Connect with us

Non classé

Le commerce extérieur : l’un des secteurs plus rentables

Published

on

Le commerce extérieur est l’un des secteurs les plus recherchés, productifs et rentables ces dernières années. Mais beaucoup de personnes ignorent comment s’en approprier et quelles sont les démarches à suivre ? Que ce soit à l’import comme à l’export, zoom sur un secteur rentable. Et surtout quelles traductions juridiques utiliser pour avoir des résultats probants.

Il faudrait d’abord savoir quel marché export peut être vraiment porteur pour son entreprise et analyser dans le détail les informations et les chiffres relatifs au pays ciblé et aux différentes zones économiques du monde. Il faut aussi savoir que chaque entreprise doit avoir des objectifs bien définis tout en prévoyant les imprévus.

À l’étranger, tout ne se passe pas toujours comme prévu. Donnez-vous une marge suffisante pour pouvoir réagir le cas échéant. On peut toujours faire appel à des spécialistes du domaine. L’agence de traduction peut se révéler particulièrement efficace.

Les entreprises doivent choisir leurs moyens de transport pour les marchandises exportées. Entre autre, plus de la moitié des marchandises (55,2 %) sont transportées par camion vers leurs pays de destination. Vient ensuite le transport par conteneur (19,5 %). Les marchandises lourdes et les matières premières, elles, sont souvent acheminées par pipeline (7,4 %), train (6,5 %) ou péniche (5,8 %). Les produits de plus grande valeur, en revanchent, voyagent par avion.

Les bases de données en ligne sur les salons fournissent des informations détaillées sur un grand nombre d’entreprises dans le monde. L’internet dans ce cas doit jouer un très grand rôle ; la première impression est décisive sur Internet à plus forte raison quand la concurrence est à un clic de distance.

Les entreprises doivent donc investir dans un design attrayant, correspondant néanmoins à la société et à son secteur. Si le client ne s’y retrouve pas tout de suite, il aura tôt fait de repartir. Les entreprises doivent donc bien organiser leur site et le tester avec l’aide de personnes externes.

En dépit de tout, il faut chercher à connaître les avantages de la préparation ou des objectifs de l’entreprise à son élaboration en passant par l’accompagnement professionnel pendant toute la durée de l’événement. Avoir participé à l’un des entreprises communes présente de nombreux avantages.

Après l’inscription des participants à ces marchés extérieurs, il vous sera fourni des checklists et des programmes spécialement adaptés aux usages du pays et de l’entreprise en question. Pour réaliser des économies sur les réservations le plus tôt possible.

Il faut aussi penser à une stratégie globale de communication qui prenne en compte le digital et ses enjeux. Un autre aspect intéressant est également de s’entourer de  collaborateurs de qualité. Surtout ceux qui sont au fait des questions et traductions juridiques. Leur avis pourrait s’avérer important surtout en ce qui concerne les questions douanières liés aux différentes transactions inhérentes au commerce international.

 

 

 

Continue Reading
Advertisement

Non classé

Boycott: Macron décide de boycotter le pétrole et la coupe du monde 2024 au Qatar

Published

on

C’est une annonce absolument retentissante en terme de politique internationale, puisque le président Macron vient d’annoncer qu’il boycott est désormais tout le pétrole venu du Moyen-Orient ainsi que la Coupe du Monde prévu au Qatar en 2024.

Toujours rien pour David et Laura.

Continue Reading

Non classé

Le patron de Ricard assez peu inquiet du boycott de produits français au Moyen Orient

Published

on

Le président de Ricard a fait cette déclaration:

 » Rvbrbrb à hdgzvzvf bzgvzcd zjzvvz d jzbzbna dbbzbb e kaoaoz e kalbzbbe jznz’ajnzbebzj jajnvheuufiebvdhzjebfvz je hdgzvzvf jzbzbna suz nejzbheufkzbe jekevejr »

Continue Reading

Non classé

Le podcast 2 heures de perdues analyse le dernier débat Trump-Biden : « C’était turbo-naze ! »

Published

on

By

« Un vieux con blanc de droite, un vieux con blanc d’extrême droite, ce soir on a regardé le 2ème débat Trump-Biden et on parle tout de suite. Voilà voilà voilà, deux heures pour savoir quel connard dirigera les US et le monde à partir du 20 janvier prochain. » C’est ainsi qu’a débuté le tant attendu épisode de 2 heures de perdues sur le 2e opus du débat présidentiel Trump/Biden. Si certains ont trouvé qu’il était meilleur que le premier d’autres ne manquent pas de souligner le manque d’action et d’originalité.

En bon éditorialiste de 2HDP, Antoine demande d’entrée de jeu à Michaël de résumer le débat. Sans hésitation, ce dernier se lance : « Bon, alors, il faut savoir que quand j’ai vu pour la première fois Donald Trump, c’était dans ‘Maman j’ai encore raté l’avion’. On avait emprunté la cassette à la bibliothèque et ils s’étaient trompé : nous, on voulait voir ‘Un Prince à New-York’. Mais ça arrive à tout le monde de se tromper. Moi, par exemple, l’autre jour, j’ai voulu emmener ma fille à une manifestation pour défendre la moutarde de Dijon. Et ben, comme j’étais en retard, je me suis trompé et retrouvé au milieu de la Manif pour tous. J’espère que personne ne le saura. Concernant le débat… » Un résumé synthétique qui en dit long sur la qualité de la discussion et les sujets de fonds qui ont été abordés.

