désespérée, la dernière gameboy encore en activité met fin à ses jours

Suite au dernier article de Nordpresse relatant le décès de Vincent Flibustier, sa ou son fameux (se) Gameboy venait de perdre sa raison de vivre. Elle qui avait géré la communication entière du feu pirate, s’est pendue par désespoir…

Coincidence, j’écoutais avant-hier une chanson de Capdevielle et je me disais, qu’en changeant quelques mots, ça collait vachement avec le cas de Vincent feu Flibustier Extrait de la chanson:
Parait qu’il faudrait que j’devienne un peu plus sage
Si j’veux qu’personne meure de rage
J’entends les pleurs du troupeau des Saint-Bernard (ceux qui se prennent pour des sauveurs de la démocratie en s’attaquant à une cible « facile » à attaquer)
J’entends dire que mon train va finir en r’tard
Faut croire qu’j’ai jamais fait grand chose pour plaire
Tout l’monde aim’rait m’voir par terre
J’suis pas près d’me laisser faire!

J’entends les critiques vomir leurs somnifères
J’plonge comme un pavé dans la mare aux sorcières
Les juges des élégances voudraient qu’j’avale mon rire
J’crois qu’j’aurai qu’une chose à dire, le soir du bal des
vampires

Moi j’ai toujours été dans l’équipe des nuits
J’ai passé du rouge au mur des rues d’l’ennui
J’ai vu d’un peu trop près toutes les mascarades
Faut bien qu’y en ait qui s’évadent
Chaque fois qu’un clown croit qu’il a quelqu’chose à dire
Faut pas trop compter sur moi pour lui sourire
Si la seule mode c’est d’être couleur camouflage
J’crois qu’j’préfère revendre ma rage
Je m’ferai Flibustier au chômage

Tout y est, les juges des élégances qui nous dressent des barrières à ne pas franchir, la mode à la couleur « camouflage »

Et cette conclusion magistrale:
Sois pas trop triste, le bout d’la piste,
C’est seulement quand y a plus rien qui existe
Y a qu’ les épouvantails qui ont jamais froid

Je comprends que Vincent jette l’éponge. Quand quelques Saint-Bernard arrivent à te pourrir jusque dans ta vie privée, tout ça parce que ton humour et ta franchise dérange, ça fait peur. Le pire, c’est que ces connards vont sabrer le champagne et se vanter partout d’avoir réussi l’exploit de neutraliser un seul mec, qui les empêchait de vendre trop facilement leur soupe saumâtre et fade.
Je ne sais pas comment Flibustier a réussi à tenir le coup si longtemps. A sa place, je me serai écroulé depuis longtemps et aurait eu le droit à quelques séjours de plus en établissement de traitement de troubles psychosomatiques. Ce monde de « communication », où un politique peut sortir tout et son contraire sans qu’un journaliste le reprenne, ce monde où on peut venir donner des leçons d’éthique, alors qu’on était membre de la ligue du LOL. Ce monde, où un candidat à l’élection américaine se fait maquiller plus ou moins bronzé, selon la dominance de la population ou se tient le meeting, ce monde me dégoutte de plus en plus. En enterrant Flibustier, on enterrera une partie de nos dernières illusions, celle d’un monde ou la provocation était encore, comme disait Brecht, un moyen de remettre la réalité sur ses pieds.
Qu’est ce qui va rester, quand Flibustier aura cessé d’exister?

Les commentaires sont juste en dessous de la publicité:

Commentaires