Attentat échoué par les grèves à la SNCF: le djihadiste n’a pas eu son train à l’heure.

Il est 6h du matin lorsque Achmed Makroud, un résident de Huy radicalisé, décide de prendre un train vers Paris pour massacrer des dizaines de Français . Grâce aux retards de la SNCF, sa batterie de détonateur/iphone tombe à plat avant sa destination.

Le 14 septembre 2015, alors qu’il préparait son Capes de lettres modernes, le jeune Achmed est alpagué par un recruteur de l’État Islamique sur Facebook.
Rapidement tenté par le projet (du voyage de l’aventure et des sensations fortes), le jeune terroriste voulu alors mettre en place un engin explosif à la Grand-Place de Bruxelles, en utilisant son iPhone comme détonateur.

Une fois son arme meurtrière prête, il embarque dans un train, déjà en retard, pour rejoindre la capitale. Sur le trajet, un groupe de Carolos fait un barbecue à proximité des rails, nécessitant un arrêt du train et 25 minutes de débat entre les amateurs de brochettes et le conducteur.
La voie désormais dégagée, Achmed peut cesser de passer le temps en jouant à Candy Crush, et peut continuer de frotter ses mains machiavéliquement en attentant son ultime destination.

Malheureusement pour lui l’ouvrier ayant placé les prochains 450 mètres de rails était ivre pendant ses heures de travail. De fait, les rails sont placés perpendiculairement à la voie, ce qui ne permet pas au train d’emprunter aisément le chemin.

Après de nouveaux débats entre l’administration de la SNCF et les services urbanistiques belges, et 3/4 de la batterie de son téléphone usée, Achmed peut repartir pour son projet terroriste.

Avant d’atteindre Paris-Nord, son train prend de nouveau 45 minutes de retard pour une raison inconnue, c’est comme ça. Les historiens et physiciens de la SNCF ne comprennent toujours comment 45 minutes peuvent disparaitre ainsi du continuum espace-temps en territoire belge.  “C’est une tradition séculaire des chemins de fer, une malédiction du Démon” affirme un vieillard penché sur une barrière en agitant sa canne.

Cet imbroglio temporel permit néanmoins à l’iPhone de Achmed de se décharger totalement, sa bombe devenant alors inoffensive sans détonateur.
Les restes de l’engin explosif ont été retrouvés chez Oxfam Bruxelles, car le jeune nouveau-ex-terroriste est aussi un écologiste soucieux du recyclage.

Les commentaires sont juste en dessous de la publicité:

Commentaires