Non classé Test....Article sur les consignes en Allemagne

Test….Article sur les consignes en Allemagne

2020-10-01

-

L’obligation de dépôt est applicable en Allemagne depuis le 1er janvier 2003 pour le conditionnement unidirectionnel des boissons. Même si le système est parfois appelé familièrement un dépôt de canettes en Allemagne, le terme correct est un dépôt à sens unique .Jusqu’au 30 avril 2006, il existait différents systèmes de consigne, ce qui signifiait que l’emballage respectif ne pouvait être remis que dans certains magasins. Depuis le 1er mai 2006, tous les magasins qui vendent des boissons dans un emballage unidirectionnel soumis à caution doivent également reprendre l’emballage unidirectionnel du type de matériau respectif. Il existe des exceptions pour les magasins de moins de 200 m² de surface de vente.Développement La base de l’introduction du dépôt sur les emballages de boissons jetables est l’ ordonnance sur les emballages , qui a été adoptée en 1991 par le gouvernement fédéral sous l’autorité du ministre fédéral de l’Environnement, de la Conservation de la Nature et de la Sécurité nucléaire Klaus Töpfer (CDU). Le règlement a été confirmé et modifié en 1998 par le gouvernement fédéral de l’époque ( Kabinett Kohl V ) – la ministre fédérale de l’Environnement, de la Protection de la Nature et de la Sûreté nucléaire était Angela Merkel (CDU) à l’époque.Après que la part réutilisable des emballages de boissons ait chuté en dessous de 72% à l’échelle nationale depuis 1997, Jürgen Trittin (Verts) – ministre de l’Environnement de 1998 à 2005 – a introduit le dépôt à sens unique le 1er janvier 2003. Toutes les zones de boissons dans lesquelles la part des bouteilles réutilisables était inférieure à celle de 1991 ont été affectées. Il s’agit de la bière (y compris les boissons à base de bière mélangée), de l’eau minérale (plate et non gazéifiée) et des boissons gazeuses non alcoolisées. Les emballages pour le lait , le vin , le vin mousseux , les spiritueux et les boissons gazeuses non gazéifiées étaient exemptés de la caution. Cela a conduit à la situation que le dépôt a été introduit pour les boissons mélangées à la bière, mais pas pour les autres boissons mélangées telles que la vodka / citron ou le whisky / cola , car celles-ci sont classées comme spiritueux.Jusqu’à récemment, les secteurs de la vente au détail et des boissons tentaient d’empêcher l’introduction du dépôt de garantie devant le Tribunal administratif fédéral de Leipzig et la Cour constitutionnelle fédérale de Karlsruhe. Les poursuites ont été infructueuses.Étant donné que le commerce de détail empêchait légalement un tel dépôt d’être déposé, la plupart des entreprises n’étaient pas prêtes à percevoir le dépôt au 1er janvier 2003. Par conséquent, une période de transition de neuf mois a été accordée, au cours de laquelle les magasins n’ont eu qu’à accepter les emballages qu’ils avaient eux-mêmes vendus. Pour ce faire, la reprise de l’emballage unidirectionnel n’est possible que sur présentation du reçu ou d’un engagement. Depuis le 1er octobre 2003, les magasins doivent reprendre des emballages qu’ils ne vendent pas eux-mêmes. Au lieu d’un système de dépôt uniforme politiquement requis, les détaillants ont en fait introduit divers systèmes de dépôt qui fonctionnaient en parallèle. Le contexte de cette évolution était la possibilité de solutions dites isolées prévues dans le règlement.Depuis l’entrée en vigueur de la troisième ordonnance modifiant l’ordonnance sur les emballages le 1er mai 2006, ces différents systèmes de consigne ont été supprimés et tous les magasins d’au moins 200 m² de surface commerciale doivent également reprendre tous les emballages de boissons des types de matériaux qu’ils vendent. Cela signifie que toutes les bouteilles et canettes jetables vides peuvent être retournées partout où le matériel jetable est vendu. Une distinction est faite entre le plastique, le verre ou le métal.Avec la mise en œuvre du nouveau règlement, l’obligation de dépôt a également été étendue aux boissons gazeuses non alcoolisées et aux boissons mélangées contenant de l’alcool (notamment les alcopops). Les jus de fruits et de légumes, le lait et le vin, les boissons diététiques au sens de la réglementation alimentaire (les boissons dites « légères » n’appartiennent pas à ce groupe) et les emballages jetables pour boissons écologiquement avantageux (emballages en carton, sacs tubulaires en polyéthylène et sachets en plastique ) sont restés sans dépôt contenu).L’effet du dépôt à sens unique a été à nouveau discuté depuis 2006, après que le groupe d’intérêt pour l’association économique des boissons non alcoolisées a présenté des chiffres qui démontrent une forte baisse du pourcentage de boissons non alcoolisées réutilisables, ce que l’association et d’autres. a. attribuée à l’effet du dépôt à sens unique. En revanche, l’ Association fédérale des grossistes de boissons allemands (BV GFGH) parle de parts réutilisables record dans la bière. Dans une réponse [2] à une petite demande de la faction de gauche en octobre 2006 [3] , le gouvernement fédéral a déclaré qu’il n’y avait pas de chiffres fiables au-delà de 2004. Selon les statistiques du ministère fédéral de l’environnement, la part réutilisable de tous les emballages de boissons (hors lait) est passée de 70,13% à 60,33% entre 1998 et 2004. À l’exception de la bière (ici, la portion réutilisable a augmenté), cette évolution affecte tous les types de boissons, sans dépôt ou en dépôt.
