L’incendie de Notre Dame remet en question l’efficacité de la prière

Chez les personnes sensées, l’inefficacité de la prière n’est plus à démontrer. Mais des millions de personnes de par le monde restent persuadés, que c’est la prière qui a sauvé un petit enfant de sa leucémie, tout en oubliant que ces même prières ont été inefficaces sur les milliers d’enfants, atteint de la même maladie et qui n’ont pas été sélectionnés par la pseudo loterie divine très hasardeuse.

Mais même si un peu de rationalité venait toucher les serviteurs de toutes les religions, ils ne se résigneront jamais à reconnaître ce fait, puisqu’une visite à Lourdes permet de constater combien l’incitation à la prière peut se révéler rentable. (Les bénéfices générés là-bas restant le miracle le plus probant constaté là-bas.

Certes, les croyants vont s’offusquer de cet article et me vouer aux flammes éternelles pour l’avoir commis. Mais un jour, j’ai vu sur une page chrétienne la photo d’une bibliothèque qui avait brulé, et où la bible était le livre ayant le moins souffert de l’incendie. Naturellement, les milliers de commentaires sous l’article assuraient que c’était un miracle prouvant l’existence de Dieu. Le fait que, la bible en question était un livre ancien, à grosse couverture plastifiée, expliquant pourquoi ce livre a moins souffert que les autres publications, n’était pas soulevé.

Mais faire d’une exception une généralité, a toujours été l’apanage des religieux pour nous convaincre de l’existence d’un dessein divin.

Alors, et avec la même mauvaise foi qui anime les serviteur du divin, je prends l’exception d’un incendie dans une cathédrale pour prétendre que ce fait-divers constitue une preuve indéniable de l’inefficacité de la prière.

Les commentaires sont juste en dessous de la publicité:

Commentaires