l’aider.
Crois-tu donc que l’on doit tout réussir dans sa vie pour accéder au bonheur? Vois-tu autour de toi des gens qui réussissent absolument tout?
Regarde dans le cimetière… les titres, diplômes, comptes bancaires sont-ils affichés sur les pierres? Non, parce que lorsqu’on se souvient de quelqu’un, ce n’est pas de cela qu’on se rappelle, mais de la personne qu’elle était.
L’important dans la vie d’un humain n’est pas le métier qu’il fait, aussi prestigieux soit-il, mais la façon dont il le fait et y met ses qualités; le diplôme n’est pas une qualité .
Être un homme, c’est aussi connaître des échecs et la vraie force est de continuer le chemin malgré cela…
Et de cela, tes parents seront fiers, plus que de ton bulletin scolaire.
On a besoin les uns des autres, on a besoin de ceux qui font des études et de ceux qui n’en font pas ; on a besoin de tous, on a besoin de toi. Et que tu portes un costume trois pièces, un tablier blanc, un cache poussière gris ou une salopette, tu as ta valeur comme tout un chacun.
Tu es si jeune, laisse-toi le temps de devenir ce que tu vas devenir, tu n’es encore qu’une petite chenille, mais toi aussi tu seras un papillon un jour, chacun avec ses couleurs…
Les parents sont parfois tellement influencés par des choses qui n’ont pas de valeur dans la vie, simplement parce qu’ils ne les ont pas eues ; ils croient que cela va changer le monde pour toi… mais c’est TA vie, pas la leur.
Cependant, ce qu’ils veulent avant tout, c’est que tu sois heureux …
On t’apprécie, on compte sur toi.
On t’aime.
N’oublie jamais ça! »

Les commentaires sont juste en dessous de la publicité:

Commentaires