Pascal Bataille avoue « Je suis Bashar-el-Assad », le vrai est mort en 2013.

C’est un véritable tremblement de terre dans le monde politico-médiatique français. L’ancien animateur de télévision Pascal Bataille, souvent co-animateur avec Laurent Fontaine, vient de faire une sortie tonitruante dans la presse.

« Je suis Bashar-el-Assad depuis 2013 ». Voici sa laconique déclaration au tabloïd Paris Match lors d’une séance photo dont le magazine a le secret.

Pascal Bataille, après l’arrêt de son émission (voir résumé ci-dessous) « Y’a que la vérité qui compte » avait décidé en 2006 de se lancer en politique et a longuement traversé le désert médiatique. Jusqu’à un été de 2013 où il a été contacté par les services secrets syriens.

20.000 dollars par mois

Un salaire mirobolant pour l’ancien animateur avec une simple fonction: Jouer le sosie du dirigeant syrien pendant ses déplacements. L’idylle ne durera que quelques mois. En novembre 2013, Bashar-el-Assad est tué dans un bombardement alors qu’il tente de fuir le pays et Pascal Bataille est appelé à remplacer le dictateur. Il dirige depuis le pays et avoue avoir « légèrement » pris la grosse tête en tuant plus de 300.000 civils depuis le début de la guerre.

Résumé de son émission:

Une personne demande à la production d’inviter une autre personne sur le plateau pour « lui faire une déclaration importante ».

L’invité n’a aucune idée de la raison de son invitation, ni de la personne qui souhaite lui parler, avant d’entrer sur le plateau.

À ce moment, les deux personnes (l’invitant anonyme et l’invité) sont séparés par un rideau et ne peuvent se voir que par l’intermédiaire de deux écrans de télévision. Cela permet à l’invité de connaître la personne qui a souhaité le rencontrer.

Une discussion s’engage alors entre les deux personnes. L’invitant expose ce qu’il avait à dire, et cela peut concerner une déclaration d’amour, des retrouvailles d’amis d’enfance, etc.

L’invité, quelques minutes après, décide s’il souhaite ou non rencontrer dans la vraie vie l’invitant. S’il refuse, les deux personnes s’en retournent sans se rencontrer ; s’il accepte, le rideau s’ouvre.

Thierry Lhermitte nie l’information et affirme être Bashar.

bashar

Les commentaires sont juste en dessous de la publicité:

Commentaires