Selon les enquêtes de la Gesellschaft für Konsumforschung (GfK), le quota réutilisable pour les boissons non alcoolisées est tombé à 31% en 2008. Il a diminué de moitié depuis l’introduction du dépôt. Pour la bière, cependant, elle était de 90%. [5] Les raisons de cette baisse sont les avantages de coûts dans la vente au détail et la baisse des prix à la consommation du côté de la demande et la disponibilité des boissons dans des emballages jetables, une manipulation plus facile et une mauvaise différenciation entre les produits jetables et réutilisables. [6] Selon une enquête de TNS-Emnid , environ la moitié des consommateurs estiment que les bouteilles de dépôt et les bouteilles réutilisables respectueuses de l’environnement signifient la même chose. [7]
En mai 2010, l’ Agence fédérale pour l’environnement a présenté une étude commandée par l’institut environnemental bifa d’Augsbourg et qui analyse les effets du gisement à sens unique. En raison de l’équation fréquente mais erronée du dépôt et du consigné, le bifa a recommandé, entre autres, que l’emballage des boissons avec un dépôt de 0,25 € soit clairement étiqueté comme «emballage à sens unique». [6]
Sur la base des données de la société d’études de marché ACNielsen , le cabinet de conseil en gestion CIS OHG conclut que le quota de bière réutilisable diminue lentement mais régulièrement, tandis que les emballages jetables, en particulier les canettes de boissons, continuent de gagner du terrain. Les données de 2009 à 2012 ont été comparées pour cela. [8]2012
Verre réutilisable
2 283 784 hl
(−4,1%)
Verre jetable
+3 243 h
(+ 0,9%)
PET jetable
+650.874 hl
(+ 13,1%)
Canettes de boisson (<1 l)
+855,507 hl
(+ 63,8%)
Systèmes de dépôt – 1er janvier 2003 au 30 avril 2006
Le « système de réception »
Étant donné que le commerce et l’industrie avaient largement compté sur la prévention légale ou politique du dépôt à sens unique jusqu’à la fin, aucune préparation en temps opportun n’a été faite pour l’introduction du dépôt le 1er janvier 2003. Afin de pouvoir introduire le dépôt comme prévu, une période de transition de neuf mois a été accordée, au cours de laquelle les magasins n’ont eu qu’à accepter les emballages qu’ils avaient eux-mêmes vendus. Cela a été réalisé en ne reprenant l’emballage à sens unique que sur présentation du reçu, d’un bon de dépôt supplémentaire ou d’un tampon de dépôt. Seuls quelques grands discounters ont introduit des emballages spécialement marqués pour simplifier les processus dans leurs succursales à ce moment-là, qui pouvaient être retournés à toutes les succursales de l’entreprise respective sans bons ou marques supplémentaires.
En raison de cette solution inconfortable pour les clients, de nombreuses canettes et bouteilles en PET ont été jetées à la poubelle. Selon une estimation du ministère fédéral de l’Économie, 450 millions d’ euros n’ont été remboursés qu’en octobre 2003. Ce soi-disant bordereau de dépôt est resté moins 16% de taxe de vente au détail.
P et le système Vfw / Spar
Le 13 juin 2003, un premier accord entre des parties de l’industrie et le ministère fédéral de l’Environnement pour mettre en place un système de dépôt fédéral a été annoncé. D’ici le 1er octobre, il devrait être possible de rembourser les dépôts à sens unique chez tout détaillant ayant participé au soi-disant système P. Dans ce système, les canettes et les bouteilles jetables étaient marquées d’un « P ». Un code-barres reconnaissable électroniquement a également été imprimé. Le P-System était exploité par le grossiste de proximité Lekkerland , qui approvisionne environ 70 000 petits points de vente tels que des stations-service et des kiosques.
En plus de ce système, le système Vfw / Spar , qui était exploité par Vfw AG et auquel le groupe Spar et certains détaillants régionaux ont participé, a été introduit comme une sorte de concurrence. Avec ce système, un coupon de dépôt émis lors de l’achat était toujours requis pour rembourser le dépôt. Cependant, contrairement à avant, ce coupon était national et a été accepté dans tous les points de vente participants. À la mi-avril 2004, Vfw AG a participé au Lekkerland P-System et a introduit le P-System dans les magasins affiliés après une période de transition. Selon leurs propres informations, le système P fusionné couvrait environ 10% du marché.
Solutions d’îles

