Brève: Echec du lancement de la 1ère fusée du Vatican

La fusée Vatican 1 n’a pas réussi son décollage depuis le site spatial de l’île de la Cité. La fusée devait préparer la phase d’exploration de Mars par le Vatican où se trouve actuellement une colonie d’enfants esclaves sexuels.

 

L’information racontée par Génération NT: 

La situation est aberrante : pour éviter de voir une rumeur enfler davantage sur Internet, la NASA a pris la décision d’intervenir pour démentir la création par ses services d’une colonie sur Mars impliquant l’esclavage d’enfants.

Il n’est pas rare que l’on aborde dans nos colonnes les divers projets d’exploration de Mars, et globalement, les projets les plus réalistes concernant l’envoi d’hommes à proximité de Mars évoquent systématiquement les années 2020, voire 2030.

Pourtant, une étonnante rumeur a fait son chemin sur Internet auprès d’une population moins informée qui croit désormais dur comme fer que la NASA a déjà établi une colonie humaine sur Mars, et que ce sont des enfants réduits en esclavage qui participent à son agrandissement, mais pas que…

Mars-One-Roadmap

Car comme dans la plupart du temps dans ces cas là, plus l’affaire est grosse, plus elle trouve de crédit… Tout est donc parti de la diffusion d’un message de Robert David Steele (un théoricien du complot d’extrême droite américain) dans l’émission The Alex Jones Show (retransmis sur 118 stations radio aux USA).

L’homme se présente comme un ex-agent secret et indique alors avoir des révélations à partager. Selon lui, la NASA kidnappe des enfants et les envoie sur Mars dans une colonie qui les réduit en esclavage.

mars-one-base_280x186

Toujours selon lui, les enfants assisteraient à un voyage vers Mars qui dure 20 ans, après quoi ils se retrouvent contraints à l’esclavage pour survivre sur place. Puis la théorie se perd quelque peu dans d’autres détails sordides : les enfants sont kidnappés pour « augmenter leur taux d’adrénaline », puis la NASA les tue pour « en récupérer les os et la moelle » pour fabriquer un produit « antivieillissement »…

On se croirait dans le scénario d’un film de série Z, et pourtant, l’affaire a pris de l’ampleur chez les auditeurs et sur Internet, au point que la NASA elle-même se sente contrainte de publier un démenti.

Pour la NASA, il s’agissait d’éviter de voir les propos repris en boucle sur les sites conspirationnistes et qui servent bien souvent des mouvements politiques.

Ironie de la situation, alors même que le président américain s’est lancé dans une chasse personnelle aux sorcières chez les journalistes adeptes selon lui des « Fake news », Alex Jones est justement considéré comme une source fiable d’information par Donald Trump qui l’avait déjà officiellement félicité en décembre 2015 pour le travail réalisé sur son site, tout en pariant qu’il empocherait prochainement le prix Pulitzer…

Les commentaires sont juste en dessous de la publicité:

Commentaires