Connect with us

France

Un pet flamme à l’origine des 800 hectares brûlés dans les Bouches-du-Rhône

Published

on

Les pompiers ont annoncé que le feu qui s’est déclaré samedi à Saint-Cannat, près d’Aix-en-Provence dans les Bouches-du-Rhône était maintenant maîtrisé. Près de 800 hectares ont été parcourus par les flammes. Une maison a été détruite mais aucune victime ni blessé n’est à déploré.

Selon les premiers rapports de la police scientifique, un pet flamme serait à l’origine de l’incendie. Selon plusieurs sources concordantes, un habitué de la région qui aime passer de longues heures dans les forêts alentours de Saint-Cannat, s’est endormi dans sa voiture en plein soleil, sous les coups de 13h.

Pris de flatulences incontrôlables pendant son sommeil, et les rayons du soleil se réfléchissant dans les vitres des rétroviseurs, un phénomène chimique rare s’est produit.

En effet, selon un membre de la police scientifique présent sur place « le pet au contact des rayons du soleil dont la puissance a été grandement amplifié par la vitre a déclenché un feu dans la voiture, consumant les vêtements du pyromane ainsi que la banquette de sa voiture. »

Ce n’est pas sans rappeler l’histoire publiée par la Tokyo Medical University à la suite d’un incident survenu dans l’un de ses blocs opératoires au mois d’avril dernier. En pleine opération, le pet d’une patiente, anesthésiée, a provoqué un départ de flammes. « Le contact entre des flatulences et un laser » est à l’origine du phénomène décrit dans le quotidien japonais Asahi Shimbun.

Pour les personnes désirant en savoir plus, la quantité raisonnable de pets est de 10 à 20 par jour (même si la moyenne est apparemment de 12 pour les hommes et 7 chez les femmes). Au total, une personne en bonne santé expulse quotidiennement entre 0,4 et 2,5 litres de gaz, volume qui dépend pour moitié de l’alimentation ingérée préalablement. Une expérience au cours de laquelle des sujets ont été invités à prendre des repas propices aux flatulences a montré que ces personnes étaient 2,5 fois plus productives que d’habitude…

Continue Reading
Advertisement

Belgique

Complotiste, il écrit « le virus n’existe pas » sur son masque et est toujours en bonne santé

Published

on

By

Kyllyan-Eudes, habitant de Boulogne Billancourt, près de Paris, fait partie des personnes qui ne croient pas à l’existence de la Covid-19. Souvent qualifié de complotiste, il se défend pourtant de cette image qui lui est collée. Retour, en quelques questions, d’une longue interview filmée qui sera bientôt partagée sur nos pages. Les réponses présentes dans l’extrait ci-dessous ont été traduites dans un français plus conventionnel.

Trouvez-vous légitime d’être vu comme un complotiste ? Comment le vivez-vous ?

Honnêtement, je ne le vis pas si mal. Ce n’est pas l’étiquettes collée sur ma personne qui me gêne le plus. Je ne regarde pas à ça. Ce qui me chagrine, c’est que les gens ne comprennent pas que je fais tout cela pour leur bien. Quelqu’un doit leur ouvrir les yeux, leur montrer que leur liberté est menacée. Mais je me réconforte à l’idée que tôt ou tard, ils me remercieront.

Vous avez décidé de porter un masque avec la mention « le virus n’existe pas », pourquoi ?

Tout simplement parce que c’est la réalité. Le virus n’est qu’un leurre pour nous faire perdre, petit à petit, et surtout sans que l’on ne s’en aperçoive, nos libertés. Tous les droits que nous avons acquis si difficilement ces dernières dizaines d’années dans notre pays. Il n’est pas question de me faire injecter une puce de traçage via un soi-disant vaccin. La France doit rester un lieu où il fait bon vivre, et où chacun est en droit de réaliser ce qu’il a envie, notamment ses rêves. Pour ces raisons, j’ai décidé de faire passer un message pacifiquement, sur mon masque, indiquant que le virus n’existe pas. Les gens paraissent moins choqués par cette façon de procéder.

Pensez-vous que cette action portera ses fruits ?

Très honnêtement, j’en suis persuadé. J’ai déjà donné à quelques amis et quelques intéressés le même masque. Et pour preuve, ni eux, ni moi, ne sommes tombés malade. Pourtant, à entendre les médias et notre gouvernement, à la vitesse où le virus se transmet et à la dangerosité qui lui est attribuée, certains d’entre nous devraient être contaminés, voire hospitalisés, et même pire encore. Mais il n’en est rien, nous sommes tous là et continueront à le montrer, à faire passer le message. 

L’intégralité de l’interview est à découvrir bientôt.

Continue Reading

Cuisine

Séparatisme au supermarché : Darmanin interdit les produits bretons

Published

on

La voici, la première annonce concrète du Gouvernement contre le séparatisme.

Hier soir, Gérald Darmanin, amateur de cuisine exotique, s’est offusqué de la présence de rayons communautaires dans les supermarchés.

Non-content de nous proposer sa bouillie sur tous les plateaux télés qui font l’effort de l’accueillir, le ministre en a rajouté une couche.

« J’ai toujours été choqué de rentrer dans un supermarché et de voir tous ces produits avec un logo « produit en Bretagne », je pense que c’est comme ça que commence le communautarisme » a déclaré le ministre de l’Intérieur.

« Je ne comprends pas pourquoi ils ont besoin de le préciser, si je cherche du cidre, je ne comprends pas qu’on puisse qu’on ait besoin de me préciser que c’est breton, puisque les Normands en font eux aussi. »

« Vous savez, historiquement, lorsqu’on a mis une peignée aux indépendantistes Bretons dans les années 70, ils ont changé leurs fusils d’épaule. La lutte armée ça marchait moins bien que d’inonder le marché de Kouign Amann avec leur petit logo à côté. C’est une stratégie d’hégémonie culturelle et la République ne tolère pas une autre hégémonie que la sienne. Face au sépratisme, la France sera encore plus intolérante qu’eux ! »

Avec cette nouvelle déclaration polémique, le premier flic de France ne se fera pas que des amis sur la rive gauche du Couesnon.

Clitorin De Menfairpieds-Clavicule

Continue Reading

France

Liberté d’expression : les pro-fêtes frustrés par le couvre feu

Published

on

En dépit du climat d’angoisse général, la convergence des luttes n’a jamais semblé aussi proche.

Las, les tarés qui prennent pour prétexte un dessin afin d’avoir une bonne raison d’aller zigouiller des gens ainsi que les gens qui en ont ras le cul du coronavirus ont annoncé hier la création d’un front commun.

Nommé la B.I.T.E, pour Bande d’Idiots Très Énervés, ce collectif a pour but d’interdire le couvre-feu, le coronavirus et les caricatures de Mahomet.

L’initiative a été saluée par l’ensemble des tocards plus ou moins organisés en cheptel, des anti-masques aux anti-blagues.

Tremblez, pauvres fous !

Clitorin De Menfairpieds-Clavicule

Continue Reading

Trending