Charles Michel: “Si on enferme les enfants, c’est uniquement pour les protéger des prêtres”

Des Femens piétinent un tapis de fleurs sur la Grand-Place de Bruxelles, et clament que le « scandale » n’est pas leur poitrine dénudée mais le fait d’emprisonner des enfants. C’était, dimanche 19 août, le dernier épisode d’une mobilisation estivale contre l’une des décisions les plus contestées du gouvernement du libéral Charles Michel : l’ouverture, à deux pas de l’aéroport de Zaventem, d’« unités spéciales » pour des immigrés illégaux et leurs enfants en attente d’expulsion.

Le Haut-Commissariat aux réfugiés des Nations unies (HCR), l’Unicef, le Conseil de l’Europe, des avocats, le Centre fédéral pour la migration et quelque 300 institutions ont protesté contre l’ouverture de ces unités et réclamé une interdiction générale de l’enfermement d’enfants.

Le délégué francophone aux droits de l’enfant évoque une « violation flagrante » de la Convention internationale qui protège les droits des mineurs. La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a condamné à plusieurs reprises le royaume parce qu’il emprisonnait des enfants.

Le premier ministre multiplie les initiatives pour défendre son projet.Mais hier, Charles Michel a changé son système de défense d’une manière surprenante dans un communiqué de presse.

« Si nous enfermons les enfants, c’est uniquement dans le but de les protéger des prêtres.Il est inutile de rappeler le nombres d’abus émanant des curés catholiques qui ont été récemment commentés dans la presse. C’est une œuvre d’humanité que d’éloigner ces enfants d’éventuels prédateurs sexuels qui profitent de l’extrême détresse de leurs victimes »

Un argument qui risque de ne pas plaire au pape et à ses sbires.

Les commentaires sont juste en dessous de la publicité:

Commentaires