Scandale : un pays candidat à l’organisation de la coupe du monde refuse de corrompre les membres de la FIFA

C’est un nouveau coup de tonnerre qui vient de frapper le petit monde du ballon rond.

D’après les informations recueillies par plusieurs de nos confrères, un pays candidat à l’organisation de la prochaine coupe du monde à tout simplement refuser de corrompre les
membres du comité exécutif de la FIFA.

Face à l’ampleur du scandale, les hauts dirigeants du football mondial ont tenus hier une conférence de presse d’urgence à Genève, au siège de la Fédération Internationale.
Visiblement éprouvés par la tempête traversée ces dernières heures, ces derniers n’ont pu que confirmer l’information. « Nous ne pouvons, hélas, que confirmer la rumeur. Malgré nos
demandes répétées, un pays candidat, que nous ne citerons pas, a délibérément refusé de
verser plusieurs centaines de milliers de dollars sur le compte bancaire des membres du
comité exécutif », a notamment déclaré Sepp Blatter, le président de la FIFA.

De manière non-officielle, un proche du président Blatter nous a confié qu’il craignait
que cette nouvelle affaire n’entache définitivement la réputation de la FIFA auprès d’autres
grandes instances sportives. « Vous comprenez, nous mettons un point d’honneur à choisir les pires pays hôtes pour  la coupe du monde. Nous avons certes déjà choisi l’Italie de Mussolini ou le Qatar et ses travailleurs migrants réduits en esclavage. Mais malgré cela, nous ne pouvons tenir la comparaison avec le CIO et les Jeux Olympiques qu’il a accordé à
l’Allemagne nazie en 1936. Alors, si nous ne parvenons même plus à faire respecter la
tradition de la corruption en notre sein, j’ai beaucoup de crainte quant à l’avenir de notre
fédération. »

Ce nouveau scandale a bien entendu déjà suscité de nombreuses réactions à travers la
planète. Parmi celles-ci, nous pouvons épingler celle du Front National qui, par la voix de sa
présidente Marine Le Pen, dit regretter que le lobby droit-de-l’hommiste ait réussi à injecter
son venin et ses notions d’éthique dans le monde, si populaire au sein de la civilisation
blanche occidentale, du football. Le quotidien Sudpresse a également réagit en exprimant sa
crainte que ce scandale ne mette en péril la tenue même de la coupe du monde qui est, comme il le rappelle avec visiblement beaucoup de fierté, « la seule occasion où nous nous
permettons de publier des articles qui soient presque de bonnes qualités ».

Les commentaires sont juste en dessous de la publicité:

Commentaires