Pas de cadeaux de Noël pour les enfants Syriens cette année : Marine le Pen et Poutine mis en cause

Nous avons appris ce matin d’une source proche du dossier qu’une impensable tragédie vient de s’abattre sur les enfants Syriens. En effet, il semble que lors de manoeuvres effectuées par les forces Russes, un projectile ait accidentellement touché le traîneau du père Noël qui s’apprêtait à livrer les cadeaux en Syrie. Il avait pourtant été averti à 10 reprises de possibles représailles suite au survol d’une zone contrôlée par des soldats russes en vacances par hasard à cet endroit.

En attendant l’examen des boîtes noires du traîneau, Marine Le Pen s’exprimait ce matin au micro de Jean Jacques Bourdin: «L’examen des boîtes noires est inutile, et pour cause, au vu de leur couleur, elles vont défendre la cause des migrants et donc des Syriens.», puis elle s’empresse d’ajouter que «les valeurs chrétiennes sont aujourd’hui en danger. Les Français ne veulent plus payer pour des cadeaux faits aux Syriens, véritable terreau du terrorisme. Le père Noël a visiblement été radicalisé et on ne peut que féliciter Monsieur Poutine de son efficacité dans la lutte contre ces extrémistes assoiffés de sang.»
Un renne rescapé témoigne avoir aperçu avec étonnement l’inscription «Jeanne au secours» sur le missile qui a touché le traîneau. Pris en charge par les médecins Syriens sur place, ses jours ne seraient pas en danger bien que de nombreux internautes estiment que cette inscription est l’oeuvre de «services secrets de l’UMPS pour endiguer la montée du FN en France».
Le père Noël est à ce jour introuvable. Une vidéo non authentifiée le montre s’expulsant du traîneau au dernier moment.
Un enquête Ifop-Ipsos indique que les Français ont confiance en le sort du père Noël à hauteur de 42%. Perdant ainsi 48 points dans les sondages en une semaine, c’est la chute la plus vertigineuse qu’il ait connue depuis sa naissance. Triste constat que de se demander alors si le peuple de France croit encore au père Noël.

Les commentaires sont juste en dessous de la publicité:

Commentaires