Connect with us

France

Un homme arrêté pour avoir mis de fausses flèches dans un Ikea, créant un labyrinthe sans sorties: 12 morts

Published

on

L’acronyme IKEA a été créé à partir des premières lettres du nom du fondateur de la marque (Ingvar Kamprad), du nom de la ferme de ses parents (Elmtaryd) et du nom de son village (Agunnaryd)6.

Ingvar Kamprad, fils de paysans, a la fibre du commerce très jeune. Dès l’âge de 7 ans, il vend des allumettes qu’il livre à vélo. Puis, pendant une dizaine d’années, il complète son assortiment en achetant en gros du poisson, des graines, des stylos, des cadres, des articles de décoration et de papeterie qu’il stocke dans son abri de jardin avant de les revendre. Face au développement de son activité, il s’associe au laitier et profite de la tournée de ce dernier en camionnette pour accroître sa clientèle16. Le 15 juillet 1943, Kamprad inscrit le nom de son entreprise Ikea au registre de commerce suédois17.

Le porte-à-porte étant une méthode de vente peu adaptée à ses ambitions, Kamprad décide de faire de la réclame dans la presse locale et de travailler avec un catalogue de vente par correspondance en 1945. Les premiers meubles (fabriqués par des artisans locaux) sont proposés en 1947. Il lance en 1949 la brochure de vente par correspondance Ikea news18. Devant le succès de ce produit, Kamprad décide de se consacrer exclusivement à la vente de meubles en 1951. En 1953, il achète un atelier de menuiserie dans la ville voisine d’Älmhult (où se trouve toujours le centre stratégique du groupe, à savoir la conception des collections) et le convertit en salle d’exposition de meubles. En court-circuitant les intermédiaires, il propose des tarifs très compétitifs mais doit faire face au boycott des fabricants de meuble (pressions exercées sur ses fournisseurs par ses concurrents), si bien qu’en 1955, l’entreprise fait le pari de concevoir le mobilier et de se lancer dans son propre design. Le premier magasin ouvre à Älmhult le 28 octobre 1958. Kamprad ayant observé que la rationalisation de la fabrication touchait peu les produits domestiques, il décide de les développer selon la devise FFF, c’est-à-dire la fonctionnalité, la forme et la facilité à être produit. En 1956, la formule qui fera la marque de fabrique de l’entreprise apparaît : les meubles sont livrés en paquets plats et sont montés par l’acheteur. Le premier magasin ouvre à Älmhult le 28 octobre 195819.

Afin de réduire les coûts, Kamprad décide en 1960 de faire fabriquer ses meubles en Pologne20.

Ingvar Kamprad, le fondateur de IKEA, meurt le 27 janvier 2018 à l’âge de 91 ans.

 

 

Source: ThereisNews.com

Continue Reading
Advertisement

France

Boycott des produits français par le Qatar: Le PSG est à vendre

Published

on

Les appels au boycott de produits français se multiplient ce week-end dans plusieurs pays ou territoires du Moyen-Orient, après l’émoi suscité par les propos d’Emmanuel Macron, (violemment attaqué samedi par son homologue turc Recep Tayyip Erdogan) qui a promis de ne pas « renoncer aux caricatures » du prophète Mahomet.

Un hashtag #boycottfranceproducts a vu le jour sur les réseaux sociaux. Les grandes marques françaises de parfum et cosmétiques, biscuits, électroménager, pétrole ou encore produits laitiers sont notamment visés par les internautes.

Au Koweït et au Qatar, des images montrant, entre autres, les fromages Kiri, La vache qui rit et Babybel retirés des rayons de certains magasins tournent sur internet.

Continue Reading

Cinéma

Couvre-feu : Gérald Darmanin défend un assouplissement pour l’achat de produits du terroir bien français

Published

on

Jambier, 45 rue Poliveau !

Le ministre français de l’intérieur Gérald Darmanin souhaite que les consommateurs puissent utiliser leur ticket de caisse de produits du terroir bien français, comme justificatif pour pouvoir sortir après 21 heures, comme il l’a affirmé ce mercredi au cours d’un entretien à la télévision.

La Traversée de Paris « jambier » la scene culte du film

La Traversée de Paris est un film franco-italien, réalisé par Claude Autant-Lara, sorti en 1956. Il est inspiré de la nouvelle de Marcel Aymé, Avec Jean Gabi…

Parmi les exceptions existantes, on trouve évidemment « les raisons de santé, pour rendre visite à un proche dépendant, pour promener votre animal de compagnie, pour motif professionnel et pour raison de transports ». Dans ce dernier cas, il faudra montrer son billet de train ou d’avion. L’attestation est disponible sur le site du gouvernement.

Continue Reading

Belgique

Complotiste, il écrit « le virus n’existe pas » sur son masque et est toujours en bonne santé

Published

on

By

Kyllyan-Eudes, habitant de Boulogne Billancourt, près de Paris, fait partie des personnes qui ne croient pas à l’existence de la Covid-19. Souvent qualifié de complotiste, il se défend pourtant de cette image qui lui est collée. Retour, en quelques questions, d’une longue interview filmée qui sera bientôt partagée sur nos pages. Les réponses présentes dans l’extrait ci-dessous ont été traduites dans un français plus conventionnel.

Trouvez-vous légitime d’être vu comme un complotiste ? Comment le vivez-vous ?

Honnêtement, je ne le vis pas si mal. Ce n’est pas l’étiquettes collée sur ma personne qui me gêne le plus. Je ne regarde pas à ça. Ce qui me chagrine, c’est que les gens ne comprennent pas que je fais tout cela pour leur bien. Quelqu’un doit leur ouvrir les yeux, leur montrer que leur liberté est menacée. Mais je me réconforte à l’idée que tôt ou tard, ils me remercieront.

Vous avez décidé de porter un masque avec la mention « le virus n’existe pas », pourquoi ?

Tout simplement parce que c’est la réalité. Le virus n’est qu’un leurre pour nous faire perdre, petit à petit, et surtout sans que l’on ne s’en aperçoive, nos libertés. Tous les droits que nous avons acquis si difficilement ces dernières dizaines d’années dans notre pays. Il n’est pas question de me faire injecter une puce de traçage via un soi-disant vaccin. La France doit rester un lieu où il fait bon vivre, et où chacun est en droit de réaliser ce qu’il a envie, notamment ses rêves. Pour ces raisons, j’ai décidé de faire passer un message pacifiquement, sur mon masque, indiquant que le virus n’existe pas. Les gens paraissent moins choqués par cette façon de procéder.

Pensez-vous que cette action portera ses fruits ?

Très honnêtement, j’en suis persuadé. J’ai déjà donné à quelques amis et quelques intéressés le même masque. Et pour preuve, ni eux, ni moi, ne sommes tombés malade. Pourtant, à entendre les médias et notre gouvernement, à la vitesse où le virus se transmet et à la dangerosité qui lui est attribuée, certains d’entre nous devraient être contaminés, voire hospitalisés, et même pire encore. Mais il n’en est rien, nous sommes tous là et continueront à le montrer, à faire passer le message. 

L’intégralité de l’interview est à découvrir bientôt.

Continue Reading

Trending