Connect with us

Apprendre

Il se dit « djeun’s » et par conséquent ne l’est pas

Published

on

C’est à l’age canonique de 41 ans que Jean-Michel Lefebvre, agent de sécurité de profession dit faire encore partie des « djeun’s » En effet, selon ce dernier, adhérer aux modes de « la génération Y » telles que les hand spinners prouverai son appartenance ne serait-ce que spirituelle à cette catégorie de la population.

C’est ainsi que ce père de famille tente de renouer avec ses enfants en employant des termes issus du verlan et du langage des jeunes tels que « ziva » ou encore « chanmax ». Malheureusement pour ce dernier, ses enfants étant allés au moins jusqu’au lycée, ces derniers ont évolué pour finir par adopter des expressions plus appropriées à la vie en société.

Suite a cet échec, Jean-Mi décidera de se rapprocher de Eustache, son nourrisson de 6 mois en mettant des couches et en tétant avec lui sa mère avec laquelle il a pourtant divorcé.

Continue Reading
Advertisement

Apprendre

Le président de la République de Madagascar vient d’avoir son Bac mention Très Bien

Published

on

Les résultats viennent de tomber. Andry Rajoelina, président de la République de Madagascar, a bien obtenu son Bac. Malgré les mesures sanitaires renforcées, il a pu passé l’ensemble des épreuves pour obtenir le précieux diplôme avec la mention Très Bien.

Andry a fêté ses 17 ans le 30 mai de cette année « C’est un honneur pour moi d’être le premier président diplômé au monde pendant son mandat. J’ai l’avenir devant moi mais je vais tout de même en parler avec mon conseiller d’orientation. » Un bel exemple de réussite en ces temps difficiles. Rappelons que la réussite de Donald Trump aux tests de CM2 ne compte pas.

Continue Reading

Apprendre

Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez

Published

on

Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez BITE Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez Georges Louis-Bouchez

Continue Reading

Apprendre

La dernière étude de la 4ème D du collège Schweitzer est formelle: en mélangeant du bleu et du jaune on a du vert

Published

on

Une nouvelle étude vient à nouveau relancer le débat sur la couleur verte. Cette fois-ci c’est la très sérieuse classe de 4ème D du collège Albert Schweitzer qui annonce que l’on obtient la couleur verte si on mélange du bleu et du jaune.

Le rapport de cette étude fait 12 pages. Entièrement écrit en français par Sonia, 18 de moyenne générale, il a fait l’effet d’une bombe sur tous les plateaux télé. Les experts de BFMTV n’en reviennent toujours pas « On a réussi à le lire d’une traite. Et le pire c’est que l’on a compris sans faire venir d’autres experts ! »

Cette étude prouve que le vert est obtenu en mélangeant du jaune et du bleu. Étude pourtant mal vu depuis la classe de 5ème 2 du collège Marcel Pagnol « C’est n’importe quoi. Les tests ont été réalisé uniquement avec de la peinture. Et avec des crayons de couleur ? Et des feutres ? Rien. Une étude d’amateur. »

En attendant une nouvelle étude, l’OMS recommande d’acheter directement de la peinture verte. « Nous ne sommes pas sûr du résultat si vous faites un mélange. Donc principe de précaution avant tout. »

Continue Reading

Trending