 

 

 

Bouteille PET jetable au design individuel

En plus des deux systèmes de retour mentionnés, il y avait les solutions dites isolées des grands groupes de vente au détail tels que Aldi , Lidl , Plus , Rewe ou Metro AG . Celles-ci couvraient les 90% restants de l’emballage soumis à caution. Le contexte de cette réglementation était le fait que jusqu’au 30 avril 2006, l’ordonnance sur les emballages donnait la possibilité de limiter le retour aux emballages correspondant en type, forme et taille aux emballages vendus en magasin.
En ne vendant que des emballages dans un magasin dont le type, la forme ou la taille différaient de ceux d’autres magasins, seul cet emballage devait être repris dans ce magasin. Avec un design de bouteille individuel et des étiquettes avec un logo , les entreprises ont pu s’assurer que seuls les emballages achetés devaient être repris.
Ces solutions insulaires sont obsolètes depuis le 1er mai 2006 en raison du nouveau règlement sur les dépôts. Les bouteilles achetées au moment des solutions autonomes peuvent désormais également être retournées partout où le type de matériau est disponible, et pas seulement dans les magasins du groupe respectif. Il en va de même pour les solutions insulaires de divers fabricants de boissons comme Red Bull et les embouteilleurs d’eau minérale français.
Système de dépôt depuis le 1er mai 2006

 

L’emballage des boissons de ½ litre représente les trois groupes de matières premières ou de retour (de gauche à droite) PET, verre, métalDepuis le 29 mai 2005, la caution est de 0,25 € uniforme – au détail, taxes de vente comprises, en gros plus la taxe de vente [11] – sur les emballages à usage unique de 0,1 à 3 litres et est valable indéfiniment. Cette limite de trois litres entraîne des réactions inhabituelles de certains fabricants qui envisagent de contourner la loi par des quantités juste au-dessus de la limite.Depuis le 1er mai 2006, tous les emballages pour la bière , les boissons à base de bière mélangée, l’ eau minérale et de table (avec et sans dioxyde de carbone ), les boissons gazeuses (avec et sans dioxyde de carbone), y compris le thé glacé et les alcopops en canettes et les bouteilles jetables (plastique et verre) sont soumis à un dépôt. À partir du 1er janvier 2019, le dépôt sera étendu aux nectars gazeux de fruits et légumes , ainsi qu’aux boissons mixtes avec une part de produits laitiers, notamment de lactosérum , d’au moins 50%. [12] [13] Le contournement du dépôt de canette, qui était souvent utilisé par les fabricants de boissons énergisantes, n’est plus possible.Les jus , le vin , les spiritueux et le lait ainsi que les boissons dans des emballages à usage unique dits « écologiquement avantageux » ( cartons de boissons , sacs tubulaires en polyéthylène, sachets en plastique) et certaines boissons diététiques au sens de l’ordonnance sur le régime sont exonérés de la caution, s’ils sont exclusivement destinés aux bébés ou aux Les tout-petits sont offerts.