La parole est alors donnée à Sarah et Léa. Cela étant, comme elles détestent les films d’horreurs, elles ont regardé le débat dans une toute petite fenêtre réduite dans le coin de l’écran avec le son coupé et n’ont pas pu lire les sous-titres. Leur avis, c’est que le débat était regardable mais sans plus. « Et on s’ennuie vite ! On s’attendait à une fusillade, une bagarre ou une histoire d’amour. Et… rien ! »

C’est au tour d’Ève de parler. Tout d’abord, elle s’étonne que personne n’ait regardé la VF ou la VFQ. De son côté, elle note que le débat n’était pas terrible mais qu’elle considère que beaucoup de détails qui sont présents dans les livres n’ont pas été repris dans le direct à la télévision. Pas étonnant, du coup que les spectateurs aient eu du mal à suivre.

La parole est alors donnée à Jéjé Djédjédjé Djédjé … Djé ! Comme il est de droite, il a apprécié la prestation de Joe Biden mais encore plus celle de Donald Trump. Il a beaucoup aimé la ligne néo-conservatrice de ce dernier, qui s’inscrit, je cite, dans la révolution libérale qui permettra à l’Amérique de sortir du marasme. Il regrette néanmoins certains mots malheureux du candidat démocrate : « Lorsque Biden dit ‘Will you shut, man !’, qu’on peut traduire par ‘je salue chez les Américains la révolution prolétarienne ‘, on ne peut qu’être inquiet face à de tels relents de bolchévisme ! »

Julie embraie alors et tente de sauver le débat : « Vous savez, j’aime beaucoup le travail qui est réalisé par les interviewers. De plus, j’apprécie toujours de voir un débat où le Président sortant est mis en difficulté. Ça me fait penser au débat de 1980, Carter/Reagan. C’est un des meilleurs. Je vous le conseille absolument, parce que Carter est très bon mais aussi parce que Reagan est un acteur d’exception ! En plus Jimmy Carter apparait souvent dans les Simpson. Et Reagan est un running gag de ‘Retour vers le Futur’ »

Greg interrompt alors Julie pour lui rappeler qu’on n’est pas là pour parler du débat Carter/Reagan mais Trump/Biden. Et il en profite pour donner son avis (très nuancé) : « Je ne pensais jamais dire ça, mais là, votre truc, je l’ai regardé en x4. C’est long, les sujets abordés sont débiles, c’est mal cadré, les candidats sont nuls, ils ont des voix de merde, les idées évoquées sont à chier. Y a rien à sauver et certainement pas les États-Unis d’Amérique. C’est le pire truc que j’ai jamais vu et j’ai vu Star Wars Holiday Special (NDLR : pas la peine de me faire la remarque, je sais que la blague est de Marc Hammil). D’ailleurs, à ce sujet, je vous signale que le prochain Culture 2000 sera consacré aux 44 pires Présidents des États-Unis. Non, franchement, la seule chose qu’il y a à dire sur ce débat, c’est que j’espère qu’il y aura un 3. »

Olivier, de son côté rappelle que le débat était avant tout une comédie et qu’il s’est bien « bidenné » en le regardant. Sans oublier qu’il espérait que les électeurs américains n’allaient pas se « trumper » en votant, cette fois.

C’est sur ces calembours douteux qui, on l’espère, seront bientôt condamnés par la loi qu’Antoine donne son avis : « AHHHHHHHHHHHHH enfin on m’demande mon avis. Bon, ben c’était turbo-naze. Je ne remercie pas le connard, qui s’appelle sans doute Christophe, qui a mis ça dans le chapeau. Non, je suis désolé, j’y crois pas un seul instant. À aucun moment je me suis dit que j’avais le futur ou l’actuel Président des US devant moi. D’ailleurs ça me gonfle tellement que j’arrête l’enregistrement maintenant. »

L’émission a donc été écourtée et s’est ponctuée par l’unique commentaire 5 étoiles du débat, rédigé par Fandecaoch : « Le deuxième débat Trum-Biden. Quel bon débat. Encore mieux que le premier avec un Donald Trump toujours aussi en forme que dans Maman j’ai raté l’avion 2 et un Joe Biden toujours aussi… euh ! en vie ! J’aime beaucoup la dichotomie républicain/démocrate mais si je ne suis pas sûr de ce que c’est un démocrate… ou un républicain… ou une dichotomie. Je suis un peu triste de savoir qu’après l’élection, on ne les verra plus ensemble pour se donner la réplique et que dans un an, ils seront probablement morts… parce que, quand même, ce sont de vieux croutons. À regarder sans modération »

À l’issue du podcast, un sondage a été réalisé :

  • 5% des auditeurs trouvent que Trump a été convaincant
  • 15% des auditeurs trouvent que Biden a été convaincant
  • 25% des auditeurs pensent que le débat a duré deux heures grâce à un charme
  • 55% des auditeurs trouvent qu’Olivier est beau (et convaincant)

Continue Reading

Trending