Fraude : le FN financé par un prince saoudien

Mardi soir, un rapport du CFFC (Comité pour la Fraude Fiscale Contrôlée) a causé du tort au parti de Marine Lepen. En effet, ce rapport contenait les détails fiscaux de certaines personnalités et organismes français. Outre les évadés fiscaux qui ne figurent donc pas dans le rapport et les habituels abonnés y figurant depuis des années, on remarque cette fois la présence du Front National en tête

de liste. En effet, le rapport annonce une réception « inexplicable » de 39 à 45 millions d’euros depuis septembre, venant en grande majorité d’Arabie Saoudite.

Souhaitant rassurer son électorat, Marine Lepen a naturellement tenu à justifier cet apport conséquent de moyens, au travers d’un communiqué de presse paru cette nuit. Nous pouvons y lire :

« Il se trouve que j’ai un ami arabe, et il se trouve, par hasard, qu’il est Prince saoudien de son état. Je lui ai simplement demandé un peu d’aide pour ma campagne, comme n’importe qui peut demander un peu d’argent à prêter à un ami. Je ne vois pas en quoi il s’agit de fraude. Ne vous inquiétez pas cependant, il est et restera dans son pays. »

L’enquête ayant déjà été ouverte, nous avons pu retrouver le généreux donateur, répondant au nom d’Assem Al-Raheldawallafi. Lors d’une interview pour nos confrères de Sudpresse, celui-ci se serait justifié en disant :

« Écoutez, laissez-moi faire ce que je veux de mon argent. Si j’ai envie de financer l’équipe nationale, je financerai l’équipe nationale. Où est cette liberté que vous prônez tant ? Sortez de chez moi ! »

Le prince ne semble pas conscient qu’il ne finance pas l’équipe nationale de football mais bien un parti politique. Un quiproquo qui fait prendre au FN un avantage considérable sur ses concurrents, dont les quiproquos ne sont pas aussi fructueux. Nous rappelons tout de même aux électeurs qui se sentiraient floués qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter : le donateur restera dans son pays, selon M. Lepen.

Les commentaires sont juste en dessous de la publicité:

Commentaires