Loi fake news : Marine Le Pen mise en examen pour avoir déclaré que le FN n’était pas un parti d’extrême-droite

Après la mise en examen de Jul, le rappeur avec un rat mort sur la tête, la loi anti fake news si chère à notre président vient de faire une deuxième victime en la personne de Marine Lepen.

La présidente du FN martèle depuis 2013 que son parti n’est pas un mouvement d’extrême-droite, afin de continuer son entreprise de dédiabolisation.

Une commission indépendante sera nommée pour décider si le FN appartient à la catégorie « parti d’extrême-droite», mais la tâche sera ardue tant la définition est imprécise et dépendante de nombreux facteurs

En attendant la dirigeante du FN a été laissée en liberté, mais doit rester à disposition des forces de l’ordre.

Marine est la deuxième d’une longue liste de candidats à une mise en examen pour fausses nouvelles et nous ne pouvons que nous réjouir de cette nouvelle loi, qui protège la démocratie macronienne et fustige ceux qui veulent faire dévier l’information des sentiers biens délimités par notre nouveau gouvernement

Les commentaires sont juste en dessous de la publicité:

Commentaires