Odeurs de souffre à Paris : Selon Sibeth Ndiaye, « Les nez des Parisiens seraient trop proches de leur cul »

C’est une drôle d’odeur qu’ont senti les Parisiens ce dimanche 10 mai, à savoir un mélange de souffre et d’oeufs pourris qui serait en partie dû à la météo et aux activités humaines.

Une nouvelle que s’est empressée de commenter Sibeth Ndiaye, porte-parole du Gouvernement très appréciée pour ses propos pétris d’intelligence dont elle seule à le secret. Selon elle : « Cette odeur est due au métabolisme des Parisiens qui auraient leur nez situé trop près de leur postérieur. Fait accentué avec le masque qui leur renverrait directement l’odeur de leur derrière »

En voyant les fortes commandes effectuées chez plusieurs grandes marques de fast-food qui ré-ouvraient ce week-end, sa thèse pourrait s’avérer bonne et inviterait même à la réflexion. Est-ce que seuls les Parisiens souffriraient de cette erreur de métabolisme plutôt originale ?

Si la porte-parole n’a pas souhaitée étendre sa thèse, un projet de plateforme serait apparemment à l’étude pour calculer les distances moyennes entre les nez et postérieurs des Parisiens afin de pouvoir leur proposer rapidement des solutions pour remédier à cette malodorante situation. Une rapidité d’action et de réflexion venant de la Porte-Parole du Gouvernement qui demeurent à saluer.

Les commentaires sont juste en dessous de la publicité:

Commentaires