Quiconque vend des boissons dans un emballage de dépôt à sens unique depuis le 1er mai 2006 doit depuis lors également reprendre ces contenants pour un dépôt – peu importe s’ils ont été vendus dans leur propre magasin ou non. L’obligation de retour est limitée au type de matériel vendu; Cela signifie, par exemple, que les bouteilles en plastique (bouteilles PET) ne doivent être récupérées que par ceux qui les vendent; si vous ne vendez que des canettes et des bouteilles en verre, vous n’avez qu’à reprendre les canettes et les bouteilles en verre, mais pas les bouteilles en PET. Les bouteilles en aluminium, une sorte d’hybride de canette et de bouteille, sont donc traitées comme des canettes et non comme des bouteilles en raison de la distinction des matériaux purs. Cela signifie qu’un magasin qui vend des canettes mais pas de bouteilles en aluminium doit toujours les reprendre, mais pas un magasin qui ne vend ni bouteilles en aluminium ni canettes. Les emballages endommagés, dans lesquels le dépôt d’origine est reconnaissable, doivent également être repris contre paiement de l’acompte. Il en va de même pour les anciens emballages des solutions isolées.Il existe des exceptions pour les kiosques et les petits magasins d’une surface de vente inférieure à 200 m². Vous pouvez limiter l’obligation de reprise à l’emballage des marques qui les mettent sur le marché. Si vous n’avez que des bières de certains fabricants dans votre gamme, vous n’avez pas à reprendre l’emballage d’autres. Ceci est destiné à protéger les petits commerçants de l’accumulation de vides qui dépassent la capacité de stockage.L’organisation du système dit « DPG » appartient à Deutsche Pfandsystem GmbH .Comme cela a été la pratique dans la plupart des pays avec une obligation de dépôt uniforme pendant des années, le retour des vides jetables dans les grandes chaînes de vente au détail en Allemagne est principalement géré par des machines de retour .L’introduction du nouveau système de dépôt uniforme a été largement motivée par un arrêt de la Cour de justice européenne . Le règlement sur les emballages en vigueur en Allemagne jusqu’à l’été 2005, selon sa décision, violait le droit de l’UE car l’absence d’une période de transition était considérée comme une ingérence disproportionnée dans la libre circulation des marchandises au détriment des embouteilleurs d’autres États membres de l’UE. Pour cette raison, le règlement sur les emballages a été adapté aux exigences de l’UE à l’hiver 2004/2005.bordereau de dépôtOn estime qu’environ 10% à 25% de tous les emballages jetables jetables n’ont pas été retournés aux détaillants au début de 2006. [15] Les experts estiment qu’environ 5% seront perdus après la simplification du système de reprise. [16] Pour 2012, l’ Agence fédérale pour l’environnement suppose un taux de retour de 95,9%. [17]échappatoire fiscale?Le montant factuellement différent du dépôt dans le commerce de détail de 25 cents (TVA incluse) ou d’environ 29 cents (25 cents plus TVA de 4 cents) a été résolu très tôt. [18] Un détaillant paie à son grossiste 25 cents plus la taxe de vente par dépôt unidirectionnel, soit un total d’environ 29 cents, mais ne reçoit que 25 cents du client. Si un client n’effectue pas le dépôt, le détaillant encourt une perte de 4 cents et un excédent d’ environ 1 cent avant impôt , soit un total d’environ 5 cents. [11] Au lieu de cela, un client rachète le dépôt directement auprès des grossistes – tels que Metro Cash & Carry – qui en retour réalise un bénéfice d’environ 5 cents.

En 2015, il y avait des spéculations sur la perte de pertes fiscales provoquée par l’excédent avant impôt d’un montant de 40 millions d’euros par an. Le ministère fédéral des Finances, en revanche, suppose que le traitement fiscal différent n’entraînerait pas de préjudice fiscal. [20] La littérature spécialisée affirme fondamentalement la possibilité de pertes de recettes fiscales [21] [11] , cependant, n’est pas d’accord sur la portée réelle. En partie, le périmètre est considéré comme marginal [21] , en partie l’estimation de 40 millions d’euros est jugée « tout à fait

Les commentaires sont juste en dessous de la publicité:

Heudebert de la Biscotte Dorée
Meilleur journaliste français de l'Europe mondiale

DERNIERES MINUTES

USA-2020 : C’est le « Combat d’infirmes » qui gagne le débat face à l’ « Alerte au gogole »

Le premier « débat » (car oui, peut-on appeler ça un débat ?) est à peine terminé que les premiers sondages sortent...

Les mairies EELV adoptent le vote à main levée pour les présidentielles.

Grosse avancée écologique trouvée et adoptée par le groupe Europe Écologie Les Verts. Les mairies EELV viennent en effet...

95% des salariés testés positifs au Coït-19

Geoffroy Roux de Bézieux annonce avoir testé tous les salariés "avec un doigt". Et le résultat est conforme à...

Cannabis : un numéro vert pour dénoncer votre voisin

Depuis le 9 septembre 2020, un numéro vert national dédié à la délation des consommateurs de cannabis a été...

Didier Raoult test son vaccin sur des intermittents du spectacle

Les intermittents du spectacle sont parmi les plus durement touché.es par la crise sanitaire aujourd’hui. Pourtant, un récent courrier...

La France lance une campagne de confinement volontaire

Vaincre le Coronavirus ne sera pas facile. Après diverses fermetures temporaires, le gouvernement français vient de lancer une grande...

A LIRE

Vous aimerez aussiRELATED
Recommandé pour vous