France Emmanuel Macron en fuite, reconnu à Varennes

Emmanuel Macron en fuite, reconnu à Varennes

2020-08-08

-

 

Déconcerté par le succès de la révolution des gilets jaunes, le président Macron, accompagné de sa femme et de son premier ministre a tenté de rejoindre son fief d’Amiens, où se trouvent ses derniers fidèles, pour lancer avec ses amis riches un contre-mouvement: la révolution des lingots jaunes.

Pour éviter tous les barrages mais également pour brouiller les pistes, le président a du faire de nombreux détours. De plus, le couple présidentiel était muni de faux passeports.

Notre président tenta de se faire passer pour un certain M. Durand, intendant de la baronne de Korff, tandis que se femme pris le pseudo de Mme Rochet, gouvernante des enfants de Mme de Korff.

Malheureusement, cette tactique ne s’est pas avérée payante…

La voiture des fuyards s’arrête devant une station-service de Sainte-Menehould. Le pompiste, Jean-Baptiste Drouet, qui a séjourné à Paris, reconnaît le président mais ne réagit pas tout de suite.

Il ne se lance à la poursuite de la berline royale que lorsque la municipalité le mandate après délibération. La voiture présidentielle arrive à Varennes, mais doit s’y arrêter, le président est surpris de ne pas trouver une autre voiture qui doit l’escorter pour la suite du périple.

Jean-Baptiste Drouet et Jean-Chrisosthome Guillaume arrivent à Varennes, passent devant le véhicule arrêtée et avertissent le procureur-syndic, l’épicier Jean-Baptiste Sauce, que la voiture du président en fuite est arrêtée en haut de la ville. Ils décident de barricader le pont de l’Aire en mobilisant les gilets jaunes locaux qui ne se firent pas prier.

L’automobile est immobilisée à quelques encablures de la barricade, devant la voûte de l’église Saint-Gengoult qui enjambe la rue 12.

Jean-Baptiste Sauce, sous la pression des patriotes qui se trouvaient à l’estaminet du « Bras d’or », oblige les voyageurs à descendre et les fait entrer dans sa maison qui est à quelques pas. A cette heure, le président et sa femme se trouvent encore dans cette maison. A n’en pas douter, ils seront reconduis sous bonne escorte vers la capitale.

Enervé au moment ou il fut interpellé, Emmanuel Macron se serait écrié : « Mais je perds la tête ! »

Ce à quoi Jean-Baptiste Sauce aurait rétorqué : « Pas encore, mais ça peut venir !»

Les commentaires sont juste en dessous de la publicité:

DERNIERES MINUTES

Le gouvernement annonce un numéro vert pour s’y retrouver dans les numéros verts

Le gouvernement français vient d'annoncer un nouveau numéro vert qui servira d'annuaire pour connaître les autres numéros vert. Le numéro...

Monsieur MACRON !! Vous êtes notre seul espoir !….. le LIBAN est vraiment dans la merde !!

Monsieur MACRON !! Vous êtes notre seul espoir !..... le LIBAN est vraiment dans la merde !! sauveur de...

En visite à BEYROUTH, E.Macron revient avec Carlos GHOSN dans ses valises !!

En visite à BEYROUTH, E.Macron revient avec Carlos GHOSN dans ses valises !! Cette visite était elle prévue depuis longtemps...

Emmanuel Macron est arrivé à Beyrouth avec une aide d’urgence de 200 000 panneaux 90

Le président français ouvre le bal du plan d'urgence envers le Liban. Il est arrivé aujourd'hui à Beyrouth avec...

Saisie record de masques Vincent Flibustier contrefaits

Joli coup de filet pour les douaniers belges et français. C'est en inspectant un cargo qu'ils ont mis la...

A LIRE

Carlos Ghosn essaye de s’évader du Liban, ça tourne mal.

Il s'agirait d'un moteur Renaud qui a explosé. C'est...

Exclusif: le vaccin du Coronavirus est un dérivé de Linky

Attendu comme le messie, le vaccin contre le Coronavirus...

Vous aimerez aussiRELATED
Recommandé pour